Éruption de typhus

Des questions

À notre époque, le typhus ne peut pas être qualifié de maladie courante. Les cas de la maladie sont extrêmement rares. Cependant, les médecins sont toujours prêts à combattre toute infection, vous ne devriez donc pas avoir peur de la typhoïde. Les médecins ne laisseront en aucun cas des ennuis.

Éruption typhoïde

Les éruptions cutanées accompagnées de fièvre typhoïde sont localisées dans l'abdomen, la poitrine et sur la surface interne des épaules. Parfois, la typhoïde n'est pas accompagnée d'une éruption cutanée, mais c'est extrêmement rare. La maladie commence par de la fièvre, des maux de tête, une pâleur et un état typhoïde.

La fièvre typhoïde est traitée avec un médicament antimicrobien appelé lévomycétine. Il est prescrit 0,5 g quatre fois par jour pendant douze jours, jusqu'à ce que la température revienne à la normale. Une solution de glucose à 5% et une solution isotonique de chlorure de sodium sont injectées dans une veine. Dans les cas graves, des corticostéroïdes tels que la prednisolone sont prescrits. Il est important que les patients restent au lit pendant au moins une semaine..

Éruption de typhus

Avec le typhus, la peau du visage change immédiatement, elle devient rugueuse et hyperémique. Ensuite, la peau de tout le corps change. Une éruption cutanée ponctuelle a des teintes rouges, orange et roses.

Un symptôme précoce et persistant du typhus est l'énanthème du typhus. Le palais d'une personne malade doit être examiné très attentivement, car tout dans la cavité buccale est rouge et œdémateux..

Au cours des trois premiers jours, le corps est légèrement hyperémique, car les capillaires cutanés se dilatent légèrement. Si une teinte jaunie apparaît, il est temps de sonner l'alarme, car cela suggère que l'intoxication est trop forte et que le foie ne fait pas son travail. Une fois que la température corporelle est revenue à la normale, la peau prendra une teinte naturelle..

Afin de guérir une personne du typhus, les antibiotiques du groupe tétracycline sont le plus souvent utilisés. Ils sont prescrits 0,3 g quatre fois par jour. Certains prescrivent "Levomycetin", la durée du cours ne doit pas dépasser cinq jours. Afin que les toxines quittent le corps plus rapidement, un compte-gouttes est prescrit (5% de glucose est injecté). Si une personne est trop excitable, de l'hydrate de chloral et des barbituriques sont prescrits. Pour que le corps combat complètement l'infection, il est nécessaire de prendre des vitamines et de bien manger. Le repos, le repos au lit strict, un corps propre et de l'air frais sont également importants..

Bien sûr, on ne peut pas appeler la médecine omnipotente, mais elle peut faire face à des maladies majeures. Vous n'avez pas besoin de vous soigner vous-même et d'ignorer les prescriptions des médecins, si vous êtes infecté, il est préférable d'appeler immédiatement une ambulance.

Typhus

L'épidémie (typhus exanthematicus; synonyme de typhus épidémique) est une maladie infectieuse caractérisée par une évolution cyclique, de la fièvre, une intoxication sévère, une éruption cutanée roseoleuse-pétéchiale, des lésions des systèmes vasculaire et nerveux central.

Étiologie. L'agent causal de l'infection est la rickettsie de Provacek, un parasite intracellulaire Gram négatif immobile. Les rickettsies persistent longtemps dans l'environnement à l'état sec, dans les excréments de poux.

Épidémiologie. La source de l'agent causal de l'infection n'est qu'une personne malade contagieuse pendant les 2-3 derniers jours de la période d'incubation, toute la période fébrile et jusqu'à 7-8 jours de température normale. Le porteur de l'agent causal de l'infection est un pou, principalement des vêtements. Le pou s'infecte lors de la succion du sang du patient S. de T. Et devient contagieux le 5-6ème jour. Rickettsia Provachek, piégée par les poux, avec le sang pénètre dans les cellules épithéliales de la paroi intestinale, où elles se multiplient et sortent dans la lumière intestinale. Lors de la succion du sang sur une personne, les poux défèquent, un grand nombre de rickettsies est excrété avec les excréments. Des démangeaisons surviennent sur le site de la morsure, la personne se gratte la peau et y frotte les excréments de poux, contenant des rickettsies.

S. de t. Est plus souvent observé dans les latitudes tempérées en hiver et au printemps. La distribution de masse de S. de T. est généralement observée pendant les guerres, la faim et autres bouleversements sociaux qui provoquent une forte détérioration des conditions de vie hygiéniques. La surpopulation contribue à la propagation de la maladie.

Pathogénèse. Frottées dans la peau, les rickettsies de Provachek pénètrent dans la circulation sanguine et sont transportées dans tout le corps. Dans les cellules endothéliales vasculaires, elles se multiplient intensivement, les cellules gonflent et desquament, une thrombovasculite et une granulomatose vasculaire caractéristiques de la maladie se développent, particulièrement caractéristiques des vaisseaux du cerveau, de la peau, des glandes surrénales et du myocarde. Un rôle important dans la pathogenèse de la maladie est joué non seulement par les rickettsies elles-mêmes, mais également par la toxine sécrétée par elles, qui a un effet vasodilatateur prononcé. Une intoxication spécifique par rickettsies et une granulomatose vasculaire entraînent une perturbation de l'activité du système vasculaire et c.n..

Immunité. Après le transfert de S. de T. L'immunité persistante demeure; cependant, après de nombreuses années, en raison de l'activation de la rickettsie qui persiste dans le corps, des maladies répétées sont parfois observées - la soi-disant maladie de Brill.

Le tableau clinique. La période d'incubation est de 5 à 25 jours (généralement 10 à 12). Dans l'évolution modérée la plus typique, la maladie commence généralement de manière aiguë: augmentation de la température corporelle, fièvre, faiblesse, étourdissements et maux de tête, insomnie, douleur dans tout le corps, perte d'appétit. Les maux de tête et l'insomnie deviennent atroces au 3-4ème jour, la température augmente brusquement (jusqu'à 39 ° et plus) et reste à un niveau constant pendant 6-9 jours. La durée totale de la période fébrile est de 12 à 14 jours. Il existe une hyperémie du visage, de la conjonctive, de la peau du cou et du haut du corps, des poches du visage (apparition d'une personne quittant le hammam). La peau est chaude et sèche au toucher. Au 3-4e jour de la maladie sur les plis de transition de la conjonctive, vous pouvez trouver des taches en pointillés caractéristiques de couleur rouge ou rouge foncé avec une nuance cyanotique d'un diamètre de 0,1 à 1,5 mm (symptôme de Chiari - Avtsyn). Les mêmes formations sont possibles sur la membrane muqueuse du palais mou, ainsi qu'à la racine de la luette. Des plaies d'herpès sur les lèvres et les ailes du nez peuvent être notées. Les symptômes du pincement et du garrot sont positifs. Langue sèche, enduite d'un revêtement gris sale, on observe de la constipation. À partir de 3-4 jours, la rate grossit généralement, et plus tard - le foie. L'euphorie et l'excitation apparaissent, le délire est possible, moins souvent - un état d'inhibition, des tremblements des mains, de la langue, de la tête. Lorsque vous essayez de tirer la langue, ses mouvements saccadés sont notés - un symptôme de Govorov - Godelier. Le 4-6ème jour, l'un des signes cliniques les plus importants se produit - une éruption cutanée roseole-pétéchiale. La localisation typique de l'éruption cutanée se situe sur les surfaces latérales du tronc, les surfaces fléchissantes des bras, le dos, l'intérieur des cuisses. Les éléments de l'éruption cutanée sont dans un état de «floraison» (rose, rouge vif ou de couleur quelque peu cyanotique) pendant 3-5 jours, après quoi ils commencent à s'estomper et après 7-10 jours disparaissent progressivement. La taille des éléments de l'éruption cutanée est de 1 à 3 mm de diamètre, leurs bords sont inégaux. Des éruptions cutanées répétées ne sont pas observées. Au milieu de la maladie, une baisse du tonus vasculaire est possible, jusqu'à l'effondrement. Tachycardie, bruits cardiaques étouffés, essoufflement sont presque toujours notés. Une leucocytose neutrophile modérée se trouve dans le sang. La récupération est caractérisée par une diminution de la température à partir du 9-11ème jour de maladie dans les 2-3 jours sous forme de lyse accélérée à la normale.

Avec une évolution bénigne de la maladie, le mal de tête est modérément exprimé, la température ne dépasse généralement pas 38 ° et dure 7 à 10 jours, l'éruption cutanée est de nature roseoleuse, pas abondante. La rate et le foie ne sont hypertrophiés que chez certains patients. Dans les cas graves, une hyperthermie, une période fébrile (jusqu'à 14-16 jours) sont observées. Délire typique, agitation, tachycardie et hypotension sévères, souvent essoufflement, apparition de signes de méningo-encéphalite, se manifestant par une altération de la conscience, un syndrome méningé et délirant, une rétention urinaire.

Le typhus chez les enfants se caractérise par une évolution plus douce que chez les adultes, une période fébrile plus courte. L'opacification de la conscience, le délire, l'hyperémie faciale, les tremblements ne se retrouvent généralement que chez les enfants plus âgés. L'éruption cutanée est plus rare, mais elle peut se propager au cuir chevelu et au visage. La durée de la maladie est beaucoup plus courte que chez les adultes. Il existe souvent une évolution atypique de la maladie, qui dans ces cas est difficile à reconnaître.

Dans le sang au plus fort de la maladie, une leucocytose neutrophile modérée avec un déplacement de la formule neutrophile vers la gauche, une monocytose, des cellules de Türk apparaissent, une augmentation modérée de la VS. Protéinurie possible.

Des complications surviennent avec un traitement tardif et insuffisamment efficace. Ceux-ci incluent la pneumonie, qui survient à n'importe quelle période en raison de l'activation de la microflore secondaire; encéphalite et méningo-encéphalite (y compris purulente), psychose, myocardite, collapsus, thrombophlébite, thromboembolie, ulcères trophiques et escarres.

Le diagnostic repose sur le tableau clinique, les données de l'histoire épidémiologique (séjour de 1 à 3 semaines avant le développement de la maladie dans des conditions sanitaires et hygiéniques défavorables, la présence de poux de tête (pédiculose)), les résultats des tests de laboratoire. Utiliser des réactions sérologiques spécifiques: agglutination avec la rickettsie de Provachek, hémagglutination indirecte (RNGA), liaison au complément (voir Méthodes de recherche immunologique). Ces réactions deviennent positives au 3-5ème jour de la maladie chez la majorité des patients S. de t. Réactions de Weyl - Felix en relation avec une spécificité insuffisante pour le diagnostic de S. de t. N'est pas utilisé.

Le diagnostic différentiel est réalisé avec une pneumonie croupale grippale (voir Pneumonie), une infection à méningocoque (méningococcie), des fièvres hémorragiques (fièvres hémorragiques), une fièvre typhoïde (fièvre typhoïde), une trichinose (trichinose).

Avec la grippe, des phénomènes catarrhales sont exprimés, la durée de la période fébrile est de 3 à 5 jours, il n'y a pas d'éruption cutanée, de syndrome hépatolienal. La pneumonie croupale est caractérisée par un essoufflement, des douleurs à la respiration, une toux avec des expectorations «rouillées», des signes physiques de pneumonie, pas d'éruption cutanée, un syndrome hépatolienal. En cas d'infection à méningocoque, une éruption hémorragique apparaît au 1er ou au 2ème jour de la maladie, localisée principalement dans les extrémités distales. Les symptômes méningés apparaissent au bout de quelques heures et progressent rapidement, des troubles de la conscience sont notés du 2ème au 4ème jour de la maladie. Les fièvres hémorragiques sont caractérisées par l'apparition d'une éruption cutanée et des signes d'augmentation des saignements dans le contexte d'une diminution de la température, d'une courte période fébrile, une augmentation de la rate n'est pas observée. Avec la fièvre typhoïde, la maladie commence progressivement, la peau est pâle, les patients sont inhibés et adynamiques, l'éruption cutanée apparaît le 8-10ème jour de la maladie, roseoleuse, localisée principalement sur l'abdomen, la leucopénie se trouve dans le sang. La trichinose est caractérisée par des poches du visage, des douleurs et des douleurs musculaires, une éosinophilie dans le sang.

Traitement. Le patient est hospitalisé, le transport est effectué sur une civière, accompagné d'un soignant. Les antibiotiques du groupe tétracycline ou chloramphénicol sont utilisés jusqu'au deuxième ou troisième jour de normalisation de la température, des agents cardiovasculaires (cordiamine, caféine ou éphédrine, glycosides cardiaques), ainsi que des bromures, des hypnotiques, des tranquillisants lorsque les patients sont excités. En cas de maux de tête sévères et de fièvre élevée, de rhume sur la tête, les antipyrétiques sont indiqués. En cas d'intoxication sévère, une solution de glucose à 5%, des solutions polyioniques, hémodez, réopolyglucine sont injectées par voie intraveineuse. Une thérapie pathogénique similaire est effectuée lors de la fourniture des premiers soins médicaux au patient avant l'hospitalisation.

Patient S. de T. Devrait être sous la surveillance spéciale du personnel médical, tk. il peut soudainement avoir une forte excitation, un délire, il peut sauter du lit, courir, sauter par la fenêtre. Le développement d'effondrement est possible. Le plus souvent, ces manifestations se produisent la nuit et pendant cette période, une attention particulière est requise pour le patient. L'infirmière doit entrer plus souvent dans le service, l'aérer, surveiller le pouls et la tension artérielle du patient. Ceux qui se sont rétablis de l'hôpital sont libérés après la guérison clinique, mais pas plus tôt que le 12-14ème jour de normalisation de la température.

Le pronostic est généralement bon. Avec le développement de complications graves, une issue mortelle est possible.

La prévention comprend la détection précoce, l'isolement et l'hospitalisation du patient, ainsi que la lutte contre les poux de tête. Selon les indications épidémiques, des examens réguliers sont effectués pour la pédiculose des enfants dans les établissements préscolaires, les écoles, les patients admis dans les établissements médicaux, ainsi que d'autres groupes de population. Si des poux de tête sont détectés, une désinfection est effectuée. Un patient admis dans une salle d'isolement ou un hôpital avec typhus ou suspecté de typhus, ainsi que les personnes qui ont été en contact avec le patient, sont entièrement désinfectés. Désinfestation des locaux où vivait le patient, les vêtements et la literie sont effectués en même temps.

Dans la colonie où il y a des cas de S. de T. Un système d'examen pour les poux de tête est introduit avec une désinfection obligatoire de tous les membres de la famille dans lesquels on trouve des poux de tête. Les personnes fiévreuses sont isolées et hospitalisées. Lorsque des cas répétés de S. de t., La présence de pédiculose parmi la population, effectuer un assainissement complet répété dans l'épidémie.

Pour la prévention spécifique de S. t. Utiliser un vaccin contre le typhus; vaccination - selon les indications épidémiques. Des vaccinations sont également montrées au personnel médical travaillant dans des conditions d'épidémies S. of T. Les personnes âgées de 16 à 60 ans sont vaccinées. L'éducation sanitaire et la promotion de mesures de prévention des poux de tête et du typhus sont importantes dans la prévention des poux de tête..

La maladie de Brill (typhus à répétition, typhus endogène) est une maladie infectieuse aiguë qui se manifeste après de nombreuses années chez les personnes qui ont eu S. de t., Se caractérise par la nature sporadique des maladies (en l'absence de poux de tête). Il diffère de S. de T. Dans un parcours plus léger et plus court. Les méthodes de recherche en laboratoire sont les mêmes qu'à S. de T. Après une maladie, une immunité persistante et à long terme se développe. Le traitement est le même qu'à S. de t. Lorsque la maladie de Brill survient, des mesures sont prises pour empêcher la propagation du typhus, tk. en présence de poux de tête, les patients peuvent être une source de typhus.

Bibliographie: Zdrodovsky P.F. et Golinevich E.M. La doctrine de la rickettsie et des rickettsioses, M., 1972; Loban K.M. Les rickettsioses humaines les plus importantes, p. 31, 121, L., 1980; Guide des maladies infectieuses, à portée de main. DANS ET. Pokrovsky et K.M. Loban, par. 183, M., 1986.

Typhus

Le typhus est une maladie infectieuse causée par des bactéries du genre rickettsia. Elle se caractérise par de la fièvre, une éruption cutanée spécifique, des troubles des systèmes cardiovasculaire et nerveux. Les flambées d'infection se produisent principalement dans les pays en développement d'Asie et d'Afrique. En Europe, en Amérique et en Russie, le typhus ne se produit pratiquement pas. Des pics d'incidence sont enregistrés pendant la période hiver-printemps.

Contenu

  • Classification
  • Causes et sources d'infection
  • Pathogénèse
  • Symptômes
  • Diagnostique
  • Traitement du typhus
  • Complications
  • Effets
  • La prévention
  • Nutrition

Classification

Les signes de classification du typhus sont les manifestations cliniques, la gravité et l'évolution de la maladie.

Attribut de classificationForme de typhuscommentaires
Manifestations cliniquestyphus épidémiquecaractérisée par une évolution sévère, l'apparition d'une éruption cutanée abondante sous forme de taches roses avec des hémorragies ponctuelles, d'abord sur le tronc, puis sur les membres, la peau des paumes et des plantes reste propre
fièvre typhoïde récurrente (Brill-Zinsser)le tableau clinique est similaire à celui du typhus épidémique, mais la maladie est plus bénigne
typhus endémiquea généralement une évolution modérée, l'éruption cutanée avec typhus endémique est nodulaire ou inégale, les hémorragies ponctuées sont rares, l'éruption couvre tout le corps, y compris le visage, les paumes et la plante des pieds
fièvre tsutsugamushiest sévère avec fièvre et maux de tête sévères, hypertrophie généralisée (multiple) des ganglions lymphatiques, éruption cutanée tachetée, souvent accompagnée d'une pneumonie (pneumonie)
Gravitéfaciledans la plupart des cas, le typhus a une évolution modérée à sévère
modérer
lourd
Couleravec complicationsles complications du typhus se développent principalement en l'absence de traitement et chez les patients affaiblis
sans complications
récurrentcaractérisé par l'alternance des phases de chaleur et de convalescence (récupération)

Causes et sources d'infection

La maladie se développe à la suite de l'ingestion de la bactérie Rickettsia prowazeki. Les rickettsies peuvent rester viables dans les selles des poux pendant trois mois, meurent lorsqu'elles sont exposées à des températures élevées et à des solutions désinfectantes.

La source et le réservoir de l'infection est une personne malade. La maladie est transmise par transmission par les piqûres de poux de corps et de poux de tête. L'infection se produit lors du frottement des selles des poux tout en grattant la peau. Dans de rares cas, des voies de transmission respiratoire et par contact sont possibles - par inhalation d'excréments de poux séchés avec de la poussière ou par contact de l'agent pathogène sur la coquille externe des yeux.

La sensibilité naturelle d'une personne au typhus est élevée. Après la maladie, une immunité stable est formée, avec une fièvre typhoïde récurrente, les symptômes de la maladie peuvent reprendre après une longue période.

Pathogénèse

Les rickettsies pénètrent dans la circulation sanguine, où certaines des bactéries meurent, les micro-organismes restants pénètrent dans la lymphe et sont envoyés aux ganglions lymphatiques régionaux. Dans les ganglions lymphatiques, les bactéries se multiplient, après quoi elles pénètrent à nouveau dans la circulation sanguine et sécrètent des toxines. La reproduction la plus rapide de la rickettsie se produit dans les derniers jours de la période d'incubation et dans les premiers jours de fièvre..

Symptômes

La période d'incubation du typhus est de 6 à 25 jours, en moyenne 2 semaines. La maladie se déroule de manière cyclique et passe par trois étapes: initiale, chaleur et convalescence (récupération).

Le stade initial de la maladie est caractérisé par des frissons, une forte augmentation de la température à des valeurs élevées (39-40 ºC et plus), des maux de tête et des douleurs musculaires, une faiblesse sévère et un manque d'appétit. Au 4-5ème jour de la maladie, la température peut revenir à la normale pendant une courte période, puis la fièvre reprend. Des hémorragies ponctuelles apparaissent sur les muqueuses du palais et du pharynx (énanthème de Rosenberg), dans les plis de transition de la conjonctive (symptôme de Chiari-Avtsyn), les maux de tête s'intensifient, l'insomnie apparaît, des vomissements et une altération de la conscience sont possibles.

La période de pointe survient généralement le 5 au 6e jour de la maladie. Une éruption cutanée inégale avec des hémorragies ponctuelles apparaît sur le corps et les membres. L'état général du patient se détériore fortement: les maux de tête deviennent insupportables, ont un caractère palpitant, la fièvre persiste. Au milieu du typhus, des symptômes neurologiques apparaissent: tremblement de la langue (symptôme de Govorov - Godelier), parole et expressions faciales, parfois nystagmus (mouvements oculaires involontaires), dysphagie (trouble de la déglutition). Dans les cas graves, environ 10 à 15% des patients développent un état typhoïde: un trouble mental caractérisé par l'excitation, la bavardage, les pertes de mémoire.

La période de récupération commence 13 à 14 jours après l'apparition des premiers symptômes de la maladie. La température revient à la normale, les manifestations cliniques s'atténuent progressivement, le patient récupère. La faiblesse, l'apathie, les troubles de la mémoire peuvent persister pendant trois semaines.

Remarque! Dans les formes sévères de typhus, les patients tombent souvent dans un état semi-délirant allant jusqu'au coma, en l'absence de soins d'urgence qualifiés, la mort peut survenir. La mortalité par typhus en période d'épidémie atteint 50%.

Diagnostique

Des méthodes de recherche en laboratoire sont utilisées pour diagnostiquer la maladie. Si vous suspectez un typhus, les études suivantes sont prescrites aux patients:

un test sanguin général - montre des signes d'infection bactérienne: une augmentation du taux de leucocytes et de l'ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes);

réaction d'hémagglutination indirecte (RNGA), dosage immunoenzymatique (ELISA) - détecter les anticorps dirigés contre l'agent pathogène dans le sérum sanguin;

la réaction d'immunofluorescence indirecte (RNIF) - une méthode de diagnostic express, détecte les antigènes de microbes dans le sang.

L'hémoculture bactériologique pour le typhus n'est pas effectuée en raison de la difficulté d'isoler et de semer l'agent pathogène.

Traitement du typhus

Les patients suspectés de typhus sont hospitalisés dans le service des maladies infectieuses de l'hôpital. On leur attribue un repos au lit strict jusqu'à une diminution persistante de la température corporelle et cinq jours après. Les médicaments antibactériens et antimicrobiens sont à la base du traitement médicamenteux du typhus. Le cours du traitement est choisi individuellement, mais comprend toute la période fébrile et deux jours après que la température est revenue à la normale.

Pour réduire l'intoxication, les patients reçoivent une perfusion intraveineuse de solutions de désintoxication. Avec le développement de l'insuffisance cardiovasculaire, des médicaments hypertensifs et des stimulants respiratoires sont prescrits. En fonction de l'état du patient, des analgésiques, des hypnotiques et des sédatifs sont également utilisés. Avec un typhus sévère avec une intoxication sévère et la menace de développer un choc infectieux-toxique, un traitement hormonal est prescrit. Les patients quittent l'hôpital deux semaines après que la température a chuté et que l'état général s'est amélioré..

Complications

Au plus fort de la maladie (aux jours 4-5 et 10-12), un choc infectieux-toxique peut devenir une complication extrêmement dangereuse du typhus, dans laquelle une insuffisance cardiovasculaire aiguë se développe, la pression artérielle chute brusquement et une perte de conscience pouvant aller jusqu'au coma. Le typhus peut également être compliqué par:

myocardite - inflammation du muscle cardiaque;

méningite - inflammation du cerveau;

pneumonie - pneumonie;

thrombophlébite - un processus inflammatoire conduisant au blocage des veines;

gangrène (nécrose tissulaire) des extrémités.

Remarque! La fièvre typhoïde répond bien au traitement avec des médicaments antibactériens et antimicrobiens. Le développement de complications n'est possible qu'avec une visite intempestive chez un médecin et un démarrage tardif des mesures thérapeutiques.

Effets

Avec un traitement antibiotique, le pronostic du typhus est favorable, la maladie se termine par une guérison complète sans conséquences négatives pour l'organisme. Les médicaments modernes sont assez efficaces et suppriment l'infection dans presque 100% des cas. Les décès sont extrêmement rares, principalement lors d'épidémies dans les pays en développement où les soins de santé sont faibles.

La prévention

Les mesures préventives générales pour la prévention du typhus comprennent la lutte contre les poux de tête (poux), la désinfection des foyers de propagation, y compris la désinsectisation des maisons et des effets personnels du patient. Une prophylaxie spécifique avec des vaccins tués et vivants du pathogène est appliquée aux personnes se rendant dans des zones défavorables à la situation épidémiologique.

Nutrition

La nutrition contre le typhus vise à augmenter le système immunitaire et à soulager l'intoxication du corps. Le patient se voit prescrire une boisson abondante, de la nourriture liquide semblable à de la bouillie, il est recommandé de respecter le tableau numéro 13, qui comprend les plats suivants:

soupes végétariennes aux céréales;

soufflé de viande maigre et de poisson;

escalopes cuites à la vapeur;

gelée de fruits et baies, compotes, jus de fruits, thé.

Dans les premiers jours, lorsque le patient se sent extrêmement difficile, il est nécessaire de ne nourrir que des aliments liquides. Au 4ème jour de la maladie, il est permis d'ajouter des légumes bouillis, des œufs à la coque et des céréales. Après une semaine, il peut être transféré au régime n ° 13. Pendant la période de récupération, un tableau commun est recommandé.

Manifestations cliniques du typhus et de la maladie de Brill

Le typhus épidémique est une maladie infectieuse aiguë causée par des bactéries du genre Rickettsia - la rickettsie de Provachek. Les agents pathogènes pénètrent dans le corps humain lorsqu'ils sont mordus par des poux, dans les intestins desquels ils se multiplient.

Le seul réservoir d'infection est une personne malade. La maladie affecte les petits vaisseaux (principalement capillaires, précapillaires et artérioles) de tous les organes et systèmes. Une panvasculite généralisée universelle se développe, ce qui entraîne des troubles métaboliques, une hypoxie et des modifications dystrophiques dans les organes et les tissus. La maladie répond bien au traitement avec des antibiotiques tétracyclines. Après la guérison, une immunité stable à long terme demeure. Cependant, chez certains patients, les agents pathogènes peuvent persister dans les phagocytes mononucléaires des ganglions lymphatiques pendant assez longtemps et provoquer par la suite une rechute de la maladie - maladie de Brill.

Figure: 1. Sur la photo de la rickettsie de Provachek - les agents responsables du typhus.

Symptômes du typhus

Le typhus épidémique se produit de manière cyclique. Distinguer la période initiale de la maladie, la période de pic et de récupération (convalescence). La maladie dure 3 à 5 semaines.

Période d'incubation

Lors du peignage des sites de morsure, les rickettsies pénètrent dans la circulation sanguine en quelques minutes. Certains meurent, les autres pénètrent dans les cellules endothéliales des petits vaisseaux, où ils commencent à se multiplier. Le processus d'incubation dure 5 à 23 jours, en moyenne 7 à 15 jours.

Symptômes du typhus dans la période initiale de la maladie

La reproduction d'agents pathogènes conduit au développement de processus destructeurs et nécrobiotiques dans les cellules endothéliales vasculaires, ce qui entraîne leur mort. Les rickettsies pénètrent dans la circulation sanguine et infectent de nouvelles cellules. Certains meurent. Le processus est répété 3 à 4 fois. Les toxines d'agents pathogènes et les substances toxiques des cellules endothéliales en désintégration provoquent une toxicose sévère, qui marque le début de la maladie. La période initiale dure 4 à 5 jours. Sa fin est indiquée par l'apparition d'une éruption cutanée sur la peau..

La maladie commence subaiguë. En 2 à 3 jours, la température corporelle s'élève à 39 - 40,5 ° C, des maux de tête sévères, une faiblesse, des douleurs musculaires et articulaires apparaissent. Prendre des analgésiques ne soulage pas les maux de tête. Le patient s'inquiète des acouphènes et de l'insomnie. Dès les premiers jours de la maladie, l'excitation du patient est notée, il est euphorique, bavard, pointilleux, incapable de répondre spécifiquement aux questions. Certains d'entre eux sont irritables. Dans les cas graves, les perceptions auditives, lumineuses et tactiles changent, ce qui provoque un délire. En raison de l'excitation, les patients peuvent rester debout pendant 2 à 3 jours.

Angioparalysie. Sous l'influence de toxines, une angioparalyse des petits vaisseaux se développe. Les vaisseaux se dilatent, le flux sanguin y ralentit et la perméabilité de la paroi vasculaire augmente. Cela conduit au développement d'une hypoxie et de modifications dégénératives des organes et des tissus. Il existe une hyperémie marquée du visage et de la moitié supérieure du corps. Les yeux deviennent rouges et brillants ("visage ivre").

Figure: 2. Stase sanguine (ralentissement) dans les petits vaisseaux atteints du typhus.

Hémorragie. La cause de l'hémorragie est l'augmentation de la perméabilité de la paroi vasculaire. Déjà au 2ème - 3ème jour chez 10 à 25% des patients sur le pli de transition de la conjonctive et de la paupière inférieure, une éruption cutanée apparaît sous la forme de pétéchies (petites hémorragies ponctuées) ou de roséole individuelle (taches roses) d'un diamètre de 0,5 à 1,0 mm. (Symptôme de Zorokhovich-Chiari). Lors de l'instillation d'une solution d'adrénaline sur le fond d'une membrane muqueuse pâle, une éruption cutanée est visible chez 80 à 90% des patients (test d'Avtsyn). Un jour avant l'apparition de l'éruption cutanée sur la peau, une éruption cutanée apparaît sur le palais mou, les arcades antérieures et la langue palatine sous forme de petites taches rouges (enanthème de Rosenberg). Le symptôme a une grande valeur diagnostique.

Dans le typhus épidémique, une panvasculite généralisée universelle se développe (dommages à toutes les membranes vasculaires), une thromboendovasculite destructrice-proliférative se forme - la base pathomorphologique du typhus.

Formation de "couplages". Sur les sites de défauts de la paroi vasculaire, des infiltrats cellulaires se forment - ("couplages"), ce qui indique le développement d'une périvasculite. Un épaississement des parois vasculaires peut être observé dans le pli de transition de la conjonctive de la paupière inférieure.

Éruption cutanée. L'apparition d'une éruption cutanée sur la peau indique la fin de la période initiale de la maladie..

Dommages au système nerveux. Avec une évolution sévère du typhus, déjà dans la période initiale chez certains patients, du 3e au 4e jour de la maladie, des signes de lésion des noyaux du nerf hypoglosse apparaissent. Le patient montre sa langue avec difficulté, la tire par saccades et lentement, des contractions fibrillaires visibles sont notées (symptôme de Govorov-Godelier). La salivation diminue, la langue devient sèche, recouverte d'une couche épaisse.

Figure: 3. Éruption pétéchiale avec typhus.

Symptômes du typhus au plus fort de la maladie

La plupart des symptômes du typhus de la période initiale persistent au plus fort de la maladie. Sa durée est en moyenne de 10 jours, mais elle peut être plus courte ou prendre jusqu'à 1 mois.

Fièvre. La fièvre pendant cette période de la maladie atteint son niveau maximal, dure 14 à 16 jours, avec un cours compliqué - 25 à 30 jours. La température corporelle diminue soit progressivement sur 3 à 4 jours, soit de manière critique.

Téméraire. Une éruption cutanée sur la peau est le principal symptôme de la maladie. Il apparaît du 4ème au 5ème jour de la maladie et est représenté par les pétéchies (petites hémorragies ponctuées) et la roséole (taches rouge-rose). Enregistré chez 90% des patients.

Initialement, l'éruption cutanée est roseoleuse avec une légère teinte bleutée, quelques pétéchies. Au 2ème jour de la maladie, l'éruption cutanée acquiert un caractère roseolous-pétéchial typique. Dans les cas graves, il existe déjà une quantité importante de pétéchies au début de la maladie. L'éruption cutanée apparaît dans la région sous-clavière, le long des aisselles, de la face interne des épaules, puis sur les faces latérales de la poitrine et du dos. L'abdomen et les fesses sont rarement touchés. Dans les cas graves, une éruption cutanée apparaît sur le visage. Parfois, l'éruption cutanée apparaît sur les paumes et la plante des pieds, mais disparaît en quelques heures, rarement en 2 à 3 jours.

L'éruption cutanée, ayant un caractère hémorragique, «fleurit» (change de couleur) au cours du développement. L'éruption cutanée se présente sous une variété de formes, de tailles et d'heures d'apparition, ce qui donne à la peau un aspect sale.

À partir du 11ème jour de la maladie, l'éruption cutanée pâlit puis disparaît progressivement. Dans les cas graves, l'éruption cutanée persiste jusqu'à 16 jours. Après la disparition de l'éruption cutanée, la pigmentation reste sur la peau pendant un certain temps.

Figure: 4. Une éruption cutanée accompagnée du typhus est l'un des principaux symptômes de la maladie.

La formation de granulomes spécifiques. Les granulomes sypnotiphoïdes se forment à la suite de l'amincissement de la paroi vasculaire et du développement de processus prolifératifs. Un grand nombre de cellules - macrophages et cellules polymorphonucléaires - s'accumulent autour des zones touchées. Une réponse inflammatoire se développe. C'est ainsi que se forment les granulomes du typhus (nodules de Popov-Davydovsky).

Les granulomes se produisent dans de nombreux organes et tissus. Ils se manifestent de 5 à 8 jours de maladie. Le processus est le plus prononcé dans le cerveau, le cœur, la peau, les muqueuses, l'hypophyse, les reins, les glandes surrénales et les organes génitaux. La moelle épinière est moins gravement touchée.

Dommages au système nerveux. Les troubles bulbaires sont causés par le développement de la gliogranulomatose. Au 8ème jour de la maladie, une dysarthrie (troubles de la parole) et une dysphagie (troubles de la déglutition) de gravité variable sont enregistrées. En raison de lésions du nerf auditif, l'audition est altérée. Avec des dommages au cervelet, des nausées et des vertiges sont notés. Les signes méningés indiquent une inflammation des méninges: raideur de la nuque, symptôme de Brudzinsky et de Kernig. La pression dans le liquide céphalo-rachidien augmente et on y trouve souvent des rickettsies. Avec une évolution sévère du typhus, la névrite, la névralgie et la plexite sont enregistrées.

Les troubles mentaux. Les troubles mentaux se développent le 5-8ème jour de la maladie. Le principal symptôme du typhus est un mal de tête sévère, au plus fort de la maladie - troubles mentaux: agitation psychomotrice, délire, hallucinations, troubles de la conscience, troubles de la mémoire (état de typhosus). Le sommeil devient superficiel et s'accompagne de rêves d'une nature effrayante.

Symptômes de dommages au système cardiovasculaire. Les premiers symptômes de lésions du système cardiovasculaire sont enregistrés dès les premiers jours de la maladie. La pression artérielle baisse, au milieu de la maladie - jusqu'à s'effondrer. L'hypotension s'accompagne d'une tachycardie. La fréquence cardiaque est en avance sur le niveau de fièvre. Des changements dystrophiques diffus se développent dans le myocarde.

Autres lésions du typhus. Une augmentation du foie et de la rate est déjà notée au début de la maladie. Au milieu de la maladie, la jaunisse se produit. Souvent, les patients s'inquiètent de la diarrhée, moins souvent de la constipation. A partir du 5ème jour, la diurèse diminue, la densité relative de l'urine augmente. Dans certains cas, une néphrite aiguë survient. Dans les cas graves, des complications surviennent sous la forme de thrombophlébite, d'embolie pulmonaire, d'hémorragie cérébrale.

Symptômes du typhus pendant la période de récupération

Au cours de l'évolution de la maladie dans le corps du patient, des titres d'anticorps se forment et augmentent, ce qui entraîne une diminution du nombre d'agents pathogènes et une toxinémie. Cela se traduit par une amélioration de l'état du patient. La période de récupération commence par une baisse (normalisation) de la température - à partir du 12ème jour de maladie. Pendant 2 à 3 semaines, les patients restent léthargiques, adynamiques et à moitié endormis. L'hyperémie diminue, mais elle persiste encore pendant un certain temps. L'éruption pâlit et disparaît avec le temps. La taille de la rate et du foie est normalisée. Les cheveux sont restaurés, des ongles sains repoussent. Dans le cas du développement d'une névrite des nerfs trijumeau et auditif, la récupération est retardée. La mémoire souffre pendant longtemps. La capacité de travail du patient est rétablie pendant des mois.

Figure: 5. L'éruption cutanée accompagnée du typhus a un caractère roseole-pétéchial.

Maladie de Brill

La maladie de Brill est une rechute lointaine du typhus épidémique. La maladie survient soudainement, la source de l'infection et les porteurs d'agents pathogènes (poux) sont absents, les signes cliniques sont similaires à ceux du typhus, mais avec une évolution plus douce. La maladie a plusieurs noms: typhus sporadique, récidivant ou maladie de Brill-Zinser.

Les cas de la maladie ont été décrits pour la première fois en 1908 - 1909 par N. Brill en Amérique et en 1938 par N. Zinsser. Les scientifiques russes K.Tokarevich, G.S. Mosing et P.F.Zdrorovsky ont grandement contribué à l'étude de la maladie..

Après avoir souffert du typhus, les patients développent une immunité stable et à long terme, mais chez certains patients, les rickettsies peuvent persister longtemps (rester) dans les cellules mononucléées des ganglions lymphatiques et des granulomes du typhus et, avec une diminution de l'immunité, provoquer le développement d'une rechute de la maladie - la maladie de Brill. Dans ce cas, les patients deviennent une source d'infection pour les poux. Le tableau clinique de la maladie est effacé, il est difficile d'isoler les rickettsies du sang, les réactions sérologiques avec des antigènes spécifiques donnent un résultat positif. Les méthodes de diagnostic de la maladie et les schémas thérapeutiques sont similaires à ceux du typhus épidémique.

Caractéristiques de la clinique de la maladie de Brill

En termes cliniques, la maladie de Brill est une évolution bénigne du typhus avec ses signes et périodes de développement inhérents à la maladie. La durée de la période d'incubation n'a pas été établie. L'apparition de la maladie est aiguë. La température corporelle augmente dans les 3 jours et atteint des chiffres significatifs - 39-40 ° C, elle est conservée pendant 10 à 11 jours. Lors de l'utilisation d'antibiotiques, la température corporelle diminue très rapidement (comme une crise). Le mal de tête est la principale plainte du patient. Il y a une hyperémie du visage et de la moitié supérieure du corps, les yeux rougissent et brillent. Les patients eux-mêmes sont agités, euphoriques et bavards. De petites hémorragies ponctuées, des énanthèmes de Rosenberg et des couplages de Kotlyarenko apparaissent sur les muqueuses.

Téméraire. Du 4e au 5e jour de la maladie, une éruption polymorphe apparaît sur la peau sous forme de roséole et de pétéchies. Les éléments de l'éruption cutanée sont moins prononcés qu'avec le typhus, parfois ils sont uniques. L'éruption dure 3 jours, puis elle commence à s'estomper et disparaît au bout de 5 à 7 jours. L'éruption cutanée apparaît chez 60 à 70% des patients.

Troubles somatiques. Les dommages au système cardiovasculaire sont mineurs. Les lésions cardiaques sont plus fréquentes chez les patients âgés. La défaite de la moelle allongée (les noyaux du cerveau hypoglosse) est indiquée par le symptôme de Govorov-Godelier: le patient tire la langue avec des mouvements saccadés, lentement, ses contractions fibrillaires visibles sont notées. Les états délirants sont rares. Le délire est modéré, les psychoses ne sont pas notées. Dans certains cas, des symptômes méningés surviennent, rarement - méningite séreuse.

Diagnostic de la maladie. Les données épidémiologiques indiquent la maladie de Brill - typhus précédemment transféré. Les anticorps contre la rickettsie chez ces patients persistent tout au long de leur vie (lorsqu'une réaction sérologique de CSC est établie, un titre d'anticorps de 1:10 est détecté). Par conséquent, l'obtention d'un résultat CSC positif dès les premiers jours de la maladie exclut la possibilité de développer une maladie primaire. Les réactions sérologiques de la fièvre typhoïde primaire deviennent déjà positives 4 à 7 jours après le début de la maladie. La maladie de Brill est indiquée par la détection des anticorps IgG dans la période aiguë de la maladie, IgM - sur le typhus primaire.

Reconvalescence. La période de récupération commence après la disparition de la fièvre, se déroule calmement, l'efficacité est rétablie dans les 2 semaines. Les complications sont rares. Se manifeste généralement sous la forme de pneumonie, de thrombose et de thrombophlébite. La prévision est favorable.

Figure: 6. Sur la photo, les rickettsies rouges sont localisées intracellulairement. Ils persistent pendant une longue période (des décennies) dans les cellules mononucléées des ganglions lymphatiques et des granulomes du typhus et, avec une diminution de l'immunité, peuvent provoquer le développement d'une rechute de la maladie - maladie de Brill.

Typhus

Le typhus est une rickettsiose qui se produit avec des modifications destructrices de l'endothélium vasculaire et le développement d'une thrombovasculite généralisée. Les principales manifestations du typhus sont associées à la rickettsiémie et à des modifications vasculaires spécifiques. Ils comprennent l'intoxication, la fièvre, l'état typhoïde, l'éruption cutanée roséole-pétéchiale. Parmi les complications du typhus figurent la thrombose, la myocardite, la méningo-encéphalite. La confirmation du diagnostic est facilitée par des tests de laboratoire (RNGA, RNIF, ELISA). La thérapie étiotropique du typhus est réalisée avec des antibiotiques du groupe des tétracyclines ou du chloramphénicol; une désintoxication active est montrée, un traitement symptomatique.

CIM-10

  • Les raisons
  • Symptômes du typhus
  • Complications
  • Diagnostique
  • Traitement du typhus
  • Prévision et prévention
  • Prix ​​des traitements

informations générales

Le typhus est une maladie infectieuse causée par la rickettsie de Provachek, qui se manifeste par une fièvre et une intoxication sévères, un exanthème roséole-pétéchial et une lésion prédominante des systèmes vasculaire et nerveux central. Aujourd'hui, le typhus ne se produit pratiquement pas dans les pays développés, les cas de la maladie sont enregistrés principalement dans les pays en développement d'Asie et d'Afrique. Les augmentations épidémiques de la morbidité sont généralement observées dans le contexte des catastrophes sociales et des urgences (guerres, faim, dévastation, catastrophes naturelles, etc.), lorsqu'il y a un énorme poux de la population.

Les raisons

Rickettsia prowazeki est une petite bactérie polymorphe non motile à Gram négatif. Contient des endotoxines et de l'hémolysine, a un antigène thermolabile spécifique au type et un antigène thermostable somatique. Meurt à une température de 56 ° en 10 minutes, à 100 ° en 30 secondes. Dans les excréments des poux, les rickettsies peuvent rester viables jusqu'à trois mois. Ils répondent bien aux désinfectants: chloramine, formol, lysol, etc..

Le réservoir et la source de l'infection du typhus est une personne malade, la transmission de l'infection se fait par une voie transmissible par les poux (généralement des poux de corps, moins souvent des poux de tête). Après avoir sucé une personne malade, le pou devient contagieux après 5 à 7 jours (avec une durée de vie minimale de 40 à 45 jours). L'infection humaine se produit lors du frottement des selles des poux tout en grattant la peau. Parfois, il existe une voie de transmission respiratoire par inhalation d'excréments de poux séchés avec de la poussière et une voie de contact lorsque la rickettsie pénètre dans la conjonctive.

La sensibilité est élevée, après le transfert de la maladie, une immunité stable se forme, mais une récidive est possible (maladie de Brill). Il y a une saisonnalité hiver-printemps de l'incidence, le pic tombe en janvier-mars.

Symptômes du typhus

La période d'incubation peut durer de 6 à 25 jours, le plus souvent 2 semaines. Le typhus se produit de manière cyclique, dans son évolution clinique, il y a des périodes: initiale, pic et convalescence. La période initiale du typhus est caractérisée par une élévation de la température à des valeurs élevées, des maux de tête, des douleurs musculaires, des symptômes d'intoxication. Parfois, avant cela, des symptômes prodromiques peuvent être notés (insomnie, diminution des performances, lourdeur dans la tête).

À l'avenir, la fièvre devient constante, la température reste au niveau de 39-40 ° C. Aux jours 4-5, une diminution de la température peut être notée pendant une courte période, mais la condition ne s'améliore pas et plus tard, la fièvre reprend. L'intoxication grandit, les maux de tête, les vertiges s'intensifient, les troubles sensoriels (hyperesthésie), l'insomnie persistante, parfois des vomissements, la langue sèche, recouverte de fleurs blanches. Les troubles de la conscience se développent jusqu'au crépuscule.

A l'examen, on note une hyperémie et un gonflement de la peau du visage et du cou, la conjonctive, l'injection de la sclérotique. La peau est sèche, chaude au toucher, des symptômes endothéliaux positifs sont notés à partir du 2-3ème jour et le 3-4ème jour, le symptôme de Chiari-Avtsyn (hémorragies dans les plis de transition de la conjonctive) est détecté. Une hépatosplénomégalie modérée se développe aux jours 4-5. Les hémorragies ponctuelles du palais, la muqueuse pharyngée (enanthème de Rosenberg) indiquent une fragilité accrue des vaisseaux sanguins.

La période de pointe est caractérisée par l'apparition d'une éruption cutanée au 5-6e jour de la maladie. Dans le même temps, une fièvre constante ou rémittente et des symptômes d'intoxication sévère persistent et s'aggravent, les maux de tête deviennent particulièrement intenses et pulsatiles. L'exanthème roséole-pétéchial se manifeste simultanément sur le tronc et les membres. L'éruption est épaisse, plus prononcée sur les surfaces latérales du tronc et interne - les extrémités, la localisation sur le visage, les paumes et la plante des pieds n'est pas typique, ainsi que des éruptions cutanées supplémentaires ultérieures.

La plaque sur la langue acquiert une couleur brun foncé, une progression de l'hépatomégalie et de la splénomégalie (syndrome hépatolienal) est notée, une constipation et une distension abdominale sont souvent observées. En relation avec la pathologie des vaisseaux rénaux, il peut y avoir une douleur dans la zone de leur projection dans la région lombaire, un symptôme Pasternatsky positif (douleur lors du tapotement), une oligurie apparaît et progresse. Les dommages toxiques aux ganglions de l'innervation autonome des organes urinaires entraînent une atonie de la vessie, un manque de réflexe pour uriner, un diabète paradoxal (l'urine est excrétée goutte à goutte).

Au milieu du typhus, la clinique neurologique bulbaire est activement déployée: tremblements de la langue (symptôme de Govorov-Godelier: la langue touche les dents en saillie), troubles de la parole et des expressions faciales, plis nasogéniens lissés. On note parfois une anisocorie, un nystagmus, une dysphagie, un affaiblissement des réactions pupillaires. Des symptômes méningés peuvent survenir.

L'évolution sévère du typhus est caractérisée par le développement d'un statut typhoïde (10-15% des cas): un trouble mental accompagné d'agitation psychomotrice, de bavardage, de troubles de la mémoire. À ce moment, les troubles du sommeil et de la conscience s'aggravent. Un sommeil peu profond peut conduire à des visions effrayantes, des hallucinations, des délires, des oublis.

La période de pointe du typhus se termine par une diminution de la température corporelle à des valeurs normales 13 à 14 jours après le début de la maladie et le soulagement des symptômes d'intoxication. La période de récupération est caractérisée par une lente disparition des symptômes cliniques (en particulier du système nerveux) et une récupération progressive. La faiblesse, l'apathie, la labilité de l'activité nerveuse et cardiovasculaire, les troubles de la mémoire persistent jusqu'à 2-3 semaines. Parfois (assez rarement) une amnésie rétrograde survient. Le typhus n'est pas sujet à une récidive précoce.

Complications

Au milieu de la maladie, le choc infectieux-toxique peut devenir une complication extrêmement dangereuse. Une telle complication peut généralement survenir le 4-5 ou le 10-12 jour de la maladie. Dans ce cas, la température corporelle tombe à des valeurs normales en raison du développement d'une insuffisance cardiovasculaire aiguë. Le typhus peut contribuer au développement de la myocardite, de la thrombose et de la thromboembolie.

Les complications de la maladie du système nerveux peuvent être une méningite, une méningo-encéphalite. L'adhésion à une infection secondaire peut provoquer une pneumonie, une furonculose, une thrombophlébite. Un alitement prolongé peut conduire à la formation d'escarres et la lésion vasculaire périphérique caractéristique de cette pathologie peut contribuer au développement de la gangrène des extrémités terminales..

Diagnostique

Le diagnostic non spécifique du typhus comprend une analyse générale du sang et de l'urine (des signes d'infection bactérienne et d'intoxication sont notés). La méthode la plus rapide pour obtenir des données sur le pathogène est le RNGA. Presque en même temps, les anticorps peuvent être détectés dans le RNIF ou ELISA.

Le RNIF est la méthode la plus courante pour diagnostiquer le typhus en raison de la simplicité et du prix relativement bas de la méthode avec sa spécificité et sa sensibilité suffisantes. L'hémoculture n'est pas effectuée en raison de la complexité excessive de l'isolement et de l'ensemencement du pathogène.

Traitement du typhus

Si le typhus est suspecté, le patient doit être hospitalisé, il est assigné au repos au lit jusqu'à ce que la température corporelle revienne à la normale et cinq jours après. Vous pouvez vous lever le 7-8ème jour après la disparition de la fièvre. Le repos au lit strict est associé à un risque élevé de collapsus orthostatique. Les patients ont besoin de soins attentifs, de procédures d'hygiène, de prévention des escarres, de la stomatite, de l'inflammation des glandes auriculaires. Il n'y a pas de régime spécial pour les patients atteints de typhus, un tableau commun est prescrit.

En tant que traitement étiologique, des antibiotiques du groupe des tétracyclines ou du chloramphénicol sont utilisés. Une dynamique positive avec l'utilisation de l'antibiothérapie est déjà notée le 2-3ème jour après le début du traitement. L'évolution thérapeutique comprend toute la période fébrile et 2 jours après la normalisation de la température corporelle. En raison du degré élevé d'intoxication, une perfusion intraveineuse de solutions de désintoxication et une diurèse forcée sont indiquées. Un neurologue et un cardiologue sont consultés pour prescrire une thérapie complexe et efficace pour les complications survenues..

Avec des signes de développement d'une insuffisance cardiovasculaire, le nicétamide, l'éphédrine sont prescrits. Des analgésiques, hypnotiques, sédatifs sont prescrits en fonction de la gravité des symptômes correspondants. Dans le typhus sévère avec intoxication sévère et la menace de développer un choc infectieux-toxique (avec une insuffisance surrénalienne sévère), la prednisolone est utilisée. La sortie des patients de l'hôpital est effectuée le 12e jour après l'établissement de la température corporelle normale.

Prévision et prévention

Les antibiotiques modernes sont assez efficaces et suppriment l'infection dans presque 100% des cas, les décès rares sont associés à une assistance insuffisante et intempestive. La prévention du typhus comprend des mesures telles que la lutte contre les poux de tête, la désinfection des foyers de propagation, y compris le traitement approfondi (désinsectisation) du logement et des effets personnels des patients. Une prophylaxie spécifique est pratiquée sur les personnes qui entrent en contact avec des patients vivant dans des zones défavorables à la situation épidémiologique. Il est produit à l'aide de vaccins tués et vivants du pathogène. Avec une forte probabilité d'infection, une prophylaxie d'urgence avec des antibiotiques tétracycline peut être effectuée pendant 10 jours.

Typhus: agent causal, épidémiologie, symptômes et évolution, diagnostic. traitement

Le typhus est une maladie infectieuse du groupe des rickettsioses, caractérisée par une apparition aiguë, une évolution cyclique, une intoxication sévère, des lésions des vaisseaux sanguins et des tissus nerveux. L'agent causal de la typhoïde est un parasite intracellulaire - la rickettsie. L'infection se propage par transmission via le vecteur - un insecte suceur de sang. Le microbe détruit progressivement la membrane endothéliale vasculaire, ce qui conduit au développement d'une thrombovasculite généralisée.

Le typhus est l'une des plus anciennes maladies de l'humanité. Le terme «typhos» a été utilisé pour la première fois par Hippocrate, un célèbre médecin grec ancien. Pendant les guerres, des millions de personnes sont mortes d'infection. Le nombre de personnes décédées de la maladie a largement dépassé le nombre de victimes sur le champ de bataille. En 1942, un vaccin contre le typhus a été développé. Son utilisation généralisée a considérablement réduit le taux d'incidence et même empêché une épidémie pendant la Seconde Guerre mondiale..

Le typhus est une infection anthroponotique: la rickettsie ne peut parasiter que dans le corps humain. Les microbes se propagent rapidement dans la population et affectent les structures du système vasculaire. Cliniquement, ces changements s'accompagnent de l'apparition sur le corps du patient de traits distinctifs - exanthème roséole-pétéchial. Les symptômes de la pathologie comprennent: fièvre, état typhoïde, signes d'intoxication. Avec la progression de la maladie, des complications mortelles se développent - méningite, myocardite, thrombose. Le typhus est plus souvent enregistré en hiver et au début du printemps, lorsque la densité de population devient maximale et que les défenses immunitaires de l'organisme s'affaiblissent.

Le diagnostic de la pathologie consiste à effectuer des tests de laboratoire - l'établissement de réactions sérologiques. Le traitement du typhus est antimicrobien. Les patients se voient prescrire des antibiotiques du groupe des tétracyclines. La thérapie étiotropique s'accompagne d'une désintoxication et d'un traitement symptomatique.

Actuellement, le typhus n'est signalé que dans les pays asiatiques et africains. Les épidémies surviennent lors de catastrophes sociales et d'urgences, lorsqu'il y a des poux massifs de personnes.

Étiologie et pathogenèse

La rickettsie est un parasite intracellulaire qui occupe une position intermédiaire dans la hiérarchie des microorganismes entre virus et bactéries. Ce genre se compose de plusieurs espèces aux propriétés morphologiques, physiologiques, tinctoriales, pathogénétiques et culturelles similaires..

Les rickettsies sont de petits microbes immobiles qui ne forment ni spores ni capsules. Pendant la culture, un polymorphisme est observé - ils prennent la forme de cocci et de bâtonnets. Les bactéries se multiplient par fission binaire transverse.

  • Les micro-organismes sont colorés en rouge par gramme - ils sont Gram négatifs. Dans les frottis, ils sont localisés seuls ou en grappes.
  • La pathogénicité des bactéries est due à la capacité de produire des endotoxines et de l'hémolysine.
  • Les rickettsies ont des antigènes thermolabiles et somatiques thermostables spécifiques au type.
  • Ces parasites intracellulaires sont localisés dans le cytoplasme. Dans des conditions de laboratoire, ils se multiplient en culture cellulaire ou embryons de poulet, formant des «plaques».
  • Les microbes résistent au chauffage jusqu'à 50 degrés, au refroidissement et au séchage. Ils persistent longtemps dans les matières fécales des insectes et meurent rapidement dans un environnement humide. Les rickettsies sont sensibles aux désinfectants contenant du chlore et aux antibiotiques du groupe des tétracyclines.
  • Le principal représentant du genre est Rickettsia Provaceka, qui tire son nom du scientifique de la République tchèque qui a découvert ce micro-organisme..

    Liens pathogéniques du processus:

    1. Pénétration de la rickettsie dans le corps humain par microtraumatisme cutané,
    2. La libération de microbes dans le sang et la lymphe,
    3. Reproduction d'agents pathogènes dans les ganglions lymphatiques régionaux,
    4. La mort de certains microbes et la libération d'endotoxine,
    5. Intoxication,
    6. Pénétration de bactéries dans l'endothélium vasculaire,
    7. Destruction des cellules endothéliales et libération de rickettsies,
    8. Vasodilatation capillaire et trouble de la microcirculation,
    9. Hyperémie paralytique et ralentissement du flux sanguin,
    10. Formation de caillots sanguins hyalins sur les sites de rickettsies parasites,
    11. Modifications nécrotiques de la paroi vasculaire et leur blocage,
    12. Formation de granulomes du typhus dans les vaisseaux du système nerveux central, la peau, les muqueuses, les glandes surrénales, le myocarde, les reins,
    13. L'apparition des symptômes correspondants.

    Des réarrangements immunitaires spécifiques conduisent à la récupération et au développement inversé des changements morphologiques. Ce processus prend en moyenne 4 semaines..

    Épidémiologie

    La maladie se développe à la suite d'un contact humain direct avec des porteurs du virus. L'agent pathogène est transmis par transmission par des insectes suceurs de sang. Distinguer le typhus épidémique et endémique. Le premier est propagé par les poux de corps ou les poux de tête, le second par les tiques ixodides.

    Après avoir sucé le sang d'une personne malade, l'insecte s'infecte et reste aussi dangereux que possible pendant 7 jours. Les rickettsies avec du sang pénètrent dans les intestins du parasite, se multiplient et s'accumulent dans les cellules épithéliales de l'intestin. Un pou ou une tique, une fois sur le corps et aspiré, commence à déféquer. Pendant les selles, beaucoup de mucus est sécrété, ce qui provoque des démangeaisons. Une personne en bonne santé peigne le site de la morsure, frottant les selles dans les abrasions qui en résultent. C'est la principale voie de distribution de la rickettsie. Après 2-3 semaines, les intestins de l'insecte sont obstrués et il s'autodétruit..

    Une infection aérogène est possible lorsque des personnes en bonne santé inhalent des poux séchés ou des excréments de tiques avec de la poussière. Les rickettsies se déposent sur l'épithélium des voies respiratoires et commencent à se multiplier activement. Le chemin de contact est le coup de la rickettsie avec la conjonctive. Il existe des cas connus d'infection par transfusion sanguine chez des donneurs lors d'une transfusion sanguine.

    La sensibilité au typhus est élevée et universelle. La maladie affecte des personnes de tout sexe, âge, origine. Le groupe à risque comprend les travailleurs des transports, les bains, les blanchisseries, les désinfectants et les médecins. Le principal facteur prédisposant au développement de la maladie est une violation des conditions d'hygiène de la vie. Cela se produit généralement pendant les guerres, les bouleversements sociaux et les urgences. Favorise la propagation de l'infection, des poux de tête, des processus de migration, du manque d'approvisionnement en eau centralisé.

    La maladie se reproduit souvent. Avec une diminution de l'immunité, les rickettsies sont activées, qui sont restées après une guérison incomplète. Le typhus, qui s'est re-développé, a été appelé «maladie de Brill».

    Symptômes

    Le typhus est une maladie qui comporte trois stades cliniques: initial, chaleur et convalescence. L'apparition des symptômes est toujours précédée d'une incubation, qui commence à partir du moment de l'infection et dure environ deux semaines.

    Le stade initial se manifeste par des signes de syndrome d'intoxication, qui apparaissent soudainement. Ceux-ci inclus:

    • Fièvre,
    • Céphalée,
    • Douleurs musculaires,
    • Insomnie,
    • Prostration,
    • La faiblesse,
    • Réfrigération légère,
    • Transpiration,
    • La soif,
    • Perte d'appétit.

    La température monte à des valeurs fébriles et dure plusieurs jours. Sa diminution à court terme est possible. Dans le même temps, l'état des patients reste grave. Lorsque la fièvre reprend, l'intoxication augmente. Vomissements, vertiges, hyperesthésie, doublure de la langue se rejoignent. La conscience devient crépusculaire, la peau du visage et du cou est hyperémique, sèche, chaude et œdémateuse, la sclère est injectée. Il y a des hémorragies ponctuelles dans la conjonctive, le palais, le pharynx. «Les yeux rouges sur un visage rouge» et les taches de Chiari-Avtsyn sont des signes caractéristiques du typhus. À l'avenir, les patients développent une hépatosplénomégalie modérée..

    La hauteur de la maladie se manifeste:

    1. Perception accrue,
    2. Irritation et anxiété,
    3. Confusion ou euphorie,
    4. Désorientation spatio-temporelle,
    5. Discours incohérent,
    6. Hypotension et tachycardie,
    7. Essoufflement,
    8. En étouffant les sons du cœur,
    9. Éruption cutanée épaisse et irritante de roséole-pétéchies sur le tronc et les membres,
    10. Une coloration orange particulière de la peau des paumes et des pieds - carotène xanthochromie,
    11. Hémorragies sur le corps après pincement,
    12. Fièvre persistante ou récurrente,
    13. Maux de tête intenses et lancinants,
    14. Bleuissement des lèvres, du bout du nez, des oreilles,
    15. Floraison brune sur la langue,
    16. Syndrome hépatolienal,
    17. Constipation et ballonnements,
    18. Douleur lombaire,
    19. Oligurie,
    20. Manque de réflexe pour uriner,
    21. Tremblement de la langue,
    22. Diminution de la parole et des expressions faciales,
    23. Anisocorie, nystagmus, dysphagie, affaiblissement des réactions pupillaires,
    24. Signes méningés.

    Une éruption cutanée est le principal signe clinique de la pathologie, ce qui explique son nom. Il apparaît le 4-6ème jour de la maladie et indique le début de la hauteur du processus. L'exanthème dans le typhus est roseoleux pétéchial. Les roséoles sont de petites taches rouges avec un contour flou et disparaissent lorsqu'elles sont pressées. Pétéchies - petites hémorragies presque ponctuées, situées sur la roséole ou sur une peau propre. Une éruption cutanée abondante apparaît sur le tronc et les membres. Ses éléments recouvrent progressivement la peau de la poitrine, du dos, des fesses, des cuisses, des jambes. Le visage, les paumes et les pieds sont toujours propres. En cas de reprise, la roséole est la première à disparaître. Les pétéchies changent progressivement de couleur et disparaissent plus lentement.

    photo: exanthème roséole-pétéchial

    photo: lésion cutanée due à une piqûre de tique

    Une caractéristique des agents infectieux dans le typhus transmis par les tiques et épidémique est le tropisme de l'endothélium des vaisseaux sanguins. Lorsqu'ils sont détruits, un syndrome thrombohémorragique se développe, se manifestant non seulement par une éruption hémorragique, mais également par des hémorragies et des saignements plus importants. Dans les cas graves, un état typhoïde se développe, caractérisé par une agitation psychomotrice, une bavardage, des troubles de la mémoire, des troubles du sommeil et de la conscience, des hallucinations, un délire, l'oubli.

    De 10 à 12 jours de maladie, la température revient à la normale, les symptômes d'intoxication disparaissent. Le stade final de la maladie arrive - la convalescence. Les patients développent un intérêt pour les événements actuels, améliorent le sommeil et l'appétit, normalisent le débit urinaire et normalisent la taille du foie et de la rate. Après la guérison, certains symptômes peuvent persister pendant un mois - faiblesse, apathie, faiblesse, dysfonctionnement cardiovasculaire, labilité émotionnelle, troubles mnésiques.

    Chez les enfants, le typhus est beaucoup plus facile et la guérison est plus rapide. Les signes d'intoxication sont généralement associés à des manifestations catarrhales et dyspeptiques. L'éruption cutanée typique chez les enfants peut être absente. Leur typhus est léger à modérément sévère et n'est jamais compliqué par des processus potentiellement mortels. Dans le même temps, la mortalité n'est presque jamais enregistrée..

    Mesures diagnostiques

    Le diagnostic du typhus au stade initial est difficile, car il n'y a toujours pas d'exanthème typique et les patients ne se plaignent que de signes généraux d'intoxication. Le diagnostic est facilité par l'histoire épidémiologique, en particulier lors des épidémies.

    Diagnostic de laboratoire de la maladie:

    • Analyse générale du sang et de l'urine - signes d'inflammation bactérienne et d'intoxication: augmentation du nombre de neutrophiles, diminution des éosinophiles, des lymphocytes, des érythrocytes, des plaquettes, une augmentation de l'ESR. Les données obtenues sont non spécifiques et peu informatives..
    • Analyse du LCR - cytose lymphocytaire.
    • LHC - hypoprotéinémie, violation du rapport albumine et globulines.
    • Tests sérologiques - mise en scène RNGA, RNIF, RSK afin de détecter les anticorps contre la rickettsie. Ces méthodes sont faciles à mettre en œuvre, relativement bon marché, assez spécifiques et très sensibles. Le titre de diagnostic est 1: 160 et plus.
    • Immunoessai - détection des immunoglobulines M et G, indiquant le stade initial de l'infection aiguë ou la chronicité du processus.

    De plus, les organes individuels sont examinés à l'aide de méthodes matérielles - ECG, échographie, EEG, radiographie pulmonaire.

    Le processus de guérison

    Le traitement du typhus est complexe. Elle est réalisée dans un hôpital infectieux. Le patient est isolé dans une boîte séparée. La pharmacothérapie consiste à utiliser des médicaments qui affectent la cause de la maladie et les principaux liens pathogéniques, ainsi qu'à éliminer les symptômes désagréables. En plus du traitement pharmacologique, les patients reçoivent un repos au lit strict pendant une période de 7 jours et des soins attentifs pour éviter la formation d'escarres..

    1. L'antibiothérapie étiotropique est l'utilisation de médicaments du groupe tétracycline et chloramphénicol. Les médicaments de choix sont la doxycycline et la lévomycétine. Un tel traitement améliore l'état général des patients dès 2-3 jours. Les antibiotiques sont utilisés dans un cours - pendant toute la période de fièvre et deux jours de plus après.
    2. Traitement de désintoxication - administration intraveineuse de solutions colloïdales et cristalloïdes, prise de diurétiques.
    3. Les patients se voient prescrire des glycosides cardiaques, des tranquillisants, des médicaments vasculaires, des analgésiques, des hypnotiques, des antipyrétiques, des antihistaminiques, des sédatifs et d'autres médicaments en fonction des symptômes de l'infection.
    4. Dans les cas graves, lorsque les antibiotiques ne donnent pas de résultats positifs et que l'état du patient continue de se détériorer, des corticostéroïdes sont utilisés - «Prednisolone», «Hydrocortisone».
    5. Thérapie vitaminique - prise de complexes multivitaminés contenant des vitamines C, P et autres qui renforcent les parois des vaisseaux sanguins.
    6. Anticoagulants - "Héparine" empêche le développement de la thrombose et de l'embolie, en particulier chez les personnes âgées.

    Les patients atteints de typhus sont sous la surveillance constante du personnel médical. L'apparition soudaine du délire, une excitation intense et un comportement inapproprié indiquent la progression de la maladie et le développement de complications potentiellement mortelles.

    Prévisions et avertissements

    Le pronostic de la pathologie est favorable. Un traitement antibiotique opportun et correctement sélectionné résout facilement l'infection. Décès associés à des soins médicaux insuffisants ou retardés.

    Les complications du typhus comprennent:

    • Choc toxique,
    • Dysfonctionnement cardiovasculaire persistant,
    • Inflammation ou infarctus du myocarde,
    • TELA,
    • Méningite et méningo-encéphalite,
    • Infection bactérienne secondaire,
    • Glomérulonéphrite,
    • Thrombophlébite,
    • Endartérite,
    • Gangrène des membres,
    • Psychose,
    • Polyradiculonévrite,
    • Effondrer.

    La prévention de l'infection consiste à mettre en œuvre des mesures spécifiques, d'urgence et non spécifiques.

    1. Les vaccinations sont soumises aux personnes en contact avec des patients et vivant dans des régions défavorisées. Il existe des vaccins vivants tués et atténués. La vaccination de la population était activement menée lorsque l'incidence de la typhoïde était très élevée. À ce jour, la prévention spécifique de l'infection a perdu de son importance. Cela est dû à l'effet thérapeutique persistant des antibiotiques et à une faible incidence.
    2. Mesures d'urgence - l'utilisation d'agents antibactériens tétracycline avec une forte probabilité d'infection.
    3. Mesures non spécifiques pour prévenir le développement du typhus: destruction des poux et des tiques; identification précoce des patients et leur isolement dans la boîte infectieuse; destruction, neutralisation et désinfection d'agents biologiques pathogènes; élimination des foyers de rickettsiose.