Hormones stéroïdes, fibromes utérins et dysfonctionnement hépatique: pathogenèse et perspectives de traitement

Cliniques

Les fibromes utérins (MM) sont de véritables tumeurs bénignes des organes hormono-dépendants. Sa prévalence varie considérablement. Selon la littérature, une femme sur quatre à cinq dans le monde a des fibromes utérins

Les fibromes utérins (MM) sont de véritables tumeurs bénignes des organes hormono-dépendants. Sa prévalence varie considérablement. Selon la littérature, une femme sur quatre à cinq dans le monde a des fibromes utérins [40, 57]. Malgré la faible probabilité de malignité (1%), jusqu'à 2/3 des patientes souffrant de fibromes utérins subissent un traitement chirurgical, et 60 à 96% de toutes les opérations sont radicales et entraînent une perte de la fonction reproductrice et menstruelle chez la femme. Cela devient par la suite la principale raison du développement de troubles du système hypothalamo-hypophyso-ovarien, ainsi que de changements végétatifs-vasculaires et psycho-émotionnels [6, 14].

Le contexte de l'augmentation de la croissance des ganglions myomateux pendant la période préménopausique est considéré comme des troubles neuroendocriniens à long terme, la ménopause pathologique, l'action de facteurs qui stimulent les processus hyperplasiques dans le corps, ainsi que divers troubles métaboliques (obésité, violation du métabolisme des lipides et des glucides, etc.) [6, 14, 17].

Les fibromes utérins sont souvent associés à diverses maladies extragénitales: obésité (64%), maladies du système cardiovasculaire (60%), troubles fonctionnels du tractus gastro-intestinal (40%); hypertension (19%), névroses et états de type névrose (11%), endocrinopathies (4,5%). Une femme en surpoids, associée à une faible activité physique et un stress fréquent, font partie des facteurs contribuant à l'apparition du MM. De plus, lors de l'évaluation du risque de fibromes utérins, une prédisposition génétique à son développement n'est pas exclue [58].

Dans la pratique clinique, la nature de la croissance tumorale est d'une grande importance. Les tumeurs de l'utérus sont divisées par composition tissulaire - fibromes, fibromes, angiomes et adénomyomes - en fonction de la teneur en tissu conjonctif et du degré de développement du composant vasculaire. On distingue les tumeurs simples et proliférantes, ces dernières se retrouvent chez un patient sur quatre avec un myome utérin.

Le MM doit être considéré comme une prolifération dysrégénérative du myomètre endommagé et non comme une tumeur [24, 38, 58].

On sait que dans le myomètre, autour d'un vaisseau à paroi mince, plusieurs bourgeons de croissance sont immédiatement déposés. Les fibromes utérins ont une croissance autonome (autocrine et paracrine), en raison de l'interaction des facteurs de croissance et de la formation de récepteurs de croissance et sensibles aux hormones [14, 23, 38, 53].

La pathogenèse du MM est encore controversée. Les théories existantes sur le développement de la maladie sont basées sur les résultats d'études en laboratoire et expérimentales et n'expliquent que certains des liens de la pathogenèse. L'un des endroits centraux de la pathogenèse du MM est attribué aux particularités de l'état hormonal et de l'état fonctionnel du système reproducteur [42].

La recherche moderne confirme l'opinion traditionnelle sur le rôle principal des œstrogènes dans la pathogenèse du MM [40, 41, 56]. La teneur en récepteurs d'estradiol et de progestérone dans le tissu fibrome est plus élevée que dans le myomètre inchangé et est sujette à des changements cycliques. Un traitement à long terme avec des agonistes de la gonadolibérine (facteur de libération hypothalamique) réduit le volume des ganglions myomateux dans le contexte d'une diminution significative de la teneur en récepteurs des œstrogènes dans le myomètre et les tissus du myome [14, 16, 23, 33, 40, 54].

L'hyperestrogénémie joue le rôle principal dans la pathogenèse des fibromes utérins. Cela a été prouvé expérimentalement par la possibilité d'obtenir des pseudomyomes à la suite d'une utilisation prolongée d'hormones œstrogéniques. Après l'arrêt de l'action des œstrogènes, le MM chez les animaux subit une régression [19].

Les œstrogènes dans le sang des femmes circulent à la fois libres et liés sous forme de composés avec des acides sulfurique et glucuronique. La conjugaison des œstrogènes avec l'acide glucuronique par l'enzyme uridine phosphoglucuronyl transférase se produit principalement dans le foie. La perturbation des processus de conjugaison des œstrogènes peut entraîner une augmentation des fractions libres d'œstrogènes, qui ont une capacité plus prononcée à stimuler les processus hyperplasiques dans les organes cibles - l'utérus [19].

Chez les femmes souffrant de MM, tous les tissus (et pas seulement les tissus de l'utérus) réagissent aux fluctuations du taux d'hormones sexuelles en modifiant la concentration de leurs récepteurs; l'œstradiol induit d'abord la formation de récepteurs et une augmentation du taux de progestérone dans le sang entraîne une diminution des récepteurs des œstrogènes et de la progestérone [23].

La progestérone, avec les œstrogènes, stimule la croissance des fibromes utérins [54], mais ces deux hormones, participant à la pathogenèse des fibromes, utilisent des voies différentes [59]. Il a été prouvé que la 4-hydroxylation de l'estradiol dans le tissu MM est multipliée par cinq par rapport au myomètre environnant. Les niveaux d'activité de l'aromatase et les produits de transcription du cytochrome P450-aromatase sont 2 à 20 fois plus élevés dans la culture de cellules de myome que dans les tissus normaux. Cela indique une augmentation de la biosynthèse locale des œstrogènes qui stimulent la croissance des fibromes [33]. La teneur élevée en récepteurs d'œstrogène et de progestérone dans le fibrome se traduit par une augmentation locale de la concentration d'estradiol, de progestérone et par la stimulation de la croissance des fibromes. Dans ce cas, la progestérone et les œstrogènes ont un effet synergique [59].

Ainsi, des perturbations dans l'échange de stéroïdes sexuels dans les ganglions myomateux se forment selon le principe de la rétroaction positive basée sur la stimulation des cellules autocrines. Le développement de ce mécanisme physiopathologique est dû à la participation active des soi-disant facteurs de croissance, ce qui entraîne la croissance des ganglions myomateux, une altération de la vascularisation et des saignements [33, 40, 56, 59].

Le facteur de croissance des fibroblastes, le facteur de croissance de l'endothélium vasculaire transformant le facteur de croissance β, la protéine de type hormone parathyroïdienne et la prolactine jouent le rôle principal dans le développement des complications [17].

Le facteur décisif induisant le développement du MM est l'hyperestradiolémie locale, déséquilibrée par une hyperprogestéronémie locale. Le MM dans des conditions d'anovulation naturelle devient un facteur de risque pour le développement accéléré des processus hyperplasiques du myomètre et de l'endomètre [6, 23, 29, 30].

Le déséquilibre hormonal affecte non seulement la croissance des fibromes utérins, mais affecte également les fonctions de nombreux organes et systèmes. Les fonctions métaboliques du foie sont le plus souvent altérées. La base pathologique en est l'existence dans le corps d'un système métabolique fonctionnel «hypothalamus-hypophyse-ovaire-foie» [2, 3, 4, 5, 27]. Il faut souligner que le foie est l'organe central de l'homéostasie du cholestérol et de ses dérivés [21, 32, 49].

Le cholestérol de diverses classes de lipoprotéines est la source de synthèse des principaux lipides biliaires, en particulier les acides biliaires et le cholestérol biliaire inchangé, et le cholestérol des lipoprotéines de haute densité est principalement converti en acides biliaires et le cholestérol des lipoprotéines de basse densité est excrété dans la bile sous forme inchangée [17, 36, 46 ]. Le point clé dans la synthèse des acides biliaires est la 7-alpha-hydroxylase. Les hormones sexuelles jouent un rôle important dans la régulation de l'activité de cette enzyme; en outre, l'activité de la 7-alpha réductase dépend de la quantité de cholestérol libre non estérifié [21, 35, 46].

Les réactions métaboliques et cataboliques se produisant dans le foie équilibrent divers processus de sécrétion, en particulier les hormones sont activées et interconverties ici [22, 44]. Les changements dans la conversion des hormones affectent la quantité de formes actives dans le sang et les tissus. Le renforcement des réactions métaboliques conduit à la fois à un déplacement de l'équilibre entre les formes libres et liées des hormones vers une augmentation de la concentration de leur fraction libre, et à la suppression de la synthèse de protéines de transport spécifiques et à une augmentation automatique du contenu de la forme active libre des hormones [19].

Le catabolisme hormonal est un ensemble de divers processus de dégradation enzymatique de la structure initiale de l'hormone sécrétée [25]. Le foie est le principal producteur de protéines de liaison aux hormones. Plus de 90% du cholestérol utilisé dans la synthèse des hormones stéroïdes est produit dans le foie. Les métabolites des hormones stéroïdiennes sont peu solubles dans l'eau et, avant l'excrétion, sont convertis dans le foie en composés appariés (conjugués) de l'ester avec les acides sulfurique, glucuronique et autres [21, 47].

L'impression hormonale du métabolisme des stéroïdes est effectuée aux niveaux transcriptionnel ou traductionnel. Il revient à organiser la détermination du rapport des formes moléculaires du cytochrome microsomal P-450. La perturbation du métabolisme des stéroïdes est associée à une augmentation de l'activité de certains et à une diminution d'autres systèmes enzymatiques [37, 48].

La relation entre les systèmes reproducteur et hépatobiliaire est connue depuis longtemps [2,3,4,5]. D'une part, les patients atteints de MM ont souvent des maladies du foie et des voies biliaires qui contribuent au développement de troubles du métabolisme des œstrogènes [39, 45], d'autre part, un excès de certains stéroïdes sexuels dans le sang nuit à diverses fonctions hépatiques [44, 55]. M. Maneshi et A. Martorani (1974) ont décrit le syndrome hépato-ovarien, dans une certaine mesure, déterminant cette relation [49].

Les relations fonctionnelles étroites entre le foie et les hormones sexuelles féminines, la combinaison fréquente de leurs lésions et le besoin associé d'hormonothérapie, qui affecte l'activité du foie, expliquent l'intérêt accru pour l'étude de l'état fonctionnel du foie chez les patients atteints de myome utérin..

Chez les patients atteints de MM et de taux normaux d'œstrogènes dans le sang, aucun lien n'a été observé entre l'excrétion des œstrogènes et les modifications de la teneur en fractions protéiques dans le plasma sanguin. Avec une augmentation de la teneur en œstrogènes dans le sang des patients atteints de MM, une corrélation directe a été observée entre la teneur en bilirubine directe et la concentration en estradiol [7, 9, 10, 11, 12].

Chez la plupart des patients atteints de MM, des dysfonctionnements hépatiques surviennent en l'absence de signes cliniques de maladie du système hépatobiliaire [20].

Ainsi, il a été trouvé que le développement du MM est combiné avec des lésions fonctionnelles du foie, et il est possible que la croissance des fibromes se produise dans leur contexte..

Il ne peut être exclu que les modifications fonctionnelles observées dans le foie chez les patients atteints de MM soient associées à une altération du métabolisme des hormones stéroïdes. Il a été constaté que la concentration de lipides plasmatiques augmente parallèlement à l'augmentation du taux d'hormones sexuelles endogènes, en particulier d'œstrogènes, ce qui, dans une certaine mesure, prouve la dépendance hormonale de l'hyperlipidémie dans le MM [34, 44, 50]. Sous l'influence des œstrogènes, la synthèse du cholestérol dans le foie est inhibée et la teneur en cholestérol dans les glandes surrénales diminue, la teneur en phospholipides augmente [1, 13, 51, 52].

On sait que le transport des lipides vers le foie du plasma sanguin est effectué par les récepteurs des membranes des hépatocytes et des cellules sinusoïdales du foie. Les œstrogènes activent les récepteurs hépatocytaires du cholestérol LDL, entraînant une augmentation de l'absorption [8, 10, 26, 31, 46]. La conséquence de ce processus est une augmentation de la teneur en cholestérol dans le foie et la vésicule biliaire, mais pas en augmentant sa synthèse, mais en augmentant le niveau d'œstrogène, conduisant à une diminution de la synthèse des acides biliaires dans le foie en raison de l'effet inhibiteur des œstrogènes sur l'activité du 7-alpha-hydroxylase cholestérol [ 37, 43].

L'augmentation de la teneur en hormones sexuelles (œstrogènes) entraîne une modification du rapport entre le cholestérol et les acides biliaires dans la bile. Cela conduit à une augmentation de la teneur en cholestérol libre excrété dans la bile et à la formation de bile saturée et sursaturée. Les troubles les plus prononcés du métabolisme lipidique ont été observés chez des patients présentant une taille tumorale importante au cours de sa croissance rapide. Ils avaient une nette tendance à une augmentation de la concentration des lipides totaux, des lipoprotéines, du cholestérol libre dans le sang, une diminution significative des phospholipides et des esters de cholestérol a été notée [2, 3, 4, 18].

Avec l'existence à long terme du MM et sa croissance lente, les indices de la teneur en lipides totaux, lipoprotéines et cholestérol dans le sérum sanguin diffèrent légèrement des valeurs normales, tandis que les troubles qualitatifs du métabolisme lipidique ont conservé les régularités décrites ci-dessus et s'inscrivent dans le cadre de la dyslipoprotéinémie [2, 4]. De plus, une carence importante en phospholipides, en particulier dans les tumeurs à long terme, est un fait avéré [2, 3, 18].

Ainsi, les données de la littérature sur l'état fonctionnel du foie chez les patients atteints de MM sont contradictoires, puisqu'elles ont été obtenues dans l'analyse d'un nombre restreint et hétérogène d'observations cliniques, en outre, elles sont souvent limitées par les caractéristiques de l'une des fonctions hépatiques. La question du diagnostic complexe des violations de l'état fonctionnel du foie (en particulier dans les premiers stades de sa lésion) à l'aide de méthodes modernes de recherche sur les radio-isotopes, y compris des études de son système réticuloendothélial, n'est pratiquement pas couverte. La tactique de traitement des patients atteints de MM ne prend pas en compte les dysfonctionnements hépatiques.

La circonstance suivante ne doit pas être négligée: la tâche principale du traitement du MM, en particulier hormonal, vise à débarrasser les patients des fibromes. Dans le même temps, aucun des médicaments utilisés aujourd'hui a un effet négatif à un degré ou à un autre, et le traitement chirurgical n'a pas d'effet positif sur les fonctions hépatiques altérées..

Les méthodes de diagnostic modernes nous permettent de jeter un regard neuf sur le problème du traitement des fibromes utérins, en tenant compte de la pathogenèse des changements morphologiques et fonctionnels du foie chez les patients atteints de MM, ce qui, bien sûr, aura un effet positif sur ses résultats..

Quel que soit le type de traitement (conservateur ou chirurgical), le dysfonctionnement hépatique dans le MM doit être envisagé sous l'angle du syndrome de détresse lipidique de Savelyev [28]. À cet égard, la direction la plus prometteuse dans le traitement des troubles métaboliques de la fonction hépatique peut être considérée comme une thérapie de correction lipidique à long terme avec l'émulsion de vaseline-pectine FISHANT S (Russie, PentaMed) avec l'utilisation obligatoire de médicaments hépatotropes combinés à base de plantes (hépabène, ratiopharm) et la restauration de la microbiocénose du côlon avec des probiotiques (chili) ) [28].

Pour des questions de littérature, veuillez contacter la rédaction

Z.R. Kantemirova, candidate aux sciences médicales
A.M. Torchinov, docteur en sciences médicales, professeur
T. A. Zhigulina
V. V. Kadokhova
E. A. Alekseeva, candidat aux sciences médicales
E. A. Devyatykh
V.A. Petukhov, docteur en sciences médicales, professeur
MSMSU, Université de médecine d'État russe, 1er hôpital Gradskaya, Moscou

Les hormones hépatiques et leurs effets sur le corps humain

Le foie est un organe non apparié qui remplit des fonctions vitales telles que la digestion, la désintoxication et la fonction immunitaire. En outre, cette plus grande glande du corps humain est impliquée dans la synthèse et le métabolisme des hormones. En cas de maladies graves de cet organe, le travail de nombreux systèmes corporels est perturbé..

Mais quelles hormones le foie produit-il? Quelle fonction ont-ils? Quelle est la participation de la glande au métabolisme hormonal? Que se passe-t-il avec l'hépatite C avec les hormones sécrétées par le foie? Vous pouvez trouver la réponse à chacune de ces questions dans notre article..

Hormones hépatiques

Les hormones sont des substances biologiquement actives produites dans un organisme vivant au cours de son activité vitale. En pénétrant dans le sang, ces composés biochimiques régulent les processus métaboliques et physiologiques. Lorsqu'elles pénètrent dans l'un des organes internes, les hormones y provoquent certaines réactions.

Le foie produit des hormones et est également impliqué dans leur métabolisme. Ce sont des processus très importants, car leurs échecs menacent de maladies graves et d'autres conséquences pour d'autres organes et systèmes du corps humain. Mais dans le métabolisme de quelles substances le foie participe-t-il et quelles hormones synthétise-t-il? Parlons-en plus en détail.

Synthèse d'hormones

Même pendant la période de développement embryonnaire, le foie humain commence à synthétiser des hormones. Ces substances bioactives affectent à l'avenir activement le développement du corps, sa croissance et sa fonctionnalité. Tout au long de la vie, ils assureront la stabilisation de la pression artérielle et la résistance des systèmes internes aux effets négatifs de l'environnement..

Le foie est impliqué dans la synthèse d'hormones uniques:

  • L'IGF 1 (somatomédine analogue à l'insuline) est une substance qui stimule l'absorption du glucose par les tissus lipidiques et les fibres musculaires. Il est produit par les cellules hépatiques (hépatocytes) sous l'influence de l'hormone de croissance produite par l'hypophyse. Dans le plasma sanguin, l'IGF 1 réagit avec l'albumine et se propage assez rapidement dans tout le corps. La somatomédine analogue à l'insuline est responsable de la croissance des os et du tissu conjonctif, de l'élasticité de la peau et du tonus musculaire. On pense que cette hormone joue un rôle majeur dans le processus de vieillissement..
  • Angiotensine - est synthétisée à partir de l'enzyme hépatique angiotensinogène. L'hormone donne le tonus et l'élasticité des vaisseaux sanguins, maintient la pression artérielle dans les limites normales. Cette substance rétrécit les parois vasculaires, réduit le flux sanguin.
  • L'hepcidine est une substance biologiquement active qui fournit la concentration de fer dans les cellules. Responsable du métabolisme du fer dans les tissus, assure des fonctions protectrices du corps.

Ainsi, un certain nombre de substances biologiquement actives vitales sont synthétisées dans le foie..

Métabolisme hormonal

Aussi, le foie est impliqué dans le métabolisme hormonal, à savoir:

  • Les hormones stéroïdes, en particulier les œstrogènes et la testostérone. Le foie assure leur inactivation, régule la charge hormonale et la dégradation.
  • Inactivation des neurotransmetteurs. Grâce à cela, une personne parvient à maintenir une psyché saine..
  • Produit du cholestérol. Cette substance est nécessaire à la synthèse des hormones stéroïdes.
  • Produit des protéines de transport (globulines, albumine) nécessaires à la distribution des substances actives dans l'organisme.

En outre, la plus grande glande du corps humain supprime les activités excessives:

  • Glucocorticoïdes
  • Thyroxine
  • Insuline
  • Aldostérone

Ainsi, le foie est l'un des organes internes les plus importants, dont dépend le travail de tout le corps humain..

Troubles hormonaux dus à l'hépatite C

L'hépatite virale C a un effet extrêmement négatif sur le fonctionnement du foie, détruisant progressivement ses poussins. Si la maladie n'est pas traitée, des complications caractéristiques du VHC se développeront avec le temps. Tout d'abord, c'est la cirrhose et la fibrose hépatique. Cependant, l'effet négatif de l'hépatovirus sur le corps dans son ensemble se manifeste bien avant les processus pathologiques ci-dessus dans les tissus hépatiques..

En particulier, cela s'applique aux hormones sécrétées par le foie:

  • Les niveaux d'IGF1 peuvent augmenter ou diminuer. Quand il monte, le gigantisme se produit. Si la concentration de cette substance dans le corps diminue, des processus atrophiques sont observés dans les muscles et les os. Cette condition est caractérisée par l'ostéoporose et un retard de croissance (chez les enfants et les adolescents).
  • Si la synthèse de l'angiotensine est perturbée, la pression artérielle se déstabilise. En outre, un excès de liquide s'accumule dans le corps, ce qui entraîne un œdème..
  • Diminution des taux d'hepcidine, entraînant une anémie et une carence en fer dans le sang.

Quelles que soient les hormones produites par le foie, les processus inflammatoires affectent négativement l'équilibre hormonal en général. Le niveau de stéroïdes augmente, leur dégradation complète ne se produit pas. Il contribue également au gonflement et aux pics de pression artérielle..

L'absence de suppression et de fractionnement appropriés des neurotransmetteurs conduit à des troubles mentaux. En particulier, c'est l'une des raisons de l'état dépressif caractéristique de l'évolution de l'hépatite virale C.

Comment restaurer les hormones?

Ainsi, le foie produit des hormones importantes pour la vie de tout l'organisme. Avec l'hépatite C, l'équilibre hormonal du patient en souffre, ce qui peut entraîner de graves conséquences. Dans ce cas, peu importe quelles substances le foie synthétise, quelles hormones il supprime.

Mais comment restaurer les niveaux hormonaux du VHC? Bien sûr, il est impossible de traiter une complication de la maladie sans vaincre la maladie elle-même. Le patient doit contacter un hépatologue qui lui prescrira un traitement d'AAD, en fonction du génotype de l'agent pathogène:

  • Ledipasvir + Sofosbuvir - pour les génotypes 1, 4, 5 et 6
  • Daklatasvir + Sofosbuvir - pour les génotypes 1, 2, 3 et 4
  • Velpatasvir + Sofosbuvir - utilisé dans le traitement du VHC de tous les génotypes connus

En outre, il est conseillé au patient de suivre un régime alimentaire strict, en abandonnant les aliments gras et lourds. En outre, le patient doit s'abstenir de boire de l'alcool et des produits du tabac..

Après un traitement antiviral, lorsque l'état du foie revient à la normale et que la maladie recule, l'équilibre hormonal revient à la normale. Si cela ne se produit pas, le patient peut avoir besoin d'un traitement supplémentaire..

Augmentation des œstrogènes chez les femmes: symptômes et traitement

Les œstrogènes comprennent trois substances stéroïdes: l'estradiol, l'estrone et l'estriol, tandis que pour la recherche en laboratoire, dans la grande majorité des cas, la détermination de l'estradiol dans le sang est utilisée. Cela est dû au fait que l'estradiol est le principal œstrogène dans le corps d'une femme non enceinte (pendant la grossesse, l'œstriol placentaire prévaut), ainsi qu'au fait que l'estradiol présente une activité biologique plus élevée..

Fonction des œstrogènes dans le corps

La maturation osseuse est associée au métabolisme des œstrogènes

Les œstrogènes sont les principales hormones qui déterminent les caractéristiques féminines du corps: voix, apparence, développement de caractères sexuels secondaires. Leurs fonctions dans le corps humain comprennent:

  1. Régulation de la maturation des ovules dans les ovaires;
  2. Lancement de l'ovulation - la libération d'un ovule mature de l'ovaire, après quoi il peut être fécondé;
  3. Maintenir le cours normal de la grossesse, du développement du placenta et de la croissance utérine;
  4. Stimuler la croissance de l'endomètre (la muqueuse interne de l'utérus), ce qui conduit ensuite à son rejet normal pendant la menstruation;
  5. Maintenir la sécrétion vaginale au bon niveau, en stimulant le changement de cellules dans la couche de revêtement;
  6. Influence sur le tissu osseux - améliorer sa nutrition, sa maturation;
  7. Effets sur le système nerveux, l'humeur.

Causes des niveaux élevés d'œstrogènes

Des niveaux élevés d'œstrogènes sont causés par un follicule persistant

Une augmentation des taux d'œstrogènes est observée avec l'utilisation de contraceptifs (comprimés, patchs, anneaux intravaginaux), ainsi qu'avec le traitement d'un certain nombre de médicaments: carbamazépine, cimétidine, clomifène, nafaréline, phénytoïne, acide valproïque et autres. Dans ce cas, il est recommandé, après réception des résultats du test, de consulter votre médecin pour un éventuel ajustement posologique ou la prescription d'un autre médicament..

Une augmentation des œstrogènes chez les femmes est le plus souvent causée par:

  • Endométriose - une maladie dans laquelle les cellules de la muqueuse de l'utérus se propagent en dehors de la couche normale: dans le vagin, dans les ovaires et même dans la cavité abdominale.
  • Persistance folliculaire - une condition causée par une perturbation du cycle menstruel pendant la phase d'ovulation, lorsque l'ovule ne quitte pas le follicule (la bulle qui l'entoure).
  • Maladie des ovaires polykystiques - une maladie associée à l'apparition de multiples néoplasmes bénins dans les ovaires, sécrétant des hormones à des concentrations élevées.
  • Tumeur ovarienne, y compris maligne;
  • Dérive vésiculaire et autres tumeurs trophoblastiques.

Chez les hommes, une augmentation des œstrogènes est observée lorsque:

  • Maladies hépatiques sévères associées à une insuffisance sévère de ses fonctions - hépatite B, C aiguë et chronique, hépatite non infectieuse, cirrhose, hépatocarcinome.
  • Obésité (le plus souvent au deuxième stade);
  • Alcoolisme;
  • Tumeurs malignes sécrétant des substances analogues aux hormones.

Symptômes et signes d'œstrogène élevé

Une augmentation des niveaux d'oestrogène peut être associée au syndrome prémenstruel

Pour les femmes, les symptômes douloureux suivants sont les plus caractéristiques:

  • Irrégularités menstruelles (irrégularité, retards fréquents, douleur sévère);
  • Absence de menstruation ou «perte» de certains cycles;
  • Troubles des saignements menstruels: perte de sang trop importante, apparition d'un grand nombre de caillots;
  • Saignements utérins;
  • Incapacité de tomber enceinte;
  • L'apparition d'une grande quantité de poils sur le corps, une augmentation de leur rigidité, un assombrissement;
  • Syndrome prémenstruel sévère (SPM): œdème, constipation, sensibilité des seins, changements d'humeur.

Chez les hommes, les signes d'augmentation des taux d'œstrogènes se manifestent le plus souvent de manière externe:

  • La quantité de poils corporels est réduite;
  • Périodiquement, les zones autour des mamelons deviennent douloureuses, les tissus sous-jacents commencent à augmenter de volume;
  • Les traits du visage deviennent plus lissés et féminins;
  • La graisse se dépose plus rapidement et principalement sur les cuisses;
  • Le timbre change, la voix devient plus haute.

Indications et préparation pour les tests d'oestrogène

Infections récurrentes du tractus génital - une indication pour l'analyse

Un test d'oestrogène pour les deux sexes est indiqué lorsque les symptômes indésirables énumérés apparaissent. De plus, les indications sont:

  1. Préparation à la grossesse et évaluation de son évolution;
  2. Ostéoporose chez les femmes à un âge précoce;
  3. Début précoce de la ménopause;
  4. Violation du taux de développement des caractères sexuels secondaires chez les filles;
  5. Infections génito-urinaires fréquentes - candidose («muguet»), vaginose bactérienne, cystite;
  6. Prise de contraceptifs hormonaux chez les femmes présentant un risque accru d'événements indésirables - lors du tabagisme, la présence de maladies des veines, du foie;
  7. La nécessité de surveiller l'efficacité du traitement avec l'endométriose établie, la maladie des ovaires polykystiques, le follicule persistant.

Pourquoi des niveaux élevés d'oestrogène sont dangereux

Le foie subit le plus grand stress

Une augmentation du niveau d'œstrogène provoque des changements d'apparence désagréables chez les deux sexes, mais le plus grand danger est l'effet de ces hormones sur le foie et le système de coagulation sanguine..

Correction des niveaux d'oestrogène

Pour réduire le niveau d'oestrogène dans les cas où la violation est causée par la prise de médicaments, dans la plupart des cas, il suffit de les annuler et de prescrire d'autres médicaments. Si la cause de l'augmentation est une maladie, les méthodes de réduction diffèrent considérablement en fonction de sa nature:

  • Hormonothérapie - avec l'endométriose, un follicule persistant dans l'ovaire;
  • Intervention chirurgicale - avec dérive kystique, ovaire polykystique, tumeurs;
  • Chimiothérapie et élimination des tumeurs malignes;
  • Traitement hormonal substitutif aux androgènes chez les hommes;
  • Prendre des hépatoprotecteurs pour normaliser la fonction hépatique.

Prévention d'un niveau accru

Une bonne nutrition est le moyen de prévenir les anomalies œstrogéniques

Une augmentation du niveau d'œstrogène peut être observée non seulement en raison de maladies, mais souvent la raison d'une légère augmentation du niveau est des conditions environnementales défavorables: pollution de l'eau potable par des produits chimiques nocifs, présence d'hormones dans les produits carnés pour accélérer la croissance, teneur en substances analogues aux hormones dans les produits chimiques ménagers. Pour réduire le niveau d'oestrogène dans ces conditions, il est montré:

  1. Améliorer la nutrition - augmenter la quantité de légumes et de fruits consommés, pain de grains entiers, son;
  2. Phytothérapie avec sauge, graines de lin, thé vert;
  3. Ajout de grains de blé germés, de riz non poli à l'alimentation;
  4. Une augmentation de la quantité de soufre fournie avec les aliments (ail, oignons, légumes verts);
  5. Normalisation de la microflore intestinale avec des produits laitiers fermentés.

Oestrogène et foie

En bref: le foie est activement impliqué dans le métabolisme des hormones. Et les hormones régulent les fonctions de notre corps. Par conséquent, si le foie est endommagé, tout le corps en souffre. Pour réduire le risque de perturbations hormonales, menez une vie saine en général: mangez bien, n'oubliez pas l'activité physique, renoncez aux mauvaises habitudes, ne reportez pas les visites chez le médecin.

  • Comment le foie participe à l'échange d'hormones
  • Quelles hormones le foie sécrète
  • Angiotensine
  • Somatomédine S
  • Thrombopoïétine
  • Hepcidin
  • Pourquoi des violations se produisent

Le foie est un organe unique et multifonctionnel, sans lequel une personne ne peut pas vivre un jour. Le maintien de l'équilibre des processus dans le corps se produit, entre autres, en raison de la participation active du foie au métabolisme des hormones.

Il synthétise, inactive, élimine de nombreuses substances biologiquement actives - et est lui-même sous l'influence d'un certain nombre de ces composés. Les maladies hépatiques chroniques sont souvent accompagnées de troubles hormonaux qui affectent le fonctionnement de tout le corps.

Comment le foie participe à l'échange d'hormones

Les hormones sont des composés biologiquement actifs qui sont produits dans les glandes endocrines, pénètrent dans la circulation sanguine, sont administrés et ont un effet régulateur sur toutes les fonctions du corps.

Le foie participe activement à l'échange d'hormones comme suit:

  1. Synthétise les protéines de transport (albumines et globulines) qui livrent les hormones à leur destination (par exemple, la transcortine globuline, qui transporte les corticostéroïdes).
  2. Produit le cholestérol (cholestérol) nécessaire à la formation des hormones stéroïdes (œstrogènes, androgènes, aldostérone, cortisol).
  3. Il sépare l'excès de thyroïde (T3 et T4), les hormones sexuelles (œstrogènes, testostérone), les glucocorticoïdes (cortisone, cortisol), l'insuline, le glucagon.
  4. Neutralise l'action de certains neurotransmetteurs (sérotonine, histamine et autres) en excès dans l'organisme.
  5. Libère des substances telles que l'angiotensine, l'hématopoïétine, le facteur de croissance analogue à l'insuline, l'hepcidine.

Important! Le foie est particulièrement important dans le métabolisme des hormones stéroïdes, qui comprennent les œstrogènes, l'aldostérone et le cortisol. Par conséquent, si les hépatocytes sont endommagés (avec hépatite, cirrhose, hépatose), le foie ne peut pas remplir pleinement ses fonctions - et des composés non clivés s'accumulent dans le corps, ce qui conduit au développement de diverses situations pathologiques.

Des niveaux élevés d'aldostérone contribuent à la rétention de sodium et d'eau, à l'œdème et à l'augmentation de la pression artérielle. L'accumulation d'œstrogènes / androgènes entraîne des dysfonctionnements sexuels:

  • chez les femmes, il s'agit d'une pilosité excessive, d'irrégularités menstruelles, de tumeurs des ovaires et de l'utérus;
  • chez les hommes - calvitie, gynécomastie, obésité féminine.

Quelles hormones le foie sécrète

En plus du métabolisme des hormones du cortex surrénalien et de la glande thyroïde, le foie est capable de sécréter ses propres substances biologiquement actives qui sont responsables de nombreuses fonctions importantes dans le corps humain..

Angiotensine

C'est une protéine dont le précurseur est l'angiotensinogène, qui est produit dans les cellules hépatiques. Angiotensine:

  • est responsable du maintien du niveau optimal de pression dans les artères humaines;
  • est un vasoconstricteur;
  • pénètre dans le système rénal de régulation du métabolisme et du volume sanguin dans le corps, provoque une sensation de soif chez l'homme.

La violation de la synthèse de cette hormone entraîne des sauts de vasospasme de pression artérielle.

Somatomédine S

Un autre nom est le facteur de croissance analogue à l'insuline 1. Dans sa structure, il est similaire à l'insuline, l'hormone pancréatique. Les hépatocytes produisent leur propre analogue de l'insuline sous l'action de l'hormone hypophysaire (somatotropine).

De plus, la production de somatomédine C est stimulée par les hormones sexuelles, de sorte que les adolescents connaissent une poussée de croissance et de développement de tous les organes et systèmes. Il existe différents écarts par rapport à la norme:

  1. Avec un manque de somatomédine C, une atrophie des tissus musculaires, une diminution de la densité osseuse et un retard de croissance chez les enfants peuvent se développer.
  2. Avec son excès, le gigantisme, la violation des proportions corporelles, le développement et les maladies oncologiques sont observés.

Thrombopoïétine

C'est une glycoprotéine qui est produite non seulement dans le foie, mais également dans les muscles, les reins et la moelle osseuse. Il régule le processus de formation des plaquettes. Un manque et un excès de cette hormone ont un effet néfaste sur notre santé:

  1. Avec une carence en cette thrombopoïétine, la circulation sanguine est perturbée, des hématomes sous-cutanés se forment.
  2. En excès, la capacité de coagulation sanguine diminue, des saignements apparaissent.

Hepcidin

Cette substance est responsable de la teneur en fer dans le corps, interfère avec son absorption dans l'intestin grêle, augmentant ainsi les réserves. L'hepcidine est également fortement produite dans l'inflammation et les infections..

La libération d'hepcidine aide à réguler l'absorption du fer dans l'intestin. Ainsi, avec un apport excessif en fer, le foie sécrète cette protéine pour réduire son absorption.

Pourquoi des violations se produisent

Diverses lésions hépatiques, qui s'accompagnent d'une diminution de ses fonctions, entraînent une perturbation de tous les types de métabolisme, y compris des perturbations hormonales. Cela affecte l'activité vitale de tout l'organisme..

Important! Les hormones produites dans le foie régulent le fonctionnement du système nerveux, hématopoïétique et des systèmes, maintiennent un niveau optimal de pression artérielle, préviennent le vieillissement prématuré et le développement de tumeurs, et remplissent également de nombreuses autres fonctions.

Les causes les plus courantes de maladie du foie sont:

  • addictions humaines (abus d'alcool, substances toxiques);
  • une mauvaise nutrition;
  • infections virales (hépatite C, B).

Un rôle important est également joué par:

  • mode de vie sédentaire;
  • utilisation à long terme de médicaments;
  • travailler dans des industries dangereuses;
  • vivre dans de mauvaises conditions environnementales.

Si vous souhaitez éviter le développement de maladies du foie, vous devez faire attention à votre mode de vie, à votre alimentation et à votre comportement au quotidien. Pour réduire votre risque de perturbation hormonale:

  • abandonner les mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);
  • n'oubliez pas l'activité physique régulière;
  • mangez varié et sans fioritures;
  • se faire vacciner contre l'hépatite B (elle menace le plus souvent la transition vers les formes chroniques et le développement d'une cirrhose hépatique);
  • ne pas s'automédiquer, y compris abandonner les compléments alimentaires;
  • consultez un médecin si vous ressentez une faiblesse constante, une lourdeur du côté droit, des manifestations dyspeptiques, des dysfonctionnements sexuels et d'autres symptômes désagréables.

Vous pouvez poser une question à un hépatologue dans les commentaires. Demandez, n'hésitez pas!

L'article a été mis à jour pour la dernière fois: 23/07/2019

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez d'utiliser la recherche

Guide gratuit de la connaissance

Abonnez-vous à la newsletter. Nous vous dirons comment boire et manger pour ne pas nuire à votre santé. Les meilleurs conseils des experts du site, lu par plus de 200 000 personnes chaque mois. Arrêtez de gâcher votre santé et rejoignez!

Ce site est réalisé par des experts: toxicologues, narcologues, hépatologues. Strictement scientifique. Testé expérimentalement.

Je pense que tu sais boire?
Faites le test, vérifiez vous-même!
238381 personnes ont répondu à l'enquête, mais seulement 2% ont répondu correctement à toutes les questions. Quelle note aurez-vous?

Le rôle du foie dans la destruction des œstrogènes. Le foie peut se lier aux œstrogènes pour former des glucuronides et des sulfates. Près d'un cinquième de ces formes conjuguées sont excrétées dans la bile, le reste dans l'urine. Le foie convertit les œstrogènes actifs (œstradiol et œstrone) en œstriol presque complètement dépourvus de propriétés œstrogéniques, par conséquent, une diminution des propriétés fonctionnelles du foie, ce qui réduit normalement la quantité d'œstrogènes actifs dans le sang, entraîne leur augmentation dans le sang et provoque parfois un hyperestrinisme.

Métabolisme de la progestérone. Quelques minutes après la libération de la progestérone, la quasi-totalité de celle-ci est détruite, formant une variété de stéroïdes, dépourvus des propriétés de la progestérone. Comme pour les œstrogènes, le foie joue un rôle particulièrement important dans la conversion métabolique de la progestérone. La plupart des produits de dégradation de la progestérone sont le prégnandiol. Environ 10% de la quantité initiale de progestérone est éliminée dans l'urine sous cette forme, par conséquent, la quantité de progestérone formée dans le corps peut être déterminée en déterminant le taux d'excrétion de cette substance.

Effet des œstrogènes sur l'utérus et les organes génitaux externes

La fonction principale des œstrogènes est de stimuler la prolifération et la croissance des tissus génitaux et d'autres tissus liés à la fonction de reproduction..
L'effet des œstrogènes sur l'utérus et les organes génitaux externes. Pendant l'enfance, les œstrogènes sont sécrétés en très petites quantités, mais à la puberté, sous l'influence des hormones gonadotropes de l'hypophyse antérieure, la quantité d'hormones sexuelles féminines produites augmente de 20 fois ou plus. Pendant cette période, les organes génitaux externes commencent à changer, perdant des signes d'enfance et se rapprochant des caractéristiques d'une femme adulte. La taille des ovaires, des trompes de Fallope, de l'utérus et du vagin augmente plusieurs fois. La taille des organes génitaux externes augmente, des amas graisseux apparaissent sur le pubis et dans la zone des grandes lèvres, la taille des petites lèvres augmente.

Sous l'influence des œstrogènes, l'épithélium cuboïde du vagin est remplacé par un épithélium stratifié, qui est nettement plus résistant aux blessures ou aux infections que l'épithélium cuboïde de l'adolescence. Les infections vaginales chez les enfants peuvent souvent être guéries par l'administration d'œstrogènes simplement parce qu'ils augmentent la résistance de l'épithélium vaginal.

Au cours des premières années après l'adolescence, la taille de l'utérus augmente de 2 à 3 fois, mais les changements qui se produisent dans l'endomètre de l'utérus sous l'influence des œstrogènes sont plus importants. Les œstrogènes provoquent une prolifération significative du stroma endométrial et une forte augmentation du nombre de glandes endométriales, stimulant leur développement, qui fournira par la suite une nutrition pour le blastocyste implanté. Ces questions sont abordées en détail dans ce chapitre en relation avec le cycle endométrial..

Effets des œstrogènes sur les trompes de Fallope. Les œstrogènes affectent la muqueuse des trompes de Fallope de l'intérieur et de la même manière que la muqueuse de l'endomètre de l'utérus. Les œstrogènes provoquent la prolifération des tissus glandulaires de cette couche des trompes de Fallope; il est particulièrement important qu'elles augmentent le nombre de cellules épithéliales ciliaires dans les trompes de Fallope. De plus, les œstrogènes augmentent considérablement l'activité des cils de l'épithélium ciliaire. Les cils se déplacent vers l'utérus, ce qui aide l'ovule fécondé à se déplacer dans cette direction.

L'effet des œstrogènes sur les glandes mammaires. Dans la période embryonnaire, les glandes mammaires chez les fœtus femelles et mâles sont pratiquement les mêmes. Sous l'influence des hormones correspondantes, les glandes mammaires chez les garçons au cours des 20 premiers jours de la vie sont capables d'une production de lait notable de la même manière que les glandes mammaires des filles..

Les œstrogènes provoquent: (1) le développement de tissus qui forment le stroma des glandes mammaires; (2) la croissance et la ramification des canaux des glandes mammaires; (3) placement du tissu adipeux dans les glandes mammaires. Un certain développement de lobules et de passages alvéolaires dans les glandes mammaires peut être observé sous l'influence des œstrogènes exclusivement, mais seul l'effet combiné de la progestérone et de la prolactine conduit à la formation finale, à la croissance et au fonctionnement de ces structures.

En conséquence, les œstrogènes initient la croissance du stroma des glandes mammaires et des structures responsables de la production de lait. Ils sont également responsables de l'élargissement du sein chez la femme et de sa forme, qui est différente de la forme des glandes mammaires mâles. Cependant, les œstrogènes n'assurent pas la fonction mammaire associée à la production de lait.

Au cours de la maturation des follicules dans les ovaires, qui se produit sous l'influence de l'hormone folliculo-stimulante hypophysaire, les follicules sécrètent des hormones œstrogéniques. Ces hormones assurent le développement des caractères sexuels secondaires d'une femme, le développement et la prévention de la régression de l'utérus, des trompes de Fallope et des glandes mammaires, la réparation de la muqueuse utérine après la menstruation, la kératinisation des cellules épithéliales vaginales, la croissance des poils pubiens et le type féminin de distribution de graisse..

En l'absence d'oestrogène, il n'y a pas de règles. Si l'ablation des ovaires a lieu avant la puberté, les règles ne commencent pas et les organes génitaux restent infantiles. Lorsque la castration d'une femme survient après la puberté, le cycle menstruel s'arrête et l'utérus, les muqueuses du vagin et les trompes de Fallope s'atrophient et les caractéristiques sexuelles secondaires féminines disparaissent. L'ostéoporose des os se développe progressivement.

Les œstrogènes suivants ont été isolés de l'urine de femmes: estradiol, estrone et estriol. L'estradiol a l'activité la plus élevée. Il est 20 fois plus actif que l'estrone, qui à son tour est deux fois plus fort que l'estriol. Les œstrogènes rendent l'utérus enceinte plus sensible aux effets de l'ocytocine. Ils inhibent la formation de l'hormone gonadotrope hypophysaire et, à forte concentration, empêchent l'ovulation. Les œstrogènes ne sont pas seulement produits dans les ovaires. Ils sont synthétisés dans le placenta, le cortex surrénalien et les testicules. Par conséquent, les œstrogènes se trouvent également dans le corps d'un homme..

L'absence de groupe méthyle en C-10 et la présence de trois doubles liaisons dans le cycle A font de ce cycle l'équivalent d'un cycle benzénique. Cette partie de la molécule détermine la fonction hormonale œstrogénique. Par conséquent, les phénols ont également une activité hormonale. Cela est particulièrement vrai pour les composés où les groupes phénoliques sont liés à des résidus contenant de nombreux atomes de carbone. Cela a servi de base à la synthèse de médicaments phénoliques comme substituts des œstrogènes - synestrol, stilbestrol, stilbène, etc..

Ces composés sont facilement absorbés dans les intestins, sont mal détoxifiés dans le foie, remplacent bien les œstrogènes et ne suppriment pas la fonction ovarienne. En cela, ils diffèrent des analogues androgènes, qui suppriment l'activité des testicules lorsqu'ils sont systématiquement utilisés. Parmi les drogues synthétiques, l'éthynyl-estradiol est extrêmement efficace, dans lequel le groupe C = CH est attaché au C-17, qui n'est absolument pas rendu inoffensif dans le foie..
Les œstrogènes sont synthétisés dans les ovaires à partir de l'acétyl coenzyme A, et sont également formés à partir de la testostérone et du cholestérol.

Le foie joue un rôle majeur dans le métabolisme des œstrogènes. Dans ce cas, l'estrone est convertie en une hormone plus forte - l'estradiol. Le foie élimine les œstrogènes du sang en utilisant la bile et en dégradant l'estradiol en formes moins actives. La conversion inverse de l'estradiol en estrone est également possible, ainsi qu'en produits d'oxydation tels que la 16-cétoestrone, la 2-méthoxyestrone, la 6-b-oxyestrone et la 6-b-cétoestrone.

Certains des produits qui se combinent avec les acides glucuronique et sulfurique ont été excrétés de l'urine à la suite de la formation de glucosiduronate d'œstriol ou de sulfate d'estrone. Dans le foie, les œstrogènes se combinent avec les b-globulines sériques, les lipoprotéines et sous cette forme circulent dans le sang.

Le dysfonctionnement du foie s'accompagne souvent d'un affaiblissement de l'inactivation des œstrogènes. Dans de tels cas, l'excrétion d'œstrogènes inchangés par les reins dans l'urine augmente. Avec la cirrhose du foie, la concentration d'œstrogènes dans le plasma peut augmenter. Chez les hommes, cela conduit à une atrophie testiculaire et à une faiblesse sexuelle. Ainsi, à la suite d'une intoxication chronique à l'alcool, le foie, tout en conservant la capacité d'inactiver les androgènes, la perd par rapport aux œstrogènes.

En conséquence, l'équilibre hormonal dans le corps masculin se déplace vers une augmentation de la concentration d'oestrogène. Dans les maladies du foie, les œstrogènes sont également éliminés avec la bile. Par conséquent, l'accumulation d'œstrogènes peut se produire avec une diminution de la sécrétion biliaire, lorsque l'élimination des œstrogènes de la bile diminue. Une concentration élevée d'oestrogènes dans le sang des femmes est également indésirable, car elle inhibe la production d'hormones gonadotropes dans l'hypophyse et affaiblit la sensation sexuelle.

Foie et hormones - comment ils sont liés

En bref: le foie est activement impliqué dans le métabolisme des hormones. Et les hormones régulent les fonctions de notre corps. Par conséquent, si le foie est endommagé, tout le corps en souffre. Pour réduire le risque de perturbations hormonales, menez une vie saine en général: mangez bien, n'oubliez pas l'activité physique, renoncez aux mauvaises habitudes, ne reportez pas les visites chez le médecin.

  • Comment le foie participe à l'échange d'hormones
  • Quelles hormones le foie sécrète
  • Angiotensine
  • Somatomédine S
  • Thrombopoïétine
  • Hepcidin
  • Pourquoi des violations se produisent

Le foie est un organe unique et multifonctionnel, sans lequel une personne ne peut pas vivre un jour. Le maintien de l'équilibre des processus dans le corps se produit, entre autres, en raison de la participation active du foie au métabolisme des hormones.

Il synthétise, inactive, élimine de nombreuses substances biologiquement actives - et est lui-même sous l'influence d'un certain nombre de ces composés. Les maladies hépatiques chroniques sont souvent accompagnées de troubles hormonaux qui affectent le fonctionnement de tout le corps.

Comment le foie participe à l'échange d'hormones

Les hormones sont des composés biologiquement actifs qui sont produits dans les glandes endocrines, pénètrent dans la circulation sanguine, sont administrés et ont un effet régulateur sur toutes les fonctions du corps.

Le foie participe activement à l'échange d'hormones comme suit:

  1. Synthétise les protéines de transport (albumines et globulines) qui livrent les hormones à leur destination (par exemple, la transcortine globuline, qui transporte les corticostéroïdes).
  2. Produit le cholestérol (cholestérol) nécessaire à la formation des hormones stéroïdes (œstrogènes, androgènes, aldostérone, cortisol).
  3. Il sépare l'excès de thyroïde (T3 et T4), les hormones sexuelles (œstrogènes, testostérone), les glucocorticoïdes (cortisone, cortisol), l'insuline, le glucagon.
  4. Neutralise l'action de certains neurotransmetteurs (sérotonine, histamine et autres) en excès dans l'organisme.
  5. Libère des substances telles que l'angiotensine, l'hématopoïétine, le facteur de croissance analogue à l'insuline, l'hepcidine.

Important! Le foie est particulièrement important dans le métabolisme des hormones stéroïdes, qui comprennent les œstrogènes, l'aldostérone et le cortisol. Par conséquent, si les hépatocytes sont endommagés (avec hépatite, cirrhose, hépatose), le foie ne peut pas remplir pleinement ses fonctions - et des composés non clivés s'accumulent dans le corps, ce qui conduit au développement de diverses situations pathologiques.

Des niveaux élevés d'aldostérone contribuent à la rétention de sodium et d'eau, à l'œdème et à l'augmentation de la pression artérielle. L'accumulation d'œstrogènes / androgènes entraîne des dysfonctionnements sexuels:

  • chez les femmes, il s'agit d'une pilosité excessive, d'irrégularités menstruelles, de tumeurs des ovaires et de l'utérus;
  • chez les hommes - calvitie, gynécomastie, obésité féminine.

Quelles hormones le foie sécrète

En plus du métabolisme des hormones du cortex surrénalien et de la glande thyroïde, le foie est capable de sécréter ses propres substances biologiquement actives qui sont responsables de nombreuses fonctions importantes dans le corps humain..

Angiotensine

C'est une protéine dont le précurseur est l'angiotensinogène, qui est produit dans les cellules hépatiques. Angiotensine:

  • est responsable du maintien du niveau optimal de pression dans les artères humaines;
  • est un vasoconstricteur;
  • pénètre dans le système rénal de régulation du métabolisme et du volume sanguin dans le corps, provoque une sensation de soif chez l'homme.

La violation de la synthèse de cette hormone entraîne des sauts de vasospasme de pression artérielle.

Somatomédine S

Un autre nom est le facteur de croissance analogue à l'insuline 1. Dans sa structure, il est similaire à l'insuline, l'hormone pancréatique. Les hépatocytes produisent leur propre analogue de l'insuline sous l'action de l'hormone hypophysaire (somatotropine).

De plus, la production de somatomédine C est stimulée par les hormones sexuelles, de sorte que les adolescents connaissent une poussée de croissance et de développement de tous les organes et systèmes. Il existe différents écarts par rapport à la norme:

  1. Avec un manque de somatomédine C, une atrophie des tissus musculaires, une diminution de la densité osseuse et un retard de croissance chez les enfants peuvent se développer.
  2. Avec son excès, le gigantisme, la violation des proportions corporelles, le développement et les maladies oncologiques sont observés.

Thrombopoïétine

C'est une glycoprotéine qui est produite non seulement dans le foie, mais également dans les muscles, les reins et la moelle osseuse. Il régule le processus de formation des plaquettes. Un manque et un excès de cette hormone ont un effet néfaste sur notre santé:

  1. Avec une carence en cette thrombopoïétine, la circulation sanguine est perturbée, des hématomes sous-cutanés se forment.
  2. En excès, la capacité de coagulation sanguine diminue, des saignements apparaissent.

Hepcidin

Cette substance est responsable de la teneur en fer dans le corps, interfère avec son absorption dans l'intestin grêle, augmentant ainsi les réserves. L'hepcidine est également fortement produite dans l'inflammation et les infections..

La libération d'hepcidine aide à réguler l'absorption du fer dans l'intestin. Ainsi, avec un apport excessif en fer, le foie sécrète cette protéine pour réduire son absorption.

Pourquoi des violations se produisent

Diverses lésions hépatiques, qui s'accompagnent d'une diminution de ses fonctions, entraînent une perturbation de tous les types de métabolisme, y compris des perturbations hormonales. Cela affecte l'activité vitale de tout l'organisme..

Important! Les hormones produites dans le foie régulent le fonctionnement du système nerveux, hématopoïétique et des systèmes, maintiennent un niveau optimal de pression artérielle, préviennent le vieillissement prématuré et le développement de tumeurs, et remplissent également de nombreuses autres fonctions.

Les causes les plus courantes de maladie du foie sont:

  • addictions humaines (abus d'alcool, substances toxiques);
  • une mauvaise nutrition;
  • infections virales (hépatite C, B).

Un rôle important est également joué par:

  • mode de vie sédentaire;
  • utilisation à long terme de médicaments;
  • travailler dans des industries dangereuses;
  • vivre dans de mauvaises conditions environnementales.

Si vous souhaitez éviter le développement de maladies du foie, vous devez faire attention à votre mode de vie, à votre alimentation et à votre comportement au quotidien. Pour réduire votre risque de perturbation hormonale:

  • abandonner les mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);
  • n'oubliez pas l'activité physique régulière;
  • mangez varié et sans fioritures;
  • se faire vacciner contre l'hépatite B (elle menace le plus souvent la transition vers les formes chroniques et le développement d'une cirrhose hépatique);
  • ne pas s'automédiquer, y compris abandonner les compléments alimentaires;
  • consultez un médecin si vous ressentez une faiblesse constante, une lourdeur du côté droit, des manifestations dyspeptiques, des dysfonctionnements sexuels et d'autres symptômes désagréables.

Vous pouvez poser une question à un hépatologue dans les commentaires. Demandez, n'hésitez pas!

L'article a été mis à jour pour la dernière fois: 23/07/2019

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez d'utiliser la recherche

Guide gratuit de la connaissance

Abonnez-vous à la newsletter. Nous vous dirons comment boire et manger pour ne pas nuire à votre santé. Les meilleurs conseils des experts du site, lu par plus de 200 000 personnes chaque mois. Arrêtez de gâcher votre santé et rejoignez!

Ce site est réalisé par des experts: toxicologues, narcologues, hépatologues. Strictement scientifique. Testé expérimentalement.

Je pense que tu sais boire?
Faites le test, vérifiez vous-même!
253424 personnes ont répondu à l'enquête, mais seulement 2% ont répondu correctement à toutes les questions. Quelle note aurez-vous?