Comment la douleur dans le pancréas se manifeste et que faire?

Des questions

Le pancréas est l'un des principaux organes internes d'une personne, mais la plupart des gens ne savent presque rien de son travail, de ses maladies et même de son emplacement exact. Cependant, ce sont des informations utiles dont tout le monde a besoin: le pancréas est un organe délicat, et il n'est pas difficile de perturber son travail. La douleur dans le pancréas est un symptôme grave qui accompagne de nombreuses maladies.

Où se trouve l'organe important du système digestif - le pancréas?

Le pancréas est un organe oblong situé derrière l'estomac, à environ cinq à dix centimètres au-dessus du nombril. Le pancréas mesure 15 à 22 centimètres de long et ne pèse que 50 à 70 grammes. L'organe est divisé en trois sections, que les médecins appellent la tête, le corps et la queue. La tête est proche du duodénum, ​​le corps est proche de l'estomac et la queue est proche de la rate.

Bien que le pancréas soit un organe relativement petit, il a de nombreuses fonctions différentes. Le pancréas sécrète du suc pancréatique - un «cocktail» d'enzymes et de sels nécessaires à la dégradation de divers nutriments et à leur absorption. Sans enzymes, nous ne pourrions pas digérer les aliments. Des dizaines d'entre eux sont produits dans notre corps, non seulement dans le pancréas, mais aussi dans l'estomac, dans les glandes salivaires et dans les intestins..

Chaque enzyme est conçue pour décomposer un type strictement spécifique de substances: certaines sont engagées dans les protéines, d'autres dans les tissus conjonctifs, d'autres dans les glucides, etc. L'absence d'un seul de ces derniers peut entraîner des problèmes digestifs importants..

De plus, le pancréas produit des hormones nécessaires aux processus métaboliques - en particulier, l'insuline.

Pourquoi le pancréas fait-il mal: découvrez les raisons

La douleur dans le pancréas n'arrive jamais par hasard. Ils signalent toujours des problèmes, plus ou moins graves.

La douleur dans le pancréas survient souvent avec des maladies telles que la pancréatite, l'hépatite virale, les pathologies des voies biliaires, dans lesquelles l'écoulement de la bile est altéré, le diabète, les tumeurs, les maladies auto-immunes, les invasions helminthiques. La douleur pancréatique est la plus sévère avec la pancréatite.

Des sensations douloureuses accompagnent souvent la prise de certains médicaments, tels que les corticostéroïdes, les hormones, les antibiotiques tétracyclines.

Cependant, très souvent, la douleur dans le pancréas n'est pas causée par des maladies, mais par des erreurs d'alimentation. Si nous mangeons trop ou consommons trop d'alcool et d'aliments gras lourds, nos glandes sont poussées à leur limite pour aider le corps à les absorber..

Comment comprendre que c'est le pancréas qui fait mal? Il n'est pas difficile d'identifier le problème, la douleur dans le pancréas se manifeste de manière assez spécifique. Les sensations de douleur sont localisées dans la zone autour du nombril et, dans la pancréatite aiguë, elles irradient vers le dos - les médecins appellent cet effet «douleur à la ceinture». La douleur dans le pancréas est aggravée après des aliments lourds ou gras, des boissons alcoolisées, ainsi qu'en décubitus dorsal. Cette douleur n'est pratiquement pas soulagée par les analgésiques et les antispasmodiques, elle est constante, de nature inaccessible et s'affaiblit légèrement si vous vous asseyez et vous penchez en avant. Avec la pancréatite, en plus de la douleur, des nausées et des vomissements, une faiblesse, une transpiration sont observées.

Que faire si le pancréas fait mal: recommandations

La douleur dans le pancréas est souvent si grave qu'une personne n'a d'autre choix que de consulter un médecin. Et c'est la bonne décision: si vous soupçonnez un problème de pancréas, vous ne devez en aucun cas vous soigner vous-même. Comme nous l'avons dit ci-dessus, cette douleur accompagne de nombreuses maladies différentes qui nécessitent un traitement différent. Et la cause ne peut être déterminée qu'après un diagnostic complet: tests de laboratoire, échographie, tomographie, études aux rayons X et, dans certains cas, laparoscopie diagnostique.

Le traitement de la maladie sous-jacente comprend toujours un ensemble de mesures.

  • Régime. La première tâche dans le traitement du pancréas est de décharger autant que possible cet organe, pour faciliter son travail. Quelle que soit la cause de la douleur dans le pancréas, un régime modéré est prescrit. Tout d'abord, vous devez exclure complètement l'alcool, les boissons gazeuses, le café et le thé fort, les aliments épicés, gras, frits, le chocolat. Même chez les personnes en bonne santé, l'abus de ces produits peut provoquer une gêne au niveau du pancréas. Habituellement, le soi-disant numéro de tableau 5 est attribué - un menu basé sur la restriction des graisses et des aliments acides. Le tableau numéro 5 concerne les aliments, cuits à la vapeur ou bouillis, les puddings et aspic, la viande maigre, la volaille et le poisson, les aliments riches en pectines et en fibres: pain aux céréales, baies sucrées, pâtes, légumes. Vous devez manger souvent et petit à petit - cela permet au tractus gastro-intestinal d'assimiler les aliments, sans inclure le "mode d'urgence". Il est conseillé de manger au moins cinq fois par jour, mais les portions doivent être petites. À propos, un tel régime sera utile non seulement pour ceux qui souffrent de maladies graves du foie et du pancréas. Cela vous aidera à vous remettre d'un festin excessif. Même les personnes en bonne santé connaissent des symptômes tels que la lourdeur de l'estomac, les nausées, les flatulences et les maux d'estomac - le prix à payer pour une alimentation excessive ou inhabituelle. Après les vacances, avec leurs déjeuners et leurs libations sans fin, il peut être utile de passer temporairement à un régime fade pour que votre digestion revienne à la normale. Tableau numéro 5 - le régime est confortable et n'implique pas le rejet d'un large groupe de produits.
  • Thérapie médicamenteuse. Le traitement dépend de la maladie sous-jacente, mais dans tous les cas, le médecin vous prescrira des médicaments qui aideront à soulager les symptômes et à améliorer le fonctionnement du tube digestif. Pour les douleurs du pancréas, des analgésiques sont prescrits pour soulager les crises aiguës, des antiacides pour restaurer le niveau d'acidité gastrique et normaliser la fonction digestive, ainsi que des préparations enzymatiques (dans la pancréatite chronique en dehors de la période d'exacerbations). Les enzymes qu'ils contiennent sont pratiquement impossibles à distinguer de nos propres enzymes et aident à faire face à l'absorption des aliments si le pancréas ne peut pas produire suffisamment de suc pancréatique. En outre, dans certains cas, des agents cholérétiques, des substances antisécrétoires (les soi-disant inhibiteurs H2 des récepteurs de l'histamine et des inhibiteurs de la pompe à protons) sont prescrits.

La douleur dans le pancréas est un symptôme qui ne peut être ignoré. Cependant, il convient de rappeler que, bien que rarement, les maladies pancréatiques peuvent se développer de manière presque asymptomatique. Par conséquent, il est conseillé de subir un examen général par un gastro-entérologue au moins une fois tous les deux ans. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui n'ont pas l'habitude de se priver d'alcool, d'aliments gras et frits..

Une préparation contenant des enzymes pancréatiques

Quelles préparations enzymatiques un médecin peut-il prescrire pour soulager la douleur dans le pancréas? Pour les maladies de cet organe, des agents combinés contenant des enzymes pancréatiques (amylase, protéase et lipase) sont souvent prescrits. Les médicaments modernes - comme, par exemple, Micrasim ® - sont disponibles sous une forme accessible au corps. Micrasim ® ne sont pas des comprimés, mais des capsules contenant des granules d'enzymes. Chaque capsule est recouverte d'une membrane qui protège les enzymes des effets du suc gastrique. Ils se dissolvent uniquement dans les intestins, où leur aide est nécessaire. Sans cette protection, l'acide gastrique aurait neutralisé la plupart des remèdes. Les enzymes du médicament agissent très rapidement: déjà 30 minutes après la dissolution des granules, leur activité maximale est notée, similaire à l'activité des enzymes du corps humain. Sous l'influence de Micrasim ®, la digestion et l'absorption des nutriments essentiels dans l'organisme sont améliorées. Au cours du processus de digestion, les enzymes perdent progressivement leur activité et sont éliminées du tractus gastro-intestinal..

Contre-indications du médicament: intolérance individuelle aux composants, exacerbation de la pancréatite chronique et de la pancréatite aiguë.

Numéro d'enregistrement de Micrasim ® au registre national des médicaments - LS-000995 du 18 octobre 2011, renouvelé indéfiniment le 16 janvier 2018. Le médicament est inclus dans la liste VED.

Si des symptômes de troubles digestifs sont observés régulièrement, cela peut indiquer une carence en enzymes pancréatiques..

Dans l'enfance, les lésions du pancréas sont plus souvent associées à des maladies d'autres organes du tractus gastro-intestinal. Leur diagnostic est difficile, car le tableau clinique est «masqué» par la symptomatologie de la maladie sous-jacente *.

Yu.V. Belousov "Pancréatite et pancréatopathie: caractéristiques de classification, principes de diagnostic et de traitement chez l'enfant." «La santé de l'enfant», 2012. N ° 8 (43). S. 129-133.

Les troubles digestifs ne sont pas une maladie indépendante, mais une combinaison de symptômes caractéristiques des maladies du système digestif.

Sensations de lourdeur et de plénitude de l'estomac, douleurs abdominales, nausées et inconfort - tous ces symptômes peuvent indiquer une dyspepsie.

Pour digérer une portion d'aliments riches en calories (environ 150 g), vous avez besoin de 10 000 unités d'enzymes actives *. C'est la quantité d'entre eux contenue dans une capsule Micrasim®, ce qui permet au produit d'aider à améliorer la digestion.

* Pour la digestion d'aliments riches en calories pesant 150 g, en supposant que pour la digestion de 500 g d'aliments riches en calories, au moins 30 000 à 35 000 unités de lipase sont nécessaires. I. Yu. Kuchma "Préparations enzymatiques dans le traitement des maladies du tractus gastro-intestinal." «Pharmacien», 2009, n ° 7.

* Avec insuffisance pancréatique exocrine dans la pancréatite chronique.

Micrasim ® peut être utilisé dans le cadre du traitement complexe d'un certain nombre de maladies du système digestif, en particulier pour les maladies associées à un dysfonctionnement du pancréas.

La douleur dans le pancréas avec pancréatite peut ressembler à une douleur liée à l'ostéochondrose, car elle irradie souvent vers le dos et il peut sembler que c'est la colonne vertébrale qui fait mal. Cependant, pour l'ostéochondrose, contrairement à la pancréatite, la nausée n'est pas caractéristique. De plus, avec la pancréatite, la douleur n'augmente pas avec la palpation des vertèbres..

Comment soulager la douleur dans la pancréatite

Le pancréas réagit assez fortement à l'apparition du processus inflammatoire. C'est la douleur de la pancréatite qui pousse le patient à aller chez le médecin. La nature de la douleur en pathologie diffère en fonction de l'évolution de la maladie.

En savoir plus sur la douleur de la pancréatite

La nature des douleurs, leur intensité, leur localisation et leur durée dépendent du stade de la pathologie, de la plénitude de l'estomac, voire de l'heure de la journée, et d'autres facteurs.

Au début d'une exacerbation, le patient peut être poursuivi par des douleurs douloureuses, qui surviennent généralement la nuit. Lorsque le développement de la pathologie coïncide avec la phase aiguë de l'ulcère duodénal, la nature de la douleur devient coupante, brûlante, la douleur commence à apparaître le matin et elle est localisée principalement dans la zone de l'organe malade. En outre, avec la pancréatite, des douleurs de faim sont souvent ressenties..

Au cours de l'évolution aiguë de la maladie, le patient ne peut souvent pas déterminer l'emplacement exact des spasmes, ce qui s'explique par un tableau clinique flou - des douleurs de type zona sont ressenties non seulement dans l'abdomen, mais également dans le bas du dos.

Comment la douleur survient

L'apparition du syndrome douloureux peut être affectée par les processus suivants se produisant dans le pancréas:

  • échec de la microcirculation tissulaire (ischémie);
  • obstruction des canaux de la glande;
  • changements inflammatoires et dystrophiques.

La dominance de toute transformation s'explique par la nature de la pathologie - forme chronique ou aiguë.

Au cours de l'évolution aiguë de la maladie, les changements inflammatoires dans les tissus de la glande elle-même sont en premier lieu pour des raisons de provocation. Vous pouvez observer les signes classiques du processus inflammatoire:

  • gonflement;
  • douleur;
  • dysfonctionnement;
  • rougeur.

L'œdème causé par une accumulation excessive de liquide reconstitue l'effet négatif - il exerce une pression sur les tissus du pancréas.

La manifestation de zones dystrophiques et nécrotiques en phase aiguë est considérée comme un symptôme individuel et peut être soit un foyer de lésion unique, soit devenir une pancréatonécrose totale.

Avec l'apparition de cette pathologie, la violation continue de l'unité des lobules du parenchyme de la glande s'accompagne du dépassement des limites anatomiques du conduit de ses enzymes. Pour cette raison, la douleur dans la pancréatite augmente encore plus..

Dans la forme chronique de la maladie, les changements inflammatoires ne sont pas si intenses. Les processus ischémiques et le remplacement du tissu conjonctif glandulaire se produisent plus souvent. Des kystes et des zones de calcification apparaissent dans certaines zones du pancréas.

À la suite de telles transformations, les zones de tissus viables sont comprimées, un échec se produit dans le processus de sortie des enzymes digestives du pancréas. Avec la pathologie, la douleur devient plus forte.

Avec une évolution prolongée de la pancréatite chronique, des transformations pathologiques de la sensibilité peuvent être observées - la douleur apparaît en réponse à de petits stimuli (allodynie).

Comment et où ça fait mal

La nature, l'emplacement exact de la douleur dépend non seulement de l'évolution du processus inflammatoire, mais également des caractéristiques personnelles de chaque personne.

Dans une évolution aiguë, la douleur est plus souvent située dans la partie supérieure de l'abdomen. Le plus souvent, il s'agit de la zone épigastrique, mais parfois elle peut se déplacer vers l'hypochondre gauche ou droit. La douleur au cours de la nature aiguë de la pathologie peut parfois ressembler à une douleur caractéristique de l'angine de poitrine. Ils peuvent brûler, cuire, se propager au bras, à la moitié gauche de la mâchoire inférieure, au dos.

Dans une évolution chronique, la douleur n'a pas de localisation claire, elle peut également être d'intensité variable:

  1. Demi-ceinture gauche ou ceinture complète dans la région lombaire.
  2. Dans la zone arrière sans autre propagation.
  3. Le sternum inférieur (côtes inférieures).
  4. Au milieu ou en haut de l'abdomen.

Dans la pancréatite chronique chez les patients adultes, la douleur est directement liée à la consommation d'alcool, à l'utilisation d'aliments épicés, gras et frits. Les premières crises de douleur sont observées après avoir mangé dans une demi-heure.

La douleur ulcéreuse (douleur à jeun) est rare. Après des périodes d'amélioration, il y a parfois des périodes de douleur croissante.

Lorsque la douleur disparaît, surtout si elle était très forte, il ne faut pas se calmer, car sa disparition soudaine peut indiquer le développement d'une nécrose.

La douleur dans la pancréatite peut être divisée en zones de localisation:

Estomac. Dans la cavité abdominale - les sensations douloureuses les plus fortes, car le pancréas enflammé se trouve ici. La douleur peut se propager sur tout le haut de l'abdomen, la douleur dans l'estomac et le bas de l'abdomen se joint aux spasmes douloureux, et elle peut poignarder dans le côté droit. De tels symptômes indiquent le stade initial de l'exacerbation de la pancréatite..

Intestins. Les processus qui se produisent dans l'intestin sont à l'origine de la plupart des sensations inconfortables, dont la principale est le syndrome douloureux. Les aliments mal digérés s'accumulent dans l'intestin, ce qui contribue à l'irritation de l'organe muqueux et agit comme un provocateur de l'inflammation. Les conséquences sous forme de dysbiose font perdre beaucoup de poids à une personne.

Arrière. Avec une exacerbation de la pancréatite, un gonflement du pancréas et de ses conduits se produit, ce qui altère les tissus adjacents à l'organe malade. À travers les fibres nerveuses environnantes, la douleur se propage à d'autres parties du corps, irradiant le plus souvent vers le périnée et le bas du dos.

Anus. L'exacerbation de la pancréatite contribue à une perturbation du processus digestif. Une transformation inadéquate des aliments provoque une inflammation des intestins inférieurs, des signes de diarrhée ou de constipation se forment. La vidange de l'intestin s'accompagne de douleurs, elle peut également survenir après une selle, localisée dans l'anus. Les spasmes douloureux peuvent être très graves et le patient peut involontairement commencer à retenir l'envie de déféquer, ce qui ne fait qu'aggraver la situation.

Zone d'hypochondre. La douleur peut être ressentie du côté droit ou gauche et, dans certains cas, elle peut être administrée à la poitrine, cela dépend de la zone du pancréas couverte par le processus d'inflammation. Lorsque la douleur n'est ressentie qu'à droite, cela signifie que le processus inflammatoire a affecté la tête du pancréas, à gauche - la queue de l'organe.

Si le processus inflammatoire affecte tout le corps du pancréas, les sensations de douleur peuvent capturer toute la zone épigastrique: un triangle, dont les sommets sont situés sur la poitrine et l'hypocondrie. Des sensations similaires peuvent survenir lors d'une crise cardiaque..

Extrémités. Les problèmes du tractus gastro-intestinal peuvent affecter la santé globale du patient. Avec la pathologie, il y a un manque aigu de vitamines et d'oligo-éléments utiles, le calcium et d'autres minéraux importants sont éliminés du corps, ce qui entraîne des problèmes d'articulations - de l'arthrite et de l'arthrose peuvent survenir. Avec la pancréatite, les articulations du genou ou du coude peuvent souvent faire mal, à la suite de la destruction du tissu osseux.

Tête. La violation de la fonctionnalité du pancréas peut provoquer une intoxication générale du corps. Les transformations pathologiques qui affectent les systèmes nerveux et circulatoire apparaissent en raison de processus de putréfaction se produisant dans les intestins et d'un manque constant de nutriments. Pour cette raison, un grand nombre de patients diagnostiqués avec une «pancréatite» se plaignent de sautes soudaines de pression artérielle et de maux de tête sévères - migraine, ses crises peuvent durer deux à trois jours.

Symptômes accompagnant les crampes douloureuses dans la pancréatite

Une attaque de pancréatite ressemble souvent à des manifestations de maladies du système hépatobiliaire, des reins, de l'estomac et du duodénum 12. Le patient souffre de vomissements, de nausées, de dyspepsie. La pancréatite aiguë se distingue de toutes les pathologies du tube digestif par la soudaineté de l'apparition d'une crise.

La pancréatite chronique est caractérisée par des manifestations douloureuses, généralement sans nausées ni vomissements - parfois l'estomac fait mal, parfois - très gravement, mais il n'y a ni nausées ni vomissements. La douleur avec la pancréatite est très intense, elle couvre rapidement tous les intérieurs. Dans la pancréatite aiguë, une déplétion rapide se produit, des vomissements répétés ne soulagent pas, de la bile est observée dans le vomi, le liquide est verdâtre.

Dans les cas particulièrement graves, le patient peut vomir avec des matières fécales avec de la bile, et plus tard avec des caillots sanguins. Il y a également un arrêt complet de la fonctionnalité intestinale, le médecin peut observer une absence complète de sons de péristaltisme. Avec cette maladie, il y a une fréquence cardiaque rapide. La respiration du patient est lourde, intermittente, une odeur désagréable se dégage de la bouche. Souvent, la pathologie s'accompagne d'un mal de tête causé par une intoxication générale et une déshydratation..

Avec une évolution chronique avancée de la maladie, les intestins font mal. Une attaque de pancréatite est souvent accompagnée d'une jaunisse - la sclérotique des yeux et la surface de la peau jaunissent. Cela se produit lorsque les canaux sont bloqués par des calculs, lorsque l'écoulement de la bile est perturbé. La soi-disant triade Mondor - la présence de douleur, de vomissements sévères et de distension abdominale peut garantir avec presque 100% de certitude qu'un patient a une crise de pancréatite aiguë.

Lors d'une crise aiguë dans la zone de projection du pancréas, la graisse sous-cutanée est appauvrie. Il y a un affûtage des traits du visage, des hémorragies ponctuelles de 1 à 4 mm de diamètre commencent à apparaître sur la peau des fesses et de l'abdomen. Ils surviennent en raison de la libération d'enzymes pancréatiques dans le sang..

Combien de temps dure la douleur et quelle est sa nature?

La phase aiguë de la pancréatite chronique peut être accompagnée de crises douloureuses, d'intensité variable, s'intensifiant après avoir mangé et se terminant en 3-4 heures. Si le régime n'est pas suivi, la douleur peut augmenter et le moment de l'attaque augmente. En conséquence, le patient a besoin d'une hospitalisation et d'un traitement hospitalier. Si vous ignorez la pathologie, des douleurs abdominales accompagneront constamment le patient.

La douleur peut survenir en mangeant, avec une fatigue physique. Le soulagement de la douleur vient du repos. La position du corps affecte également la manifestation de la douleur. Pendant la période d'exacerbations, il est difficile pour le patient de s'asseoir, des sensations de pieu martelé apparaissent dans l'estomac et le dos. Les douleurs sont de nature différente:

  • douloureux;
  • tirant;
  • piqûre;
  • ennuyeuse;
  • tranchant;
  • stupide.

Leur inquiétude peut durer des semaines. La durée de l'attaque dépend du gonflement de la glande ou de la zone de nécrose.

Avec une assistance rapide, le soulagement de la douleur se produit assez rapidement et une crise de douleur peut être supprimée en une journée. Avec des complications et une évolution dangereuse de la situation, cela peut durer jusqu'à trois jours. En fonction de la durée de l'attaque douloureuse, la pancréatite peut être divisée en types suivants:

  • type A. Avec ce type d'attaque douloureuse, la douleur dure 7 à 10 jours, les phases d'exacerbation sont remplacées par des phases de «calme»;
  • type B. Ce type de douleur dure un à trois mois. Habituellement caractérisé par une pancréatite alcoolique;
  • douleur incessante. Nécessite une intervention chirurgicale.

Tout type de douleur avec pancréatite nécessite un soulagement immédiat de la douleur.

Premiers secours à domicile

Une attaque de pathologie peut être trouvée n'importe où, de manière inattendue. Il est très important de ne pas paniquer et les autres de tout faire pour aider le patient à se débarrasser d'une telle attaque:

  1. Appelez une ambulance immédiatement.
  2. Le patient à ce moment a besoin de créer un environnement calme (émotionnel et physique) et de le placer dans une pièce isolée, plus proche de la salle de bain et des toilettes.
  3. Demandez à vous asseoir en vous penchant un peu en avant pour que la douleur s'atténue un peu. Une respiration superficielle, qui est remplacée par de courtes périodes de retard, aide également..
  4. Si le patient a des nausées, vous pouvez essayer de le faire vomir. Si un simple effort ne suffit pas, vous devez appuyer sur la racine de la langue avec vos doigts.
  5. Même avec une douleur intense, abstenez-vous d'utiliser des analgésiques - la plupart d'entre eux ne peuvent qu'aggraver l'état du patient et interférer avec le diagnostic correct.
  6. Afin de calmer un fort spasme, vous pouvez injecter Papaverin, No-shpy, Drotaverin. Abstenez-vous de prendre des pilules, car le réflexe nauséeux qui en résulte ne peut que s'intensifier.
  7. Le patient doit recevoir une grande quantité d'eau à température ambiante, sans gaz - un quart de verre toutes les 30 à 45 minutes.

Il est strictement interdit d'appliquer une bouillotte avec de la glace sur l'estomac lors d'une crise. L'effet du froid peut augmenter les spasmes vasculaires et aggraver l'état des tissus de l'organe endommagé..

Comment soulager les crises de douleur

Vous pouvez rapidement vous débarrasser de la douleur dans la pancréatite aiguë en prenant:

  • Fentanyl;
  • "Novocaïne";
  • Omnopon;
  • «Ketanov»;
  • «Tramadol».

En plus des analgésiques, il est conseillé de prendre des antidépresseurs, des tranquillisants, des neuroleptiques - ils sont nécessaires pour soulager l'état émotionnel du patient.

La prise d'analgésiques est réalisée avec la prise d'antibiotiques, d'antispasmodiques et autres. Lorsqu'ils sont pris ensemble, ils aident rapidement à se débarrasser du syndrome douloureux et à améliorer la santé globale..

Le syndrome douloureux, apparu en raison de l'exacerbation de la pancréatite chronique, est éliminé en prenant:

  • "Baralgina";
  • Diclofénac;
  • Ibuprofène;
  • "Metamizola";
  • «Paracétamol».

Ils sont également utilisés en cas de pancréatite chronique. La posologie de chaque agent est déterminée individuellement, en tenant compte de l'âge du patient, des pathologies concomitantes et d'autres facteurs.

En outre, les sensations de douleur sont considérablement affaiblies par l'alimentation. Le meilleur choix pour la douleur lors d'une exacerbation est un jeûne de trois jours. Pendant le jeûne, il est permis d'utiliser uniquement du thé faible avec une cuillerée de miel et d'eau minérale plate.

Pour se débarrasser de la douleur, il est interdit de prendre diverses teintures alcooliques, car non seulement elles ne soulagent pas l'état du patient, mais peuvent au contraire aggraver son état..

Les cours de yoga et l'utilisation de la médecine traditionnelle peuvent aider, mais une consultation préalable avec un médecin est requise.

La thérapie complexe de la pancréatite chronique comprend les groupes de médicaments suivants:

Enzymes pancréatiques (pancréatine). Il améliore les processus de digestion et aide à réduire la charge sur le tissu glandulaire, ce qui aide à soulager la douleur ou à réduire son intensité.

L'hormone somatostatine et ses composés synthétiques. La somatostatine réduit la sensibilité du corps à la douleur. Un analogue d'un médicament synthétique est l'octréotide. Le médicament a une longue durée d'action, c'est pourquoi même un cours de 3 jours aide à obtenir un effet à long terme. Mais ce médicament a un large éventail d'effets secondaires et de contre-indications, de sorte que ses analogues ne sont pas applicables à toutes les catégories de patients..

Bloqueurs des récepteurs H2-histamine. Le "repos fonctionnel" pour le pancréas est créé non seulement par la suppression directe de la sécrétion des enzymes pancréatiques, pour cela, vous pouvez prendre des inhibiteurs des récepteurs H2-histamine ou des inhibiteurs de la pompe à protons. Parmi les premiers, le plus populaire est la "Famotidine". Il a une activité antioxydante, a un minimum d'effets secondaires, améliore les caractéristiques rhéologiques du sang.

Les inhibiteurs de la pompe à protons. Ceux-ci inclus:

  • Esoméprazole;
  • Rabéprazole;
  • Lansoprazole.

Ils ont le moins d'effets secondaires, ce qui indique la sécurité de leur utilisation. Un rendez-vous individuel vous permet de les prendre assez longtemps.

Chez l'adulte, une crise de pancréatite chronique peut être évitée dans certains cas. C'est plus facile à faire que d'anesthésier une crise qui a déjà commencé. Avec le festin prévu ou l'utilisation d'aliments inhabituels, quitter le régime, etc. avec le début du repas, il faut prendre "No-shpa" (2 comprimés) avec une préparation enzymatique ("Panzinorm", "Mezim", "Festal"). En l'absence de cholélithiase, vous pouvez prendre l'un des médicaments cholérétiques - "Karsil", "Allohol".

Comment se débarrasser de la douleur à l'hôpital

Avec une évolution sévère de la pancréatite, le patient doit être hospitalisé d'urgence. À l'hôpital, des analgésiques narcotiques sont utilisés pour soulager la douleur. Habituellement utilisé:

  • Tramadol;
  • Omnopon;
  • «Ketanov»;
  • «Promedol».

Dans des situations particulièrement difficiles, ces analgésiques sont associés à des antidépresseurs, des tranquillisants, des antipsychotiques, car ces médicaments renforcent l'influence de l'autre sur le corps.

Régime contre la douleur

Après 3 jours d'abstinence alimentaire, le patient doit suivre un régime strict qui exclut l'utilisation d'aliments épicés, frits, gras, de grandes quantités d'épices et de sel. Autorisé à utiliser:

  • Céréales semi-liquides et liquides cuites dans de l'eau ou du lait faible en gras;
  • Bouillon de poulet;
  • Boulettes de viande, escalopes à la vapeur, soufflé à la viande;
  • Poisson bouilli et viande de volaille;
  • Purée de légumes;
  • Plats de poisson et de viande cuits au four (sans croûte);
  • Fruits sucrés (cuits au four et en purée).

Les patients avec un tel diagnostic sont invités à suivre les principes de la nutrition fractionnée: manger de la nourriture en petites portions par jour 4 à 6 fois.

Pancréatite chronique

La pancréatite chronique est une inflammation lentement progressive du pancréas, accompagnée de dysfonctionnements du pancréas. La maladie se poursuit avec des exacerbations périodiques dans le contexte d'améliorations temporaires.

La fonction principale du pancréas est de produire du jus pancréatique pour digérer les aliments. Par conséquent, avec son inflammation, le processus de digestion est tout d'abord perturbé. La pancréatite est une maladie très courante - une femme sur cinq et un homme sur dix en souffre dans le monde..

Panneaux

Le premier signe est la douleur. Avec la pancréatite chronique, cela peut faire mal n'importe où. Tout dépend de la partie de la glande enflammée. Le pancréas ressemble à un long animal dans son apparence (il a une tête, un corps et une queue). Si la tête du pancréas "fait mal", la douleur est localisée dans l'hypochondre droit, si le corps, puis dans la région épigastrique, si la queue, puis dans l'hypochondre gauche. La douleur de la ceinture irradiant vers le dos, le sternum ou l'omoplate gauche survient lorsque toute la glande est enflammée. Il arrive même que la douleur irradie vers les régions iliaques ou aines, vers la cuisse gauche, vers le coccyx ou le périnée.

Les douleurs sont très différentes - tiraillantes, aiguës, constantes ou périodiques. Ils surviennent généralement 1 à 3 heures après avoir mangé, mais ils surviennent également après 10 à 15 minutes. Par conséquent, de nombreuses personnes atteintes de pancréatite chronique préfèrent ne pas manger du tout que d'endurer une douleur épuisante. Après un effort physique, la douleur apparaît également en raison de l'étirement de la capsule glandulaire. Lors d'une crise de pancréatite, vous devez vous asseoir avec une inclinaison vers l'avant pour soulager la douleur. Elle peut être accompagnée de signes d'inflammation, de parésie intestinale, de nausées et de vomissements..

D'autres symptômes de la maladie sont associés à une altération de la sécrétion externe, comme une forte diminution de l'appétit, des flatulences, des selles fréquentes et abondantes, de la diarrhée ou de la constipation, une perte de poids corporel.

Avec une sécrétion interne insuffisante, c'est-à-dire une diminution de la production d'insuline, des signes de diabète apparaissent: bouche sèche, soif, intolérance au sucre.

La liquéfaction des selles se produit, sa quantité augmente en volume. Caractérisé par une diarrhée pancréatique avec la libération de selles fétides copieuses et pâteuses avec un éclat gras, difficile à laver sur les parois de la cuvette des toilettes.

La température corporelle est généralement normale et augmente légèrement lors d'une exacerbation. Légèrement jaunâtre intermittent.

Très rarement (dans 5% des cas), une pancréatite latente (indolore) survient. Lorsqu'il est observé diarrhée, stéatorrhée - «selles grasses», perte de poids, faiblesse, diabète sucré.

Une forme courante de la maladie (11-30% de tous les cas) est la pancréatite calculeuse ("pierre"). Avec lui, la douleur ne se manifeste que dans la tête du pancréas. En outre, ses symptômes sont: constipation intraitable, augmentation des taux d'amylase sanguine et urinaire, jaunisse. Avec la formation de calculs dans toutes les parties de la glande, une insuffisance exocrine rapidement progressive (diarrhée, ballonnements, etc.) et un diabète sucré sont généralement observés, et la douleur n'est généralement pas exprimée.

La description

La pancréatite chronique se forme progressivement dans le contexte de:

  • cholécystite chronique
  • maladie de calculs biliaires
  • alimentation irrégulière au hasard
  • consommation fréquente d'aliments épicés et gras
  • alcoolisme chronique
  • ulcères d'estomac ou duodénaux,
  • lésions vasculaires athéroscléreuses du pancréas
  • maladies infectieuses
  • intoxication au plomb, au mercure, au phosphore, à l'arsenic
  • traumatisme
  • prendre des médicaments - immunosuppresseurs, antibiotiques, sulfamides, natriurétiques;
  • maladies vasculaires
  • maladies du tissu conjonctif
  • stress.

Un moment prédisposant au développement de la pancréatite chronique est la stagnation de la sécrétion pancréatique causée par une obstruction mécanique des canaux excréteurs de la glande.

La bile joue un rôle important dans le développement de la pancréatite. On pense que les acides biliaires provoquent une nécrose de la coagulation de la glande. De plus, la bile contient de la lécithine qui, sous l'influence de la phospholipase A pancréatique, se transforme en lysolécithine, conduisant à une auto-digestion du pancréas.

Premiers secours

Consulter un médecin est obligatoire. Avec une exacerbation de la pancréatite chronique, la faim, le froid et le repos sont nécessaires. Cela signifie que vous devez rester au lit, ne pas manger du tout pendant 2-3 jours, il suffit de boire 3-4 verres d'infusions par jour (pas plus!). À l'endroit où ça fait mal, vous devez attacher un sac de glace (plus pratique - un sac avec des légumes surgelés). Pour les douleurs intenses, utilisez des antispasmodiques, y compris des antagonistes sélectifs du calcium.

Diagnostique

L'essentiel dans le traitement de la pancréatite est d'éliminer la cause profonde de cette maladie, qui est parfois très difficile à établir. Cela nécessite un examen approfondi et complet..

Lors du diagnostic de pancréatite chronique, les tumeurs pancréatiques, la cholélithiase, l'ulcère gastrique et l'ulcère duodénal, l'entérite chronique et d'autres maladies gastro-intestinales sont principalement exclues.

Le diagnostic de pancréatite ne repose pas uniquement sur le tableau clinique. Les résultats des analyses de sang et d'urine sont importants.

L'écho-tomographie ou l'échographie fournit des données efficaces et précises. Parfois, une tomodensitométrie est effectuée, dans laquelle la taille, la forme, la structure du pancréas, la relation avec les tissus environnants, la présence de foyers d'inflammation, les calculs dans les conduits sont déterminés. La duodénoradiographie révèle des déformations du contour interne de l'anse duodénale et des dépressions causées par une augmentation de la tête du pancréas. Un balayage radio-isotopique montre la taille et l'intensité de l'ombre pancréatique.

La densitométrie permet de juger de la densité d'un organe. À l'aide de la pancréato-cholangiographie rétrograde, ils apprennent l'état non seulement du canal cholédoque, mais également du canal pancréatique.

Traitement

Dans les premiers stades de la maladie et en l'absence de complications graves, un traitement conservateur est prescrit. Lors d'une exacerbation, il est conseillé de la réaliser dans un hôpital.

Pendant les deux premiers jours, il est recommandé de s'abstenir de manger et de boire une petite quantité de liquide. Le régime alimentaire en phase d'exacerbation correspond au tableau n ° 5a ou n ° 5 avec une quantité journalière de protéines 100-200 g (n ° 5a) et 140-150 g (n ° 5). Le thé fort, le café, le cacao et les produits à base de chocolat sont interdits.

Le traitement médicamenteux doit être complet et effectué dans un hôpital. Pour éliminer la douleur, des analgésiques sont prescrits. Les blocages de la novocaïne, effectués par un médecin, peuvent soulager la douleur.

L'activité exocrine est supprimée en raison d'un régime alimentaire affamé, d'anticholinergiques. Le froid est appliqué localement. Pour lutter contre l'auto-digestion de la glande, des médicaments sont prescrits, des solutions électrolytiques sont versées pour éliminer les produits et enzymes toxiques (Ringer, etc.). Pour restaurer le métabolisme des protéines perturbé, du plasma natif frais ou des substituts du plasma sont transfusés. Les antihistaminiques sont prescrits.

L'antibiothérapie est réalisée à l'aide d'antibiotiques à large spectre - les tétracyclines, qui sont bien sécrétées dans le suc pancréatique.

En cas d'insuffisance endocrinienne (insuline), ainsi qu'en cas de diminution de la nutrition, un traitement par insuline-glucose est indiqué. Des médicaments anabolisants sont également prescrits par voie intramusculaire, car cela supprime les enzymes pancréatiques dans le sang, améliore le bien-être général et il y a une légère diminution de l'hyperglycémie. Dans la pancréatite chronique, il y a une carence en vitamines, par conséquent, les vitamines A, C, B et le groupe B sont prescrites.

Pour la thérapie de remplacement, des préparations de pancréas sec sont prescrites, contenant ses enzymes, 1 à 2 comprimés 3 fois par jour à chaque repas. Je dois dire qu'une thérapie de remplacement doit être prescrite en cas d'insuffisance des glandes exocrines. Si la concentration d'enzymes n'est pas réduite, la nomination de ces médicaments est erronée..

Pendant la rémission, un traitement thermal est indiqué à Zheleznovodsk, Essentuki, Borjomi, Truskavets dans d'autres stations gastro-entérologiques.

Malheureusement, le traitement traditionnel de la pancréatite, qui consiste en un jeûne, un remplacement (préparations enzymatiques) et une antibiothérapie, soulageant la douleur, ne peut pas se débarrasser de la pancréatite pour toujours. Dans la pancréatite, la structure et les fonctions du pancréas sont altérées et non restaurées. Il s'avère qu'une personne atteinte de pancréatite chronique est vouée à un médicament à vie et à un régime alimentaire à vie, avec la moindre violation dont une rechute est possible, et donc une forte diminution de la qualité de vie. Par conséquent, les patients et les médecins recherchent un traitement visant à restaurer la structure et les fonctions de l'organe. Beaucoup sont aidés par la naturopathie, l'homéopathie et l'acupuncture. Mais vous devez trouver un spécialiste de confiance.

La nutrition fait partie d'un traitement complet. Il devrait être fractionné, 5 à 6 fois par jour, en petites portions. Exclure l'alcool, y compris la bière, les marinades, les cornichons, les aliments frits, gras et épicés, les bouillons forts. Le régime doit contenir une quantité accrue de protéines (tableau numéro 5) sous forme de viandes maigres, de poisson, de fromage cottage frais faible en gras, de fromage doux. Ne mangez pas de fruits et légumes crus. Les champignons sont catégoriquement contre-indiqués. La teneur en matières grasses du régime doit être limitée à 70 à 80 grammes par jour. Limitez les glucides, en particulier avec le développement du diabète. La nourriture doit être chaude. Le café et le thé, y compris le thé vert, doivent être éliminés de votre alimentation. Il est recommandé de ne boire que des jus naturels qui ne contiennent pas de sucre, ainsi que des tisanes et des décoctions de fruits secs.

Les produits laitiers sont autorisés, mais avec un pourcentage minimum de matières grasses.

Avec la pancréatite, l'utilisation d'aliments épicés, de conserves diverses, d'aliments fumés et marinés, de boissons gazeuses et alcoolisées, les bonbons ne sont pas autorisés.

En général, le régime alimentaire d'un patient atteint de pancréatite doit être construit à partir d'aliments à digestion rapide..

Le pancréas est très capricieux, donc même le régime prescrit par le médecin doit être abordé très soigneusement, tout ce qui est autorisé doit être mangé un peu, et pendant la période de rémission, vous pouvez soigneusement élargir le régime - essayez de nouveaux aliments et arrêtez de les manger au moindre inconfort abdominal.

La prévention

Traitement opportun des maladies affectant l'apparition de la pancréatite, élimination de la possibilité d'intoxications chroniques contribuant au développement de cette maladie (industrielle, ainsi que alcoolisme), une alimentation équilibrée et une routine quotidienne sont nécessaires.

Pour ne pas avoir de pancréatite, vous devez exclure le stress, ne pas abuser d'alcool, ne pas trop manger, ne pas manger d'aliments très frits, très gras et très épicés, assurez-vous que le régime est complet.

Crise de pancréatite: symptômes, que faire, traitement

Comment le pancréas fait mal

Tout organe de l'abdomen (intestins, reins, foie) peut provoquer des douleurs dans l'abdomen. Il n'est pas toujours possible de distinguer par la nature de la douleur quel organe est affecté et en est la source. Cependant, étant donné sa nature, une combinaison avec d'autres symptômes caractéristiques, le médecin suggère une certaine pathologie.

Les hypothèses diagnostiques doivent être étayées par des recherches supplémentaires.

Les caractéristiques anatomiques du pancréas aident à comprendre où la douleur survient dans les maladies et comment elle peut se manifester.

Le pancréas est situé derrière la paroi postérieure de l'estomac, au ras de la première deuxième vertèbre lombaire ou thoracique inférieure. Sur la droite, la tête de la glande se courbe autour du duodénum, ​​dans lequel s'écoule le canal pancréatique. Derrière la queue de la glande se trouvent le rein gauche et la glande surrénale gauche.

Il est nécessaire de différencier la douleur causée par la pathologie du pancréas avec des symptômes similaires dans l'ostéochondrose, les lésions rénales et les organes digestifs.

La douleur comme symptôme de la maladie

Une nécrose aiguë du pancréas à la suite d'un trouble de son apport sanguin, une violation de la sécrétion de suc pancréatique, peut provoquer une douleur très intense dans l'abdomen. Il est localisé au-dessus du nombril, plus à gauche, avec une extension vers l'hypochondre gauche et vers l'arrière. La paroi abdominale est légèrement tendue, le résultat peut être le développement d'une péritonite. Pour poser un diagnostic, des tests sont nécessaires (amylase sanguine, échographie).

Pancréatite aiguë

C'est une maladie inflammatoire du pancréas. Parmi les causes de la maladie, on distingue particulièrement un apport abondant en graisses, après quoi une pancréatite, une nécrose se développe.

Le principal symptôme est une douleur dans le haut de l'abdomen, elle est toujours détectée. La douleur à la ceinture suggère immédiatement un problème au niveau du pancréas.

La raison de cette condition est une irritation des récepteurs, une augmentation de la pression dans le canal pancréatique, l'action de la trypsine. Une irradiation de la douleur dans la région du cœur, derrière le sternum peut être notée.

Une douleur aiguë oblige le patient à changer de position corporelle afin de soulager la maladie, mais elle persiste toujours. L'observation du patient peut indiquer un comportement agité.

La nécrose de la pancréatite est particulièrement douloureuse. Ils diminuent avec la mort des terminaisons nerveuses, de sorte que l'intensité de la douleur n'indique pas toujours la gravité du processus pathologique.

La pancréatite et la nécrose se développent très rapidement. Une augmentation de la température suggère une nécrose naissante. La combinaison de la douleur et des vomissements constants est le signe de graves lésions du pancréas.

Pancréatite chronique

Malgré la variabilité des symptômes, elle se caractérise principalement par des douleurs abdominales. Cela peut être dans l'hypochondre droit, gauche. Cela dépend du fait qu'un processus pathologique se développe dans la tête ou la queue de la glande. La défaite du corps du pancréas se manifeste par une douleur dans l'épigastre.

En pratique, le patient est obligé de s'asseoir, car couché sur le dos, les sensations douloureuses augmentent, en position assise, elles diminuent. Ils diminuent encore plus si vous vous asseyez et vous penchez légèrement vers l'avant..

Le mal de dos peut détourner la recherche de sa cause dans l'autre sens. Cependant, au cours de l'évolution chronique de la maladie, étant donné l'emplacement de la glande (adjacente aux vertèbres lombaires supérieures et thoraciques inférieures), la douleur peut être transmise au dos. Le syndrome douloureux est similaire à celui de l'ostéochondrose, mais diffère par la palpation indolore de la colonne vertébrale.

La propagation de la douleur dans la région du cœur imite l'angine de poitrine. L'endroit où la douleur se propage peut être l'omoplate gauche, l'épaule gauche.

Des douleurs pressantes et douloureuses peuvent vous déranger constamment, apparaissent peu de temps après avoir mangé. Les aliments gras et épicés sont les principaux responsables de l'exacerbation de la maladie. La douleur paroxystique est appelée colique pancréatique..

Pancréatite chez les enfants

Comment le pancréas fait-il mal chez les enfants? La pancréatite est une maladie rare de l'enfance. Les enfants capables d'évaluer leur état et d'en parler se plaignent de douleurs aiguës dans tout l'abdomen, et plus tard dans sa moitié supérieure.

Une augmentation progressive de la douleur n'est pas typique, mais parfois elle peut l'être. Une douleur à la ceinture est notée. Dans le même temps, d'autres symptômes de la maladie apparaissent: vomissements, fièvre, pâleur de la peau.

La nécrose pancréatique chez les enfants est difficile. Le principal symptôme est une douleur à la ceinture qui entoure le haut de l'abdomen. Il se propage à la région supraclaviculaire, l'omoplate.

Kystes pancréatiques

Cette pathologie est rare. Le principal symptôme est la douleur (80 à 90% des cas). Ils peuvent être différents: constants, paroxystiques, ternes, tranchants, encerclant, s'étendant dans le dos. Il y a une douleur dans l'hypochondre à droite si un kyste est trouvé dans la tête de la glande. Si c'est dans sa queue, une douleur se produit dans l'hypocondre à gauche..

Calculs pancréatiques

La variété des symptômes est déterminée par la localisation des calculs, leur nombre, leur taille et l'état du pancréas lui-même.

Le principal symptôme de la pancréatite calculeuse est une douleur intense dans l'épigastre, irradiant vers l'omoplate gauche, ayant un zona dans la nature.

L'utilisation d'aliments gras provoque des attaques, en second lieu l'utilisation d'alcool. Les sensations douloureuses peuvent constamment épuiser le patient, s'intensifier après tout repas. Un symptôme courant de la pancréatite chronique est la nausée.

L'intensité de la douleur conduit à la nécessité de prendre des analgésiques puissants, y compris des stupéfiants.

Douleur fonctionnelle

Compte tenu de la relation étroite du pancréas avec les organes environnants, le développement de modifications pathologiques du duodénum et de l'estomac (ulcère, gastrite, duodénite) provoque involontairement une irritation du tissu glandulaire. Les changements sont réversibles.

La douleur qui survient dans le haut de l'abdomen à droite nécessite un diagnostic différentiel, un examen du pancréas, du foie, de l'estomac.

Avec une maladie de la vésicule biliaire et des voies biliaires, la pénétration de l'ulcère de l'estomac, la pancréatite se développe avec un syndrome douloureux caractéristique. C'est peut-être l'inverse, l'inflammation se développe d'abord dans le pancréas, puis dans les tissus environnants.

Une cholécystopancréatite est souvent détectée. Symptômes de lésions de la vésicule biliaire (y compris le syndrome douloureux) associés à des symptômes de pancréatite.

Autres maladies

La violation de la circulation sanguine avec le développement d'un infarctus du pancréas entraîne le développement d'une nécrose, l'apparition dans la partie supérieure de l'abdomen d'un syndrome douloureux aigu

Les tumeurs malignes affectant le pancréas présentent des douleurs dans le haut de l'abdomen. Dans le même temps, d'autres symptômes sont notés: perte de poids, faiblesse, anorexie.

Que peut-on faire pour soulager la douleur

Avant l'examen médical, la douleur peut être arrêtée en prenant des antispasmodiques (no-shpa), ce qui n'aide pas toujours. Les analgésiques ne sont pris qu'après un examen médical. Le froid sur la région du pancréas soulage la condition. La nourriture est temporairement annulée. Le traitement ultérieur est effectué par un thérapeute, gastro-entérologue.

La douleur indique des changements qui se sont déjà produits, se produit lorsque la structure et la fonction du pancréas sont perturbées.

La pancréatite et la nécrose sont une maladie potentiellement mortelle qui nécessite des soins urgents, il est donc important de prévenir le développement de tels changements, d'établir une alimentation saine et d'éliminer complètement l'alcool.

Comment et où le pancréas fait mal: une description de la douleur en fonction de divers facteurs

La douleur pancréatique peut être polyvalente.

L'importance du rôle du pancréas dans la santé est souvent comprise même lorsque des dysfonctionnements apparaissent dans son travail. Il s'avère qu'il nous fournit des enzymes et des hormones vitales impliquées dans la digestion et le travail du système endocrinien..

Afin d'éviter de graves conséquences à temps, vous devez savoir où le pancréas fait mal. Après tout, ce facteur signale un trouble physiologique grave.

Structure, emplacement et dimensions

À quoi ressemble le pancréas, où se trouve-t-il et où fait-il mal? Il est conseillé de se plonger dans son anatomie. C'est la seule façon de comprendre à quel point il est important pour la santé humaine..

Cette glande est la plus grande de toutes celles trouvées dans le corps humain. Il se caractérise par une forme allongée. Chez les adultes, sa longueur varie de 14 à 22 cm, sa largeur de 3 à 9 cm, son épaisseur de 2 à 3 cm et son poids de 70 à 80 grammes. Mais dès qu'elle tombe malade, toutes les tailles changent.

Le pancréas a une anatomie complexe et une disposition assez complexe du corps humain..

Le nom même de cet organe parle d'un emplacement proche directement de l'estomac. Chez une personne en bonne santé, il s'agit du niveau approximatif du diaphragme, situé au bord de la dernière vertèbre thoracique et de la première vertèbre lombaire. Il est en contact étroit avec le foie, la rate et le duodénum.

Il existe un point de référence encore plus clair pour le patient - le nombril. La partie glandulaire est à peu près la largeur de la paume au-dessus.

Traditionnellement, il est divisé en 3 parties:

  1. Tête. Son emplacement est le coude du duodénum. Il y est relié par un conduit commun partant de la vésicule biliaire.
  2. Corps. Il a la forme d'un prisme triangulaire, composé de 3 sections: supérieure, arrière et avant. À l'avant, il est fermé par le péritoine et à l'arrière, il est adjacent à la colonne vertébrale, à la veine cave inférieure et aux veines rénales gauches.
  3. Queue. Cela ressemble à un cône, dirigé vers le haut vers la gauche. Il se termine près de la rate, bien ajusté contre sa porte.

REMARQUE! Une description plus détaillée de la structure du pancréas est dans un autre article situé sur le lien.

La question de savoir où le pancréas fait mal chez une personne est rhétorique. Le fait est que la douleur dépend souvent de la partie de celle-ci affectée et de la gravité de ses fonctions..

La tête enflammée se trahit avec cette condition négative sous la droite et la queue affectée sous la côte gauche. Mais le syndrome douloureux peut être similaire aux signes de maladies d'autres organes. Après tout, ils sont situés très près. Alors, comment comprendre ce qui fait mal en réalité?

Schéma de complications en violation de la fonction pancréatique exocrine.

Lorsque vous cherchez une réponse à la question de savoir où le pancréas fait mal, les symptômes peuvent parfois avoir une image pas tout à fait claire pour le patient. Par conséquent, les informations sur ses propriétés physiologiques ne sont pas moins importantes pour une détermination précise du diagnostic..

À l'intérieur, le pancréas a une structure hétérogène dont les parties sont séparées les unes des autres. Dans beaucoup d'entre eux, les acini sont localisés - des sections sécrétoires qui sécrètent du suc pancréatique dans le duodénum.

Pourquoi est-ce si précieux? Il contient des enzymes, sans lesquelles d'importants processus digestifs n'ont pas lieu. Par exemple, la décomposition des glucides, des protéines et des graisses.

Les soi-disant îlots de Langerhans, des grappes de cellules qui n'ont pas de canaux excréteurs, ajoutent à la structure de l'organe glandulaire. Avec leur aide, la sécrétion interne est réalisée avec la production de substances importantes..

Localisation dans le pancréas de l'îlot pancréatique et des acini.

Et pour déterminer les écarts fonctionnels dans ce processus, des tests de laboratoire en combinaison avec des études instrumentales des zones touchées aident. Autrement dit, il est impossible de les détecter simplement au toucher..

Même de petites irrégularités dans le travail du pancréas entraînent de graves conséquences, qui se traduisent par une douleur et des ballonnements, une constipation. Et beaucoup au début ne soupçonnent même pas que c'est elle qui peut devenir la cause de l'inconfort..

Les causes les plus courantes de douleur

Les ceintures, les brûlures, les douleurs aiguës ou douloureuses sont des signes courants de maladie pancréatique. Ils ne surviennent généralement pas dans les tout premiers stades de la maladie..

Mais n'importe quel facteur de la liste peut le provoquer instantanément:

  • abus d'alcool et de tabac;
  • manger une quantité excessive de graisse;
  • trop manger;
  • empoisonnement;
  • infections virales, bactériennes ou fongiques;
  • complication de la maladie des calculs biliaires;
  • traumatisme;
  • hérédité;
  • Diabète;
  • parasites;
  • cirrhose du foie;
  • complication après la chirurgie.

Différences de douleur dans la pancréatite et d'autres maladies de l'organe glandulaire

Il n'y a pas beaucoup de maladies du pancréas. Mais il est très important que la nature de la douleur dépende directement du diagnostic spécifique..

Pancréatite

La pancréatite est la maladie la plus courante de cet organe. Il est divisé en types et implique tout un groupe de maladies.

Sous l'influence de conditions défavorables, cet organe devient enflammé, ce qui entraîne son auto-digestion. Cela est dû au fait que le duodénum n'est pas irrigué par les enzymes qu'il produit, mais s'accumule dans ses cavités..

Où la pancréatite pancréatique fait-elle mal? La forme aiguë se manifeste par une attaque soudaine et insupportable dans le haut de l'abdomen. Des sensations douloureuses peuvent irradier vers le dos et la moitié gauche du corps. Parfois, ce sont des zona..

Une personne en mauvaise santé s'effondre simplement après une attaque insupportable continue. Cet état de choc s'accompagne de symptômes:

  • vomissements, dans lesquels le goût de la bile se fait sentir;
  • flatulence;
  • la diarrhée;
  • haute température;
  • urine foncée;
  • jaunissement de la peau (selon le type);
  • clarification des matières fécales.

Dans ce cas, les analyses peuvent montrer une augmentation de la quantité d'urine dans les selles et une faible teneur en calcium..

Où cela fait-il mal avec l'inflammation du pancréas, lorsque la forme aiguë de la pancréatite devient chronique? Les crises de douleur sont toujours localisées sous la côte gauche, mais peuvent également se propager dans le dos. Ils ne sont pas aussi agressifs que dans la forme aiguë et se distinguent par des spasmes douloureux ou des sensations de brûlure dans l'épigastre avec apparition périodique.

CONSEIL IMPORTANT! Une inflammation aiguë sévère doit être arrêtée de toute urgence. Ceci est assuré par une faim de 2-3 jours. Cela deviendra beaucoup plus facile après.

Opisthorchiase

L'opisthorchiase est une autre maladie de cet organe, dans laquelle la douleur survient. Cela peut se produire dans le contexte de son infection par un parasite commun - la douve de Sibérie. Même à partir d'un petit morceau de poisson ou de viande non frit, il y a un risque que ce ravageur, s'y installant ou dans le foie, provoque une maladie grave.

Dans ce cas, il y a des douleurs paroxystiques dans les muscles et les articulations, sous la cuillère ou sous la côte droite. Mais contrairement à divers types de pancréatite, dans une telle situation, des signes d'accompagnement doivent être présents:

  • toux;
  • dermatite;
  • flatulence;
  • la diarrhée;
  • haute température;
  • gonflement du visage.

Le foyer de la maladie se propage aux organes voisins, provoquant une inflammation en eux. Par conséquent, la douleur peut avoir un zona similaire à la pancréatite dans la région lombaire, et parfois même irradier vers le dos..

Les kystes du pancréas peuvent également causer de la douleur. Ils peuvent apparaître soit sous forme de formations indépendantes, soit sous forme de pancréatite pseudotumorale. Une telle tumeur creuse qui se développe constamment est rare. Mais il arrive qu'après avoir commencé sa croissance et accumulé son secret, il puisse remplir toute la cavité abdominale.

Un kyste provoque généralement des douleurs dans la partie supérieure de l'abdomen. Elle peut être continue, douloureuse, mais elle est périodiquement aggravée par une crise sévère et s'accompagne généralement de vomissements..

Le cancer est une autre maladie du pancréas. Elle survient très rarement et est souvent le résultat d'une pancréatite pseudotumorale non traitée. Le danger de l'oncologie réside dans le fait qu'aux premiers stades de son développement, elle ne se trahit en aucun cas..

La douleur n'apparaît que lorsque la pathologie devient irréversible. Parallèlement, le patient perd considérablement du poids, sa température augmente. À mesure que le cancer se développe, la douleur dans l'abdomen augmente et devient insupportable..

Très souvent, les dysfonctionnements de la glande dans une chaîne entraînent des maladies des organes situés à proximité. Par conséquent, la douleur peut être de nature non spécifique généralisée..

Comment éviter la douleur

Vous savez où le pancréas fait mal (les photos vous aideront à vous orienter plus précisément à son emplacement)? Mais connaissant la cause, la nature des douleurs et leur localisation, vous ne devez pas vous soigner vous-même. Seul un spécialiste établira un diagnostic précis et prendra une décision objective sur les méthodes de traitement.

Il est préférable d'essayer de prévenir une telle condition pathologique. Pour cela, il est recommandé:

  1. Exclure les boissons alcoolisées, gazeuses, le café et le thé fort du menu.
  2. Évitez les aliments fumés, marinés, épicés, gras, salés et frits. Interdit et bonbons, en particulier le chocolat, qui est riche en matières grasses.
  3. Inclure les légumes, le lait, le kéfir, le fromage cottage, les céréales, les œufs, la viande (cuite à la vapeur) dans le menu.
  4. Diminuer la taille des portions et augmenter la fréquence des repas.
  5. Écoutez l'état du corps et n'ignorez pas les changements suspects.
  6. Passez régulièrement des examens préventifs avec des tests.

Il s'avère que le pancréas devient un indicateur de l'état du corps et du mode de vie du patient. Elle réagit de manière réactive à ce qu'une personne mange. Et ses douleurs d'une nature différente parlent d'une maladie grave particulière. La plupart d'entre eux nous les acquérons avec l'âge, menant un mauvais style de vie, et nous devenons nous-mêmes les coupables de leur développement..

Les plaisirs douteux des produits nocifs qui sont annoncés autour de nous en valent-ils la peine? Après tout, à cause de leur raison, nous perdons la santé - la chose la plus précieuse que nous ayons.

Vous doutez de l'importance de tout ce qui est écrit ci-dessus? Voir la vidéo. Eh bien, si vous avez quelque chose à recommander pour une douleur de cette nature, laissez vos commentaires. Ils aideront beaucoup de personnes à faire face à ce problème..

Où va la douleur avec la pancréatite??

Question: Bonjour! J'ai un ulcère gastrique, une duodénite érosive et, pour couronner le tout, une maladie de calculs biliaires et une pancréatite chronique. Comme on dit, "farce complète". Ne me dites pas exactement comment le pancréas fait mal, sinon j'ai souvent, puis des douleurs abdominales, puis des brûlures d'estomac, et je ne peux pas comprendre quoi faire et comment agir, et après tout, les médecins disent que c'est avec une pancréatite aiguë étendue que le taux de mortalité le plus élevé est, si retardé avec une attention médicale!

Le pancréas est situé au centre même de notre corps. Peut-être que si vous poussez précisément une personne avec un doigt «en plein milieu», alors un axe imaginaire situé dans le plan sagittal passera à travers la colonne vertébrale, devant laquelle se trouve la glande. Sa longueur varie de 16 à 25 cm, et il est situé horizontalement, légèrement obliquement. Ainsi, derrière elle se trouvent la colonne vertébrale et les muscles du dos, et devant elle sont couvertes par l'estomac et le grand épiploon. De plus, sa tête et sa queue dépassent de manière significative "sur les côtés" de la colonne vertébrale.

Douleur accompagnée de symptômes de pancréatite

Par conséquent, en cas de pancréatite aiguë, une douleur très intense tombe immédiatement sur une personne, qui provient du centre même du corps. La glande étant profonde, cette douleur, avec l'évolution typique de la pancréatite et l'emplacement habituel de la glande au tout début, donne l'impression d'un pieu enfoncé dans une personne. Ensuite, la douleur commence à se propager: il semble qu'elle irradie vers le dos, sous les omoplates gauche et droite, vers les côtés gauche et droit, et en même temps vers le sternum et le haut de l'abdomen.

Par conséquent, ils disent correctement que dans la pancréatite aiguë, la douleur est un zona et en même temps profonde. C'est ainsi que la pancréatite diffère de la colique biliaire, dans laquelle la douleur descend finalement vers l'hypochondre droit, et de l'appendicite aiguë, qui dans la version classique se manifeste par une douleur dans la région iliaque droite.

Les patients atteints de lithiase urinaire et de colique rénale ont souvent une douleur aussi intense, mais elle est le plus souvent située à gauche ou à droite, dans la région de l'uretère correspondant. Ceci est différent de la douleur de la pancréatite. Il est souvent difficile de comprendre si un patient a une pancréatite ou un ulcère d'estomac perforé. Lorsqu'il est perforé, le suc gastrique est versé dans la cavité abdominale, provoquant une brûlure chimique et une péritonite ultérieure. Mais avec la perforation, il y a généralement une étape de réduction de la douleur et du bien-être imaginaire, après laquelle la progression des symptômes de la péritonite commence, et cela ne se produit pas avec la pancréatite.

Par conséquent, dans le cas où une telle douleur est apparue, ce qui est un peu soulagé lorsque vous vous penchez en avant ou que vous vous couchez "en boule" sur le côté gauche, quelques heures après une erreur de régime ou un festin avec des "libations", vous devez appeler d'urgence une ambulance, malgré des répétitions vomissement. Le plus souvent, cela se produit la nuit, mais n'attendez pas le matin. Comme le montrent des statistiques inexorables, 80% de tous les décès sont survenus avec l'accouchement tardif du patient à l'hôpital - le deuxième jour et plus tard. Pour plus d'informations sur les symptômes de la pancréatite aiguë et de la douleur, lisez la revue détaillée ici.

Comment le pancréas fait mal: symptômes d'inflammation du pancréas

Comment le pancréas fait-il mal? De nombreuses personnes rencontrent tôt ou tard un tel problème lorsque le pancréas est inquiet, donnant à la zone du cerveau antérieur droit.

De tels symptômes peuvent être un signal d'alarme sur la pancréatite existante. Cependant, il est possible que le diagnostic soit erroné..

Le corps humain est disposé de telle sorte que tout écart par rapport à la norme peut être déclenché par la douleur. Il est seulement important de comprendre la nature de ces sensations et de quels autres symptômes elles peuvent être accompagnées. Et pour cela, vous devez savoir avec quels symptômes caractéristiques la pancréatite peut se développer?

Obtenir le bon diagnostic est important pour un rétablissement rapide..

Les symptômes du pancréas sont généralement des douleurs aiguës dans le dos, le cerveau antérieur droit et le haut de l'abdomen. Le patient ne trouve pas de place pour lui-même et il est plus facile de devenir uniquement en position assise, repliant ses genoux contre sa poitrine, comme en position «embryon».

La pancréatite peut être exprimée sous deux formes - aiguë et chronique. C'est de là que peuvent dépendre les symptômes de la douleur dans le pancréas..

Comment le pancréas fait-il mal dans la forme aiguë de la maladie? Ce sont généralement des signes tels que:

  • douleurs tiraillantes qui irradient vers le dos;
  • augmentation de la température corporelle;
  • nausées Vomissements;
  • troubles des selles - constipation suivie de diarrhée.

Important! Torturé de PANCRÉATITE? Nous révélons la méthode de traitement la plus efficace de cette maladie! Tout ce dont vous avez besoin est... Lire la suite

Vomit a une odeur désagréable et un goût amer. Souvent, les crises ultérieures peuvent être de la bile..

Les selles ont une consistance huileuse, une odeur désagréable et une couleur jaune clair. Parfois avec la diarrhée, des impuretés sanglantes peuvent être présentes.

Un seul cas d'une telle attaque ne pourra comprendre ni la cause de la maladie ni ses conséquences. Des soins médicaux fournis en temps opportun peuvent soulager le développement de la maladie et peuvent également provoquer une nouvelle rechute après que l'état du patient s'est légèrement amélioré. Et cette répétition peut déjà conduire à l'apparition de complications de la maladie qui affectent le système digestif..

La nature de la douleur dans la pancréatite chronique

Comment comprendre que le pancréas fait mal, et non l'estomac ou les intestins, qui s'est soudainement aggravé en raison d'une mauvaise nutrition?

Important! Comment pouvez-vous vous débarrasser de la pancréatite avec des remèdes populaires? Nous révélons une recette très ancienne. En savoir plus >>>

Dans la forme chronique, le foyer de localisation de la douleur peut être situé dans n'importe quelle partie du pancréas - dans la tête, dans le corps ou dans la queue.

  • avec une inflammation de la tête du pancréas, il peut céder à la zone du cerveau antérieur droit;
  • en cas de lésion corporelle, le signal de douleur peut être donné à la région épigastrique;
  • avec un processus inflammatoire dans la queue, la région précostale gauche peut faire mal;
  • si la maladie a couvert tout le corps du pancréas, la douleur est de nature ceinture et peut tirer dans le dos, les omoplates, la poitrine. Souvent, les gens confondent ces signaux avec une ostéochondrose soudaine et dérangeante, ou les blâment simplement sur les conditions météorologiques changeantes..

Le patient peut-il ne pas remarquer la maladie pancréatique en lui-même??

En médecine, de tels cas isolés ont été enregistrés lorsque la nature de la douleur peut être instable, avoir une faible capacité et que le patient peut ne pas remarquer du tout le développement de la maladie. C'est ce qu'on appelle la pancréatite latente..

Cependant, un cas peut passer inaperçu et les attaques ultérieures peuvent déjà être accompagnées de lésions de gros organes..

Lorsque le pancréas fait mal, les symptômes peuvent ne pas être uniquement sous forme de douleur. La douleur est généralement accompagnée de nausées et de vomissements. Et le plus fort, le plus souvent les postures du réflexe nauséeux.

Ces symptômes surviennent après avoir mangé ou soulevé des poids, exercice.

Comment soulager les symptômes de la douleur?

Si le pancréas fait mal, c'est un signal pour voir un médecin. Après examen et test, le traitement correct sera prescrit.

De nombreux patients aiment s'automédiquer, ne sachant pas quels médicaments ils peuvent prendre, quels aliments sont autorisés. De telles actions ne font qu'aggraver le diagnostic existant..

Le froid, la faim et le calme sont les trois points principaux du premier traitement. Le premier jour, le patient reçoit du froid pour soulager la douleur, il a besoin d'un minimum de mouvement et de repos au lit. Toute bouteille en plastique remplie d'eau froide peut fonctionner aussi froide..

Elle est appliquée sur son ventre, ses genoux sont rentrés et elle s'allonge dans son lit. Dans les deux prochains jours, la faim thérapeutique est également nécessaire, seulement une boisson abondante. Même les médicaments sont tous administrés par voie intraveineuse, car l'administration orale est strictement interdite..

Il est permis de boire environ 5 verres par jour d'infusions et d'herbes. Les herbes médicinales telles que la camomille, l'immortelle, millénaire, le millepertuis apporteront un bon effet. De nombreuses personnes utilisent le jus d'aloès comme traitement..

Il est connu comme le meilleur agent anti-inflammatoire. Après tout, auparavant, toutes les maladies n'étaient traitées qu'avec des feuilles d'aloès. Pour ce faire, broyez les feuilles d'aloès et mélangez le jus obtenu avec une cuillère à café de miel. Il est préférable de boire le matin à jeun..

Important! Plus de pilules à manger. Grâce à cet outil, vous arrêtez de fumer en seulement 2 jours.

Le traitement médical doit nécessairement inclure des médicaments tels que:

  • spectre antispasmodique - Drotaverine, Spazmalgon;
  • anti-inflammatoire - Paracétamol, Baralgin;
  • enzymes - Créon;
  • maintien de l'équilibre acido-basique - Oméprazole;
  • complexes de vitamines.

Réhabilitation

Après le traitement, le patient est généralement envoyé dans un sanatorium gastro-entérologique. Pourquoi est-ce? Tout d'abord, pour consolider le résultat, car en plus de la pharmacothérapie, le patient a besoin d'une nutrition appropriée.

À la maison, beaucoup peuvent ne pas préparer la bonne nourriture pour eux-mêmes, cela devient vite ennuyeux. Et dans le sanatorium, le patient se verra déjà attribuer un aliment diététique spécial, caractéristique spécifiquement de son cas de maladie. En outre, l'air frais, les procédures médicales, les infusions médicinales, les décoctions - tout cela a un effet bénéfique sur le déroulement de la récupération..

L'examen par un médecin est très important, car tous les organes sont interconnectés dans le corps et sont étroitement liés les uns aux autres. Par conséquent, la douleur peut être donnée n'importe où. Dans de rares cas, le syndrome douloureux aurait pu être mortel pour le patient sans recevoir de soins médicaux en temps opportun.

Les changements négatifs dans le fonctionnement du pancréas affectent le fonctionnement de tout l'organisme. Le pancréas réagit brusquement aux processus inflammatoires et destructeurs. Les symptômes de la pancréatite aiguë sont des pathologies typiques de la maladie pancréatique. La pancréatite est la maladie la plus courante du pancréas. Cette maladie n'est pas infectieuse. Elle se caractérise par une inflammation du tissu glandulaire et un œdème, une carie et la mort du tissu glandulaire. Le fonctionnement de la glande est perturbé et sa structure anatomique est détruite. La situation peut s'aggraver jusqu'à la formation de suppuration bactérienne, l'apparition de kystes et la présence de saignements.

Cependant, de nombreuses maladies présentent des symptômes très similaires et seul un médecin qualifié peut poser un diagnostic précis basé sur des tests de laboratoire..

Pancréatite aiguë: symptômes

Le pancréas est l'un des composants du système digestif. Il sert un double objectif:

  1. Produit des enzymes qui décomposent les graisses, les protéines et les glucides, et surveille ainsi les processus de digestion des aliments.
  2. La glande synthétise l'insuline et le glucagon, assurant la stabilité du système interne du corps; régule le métabolisme des protéines, des glucides et des graisses.

Douleur pancréatique

La douleur est une indication importante de la présence d'une pancréatite. Cela peut être différent selon le volume des dommages aux organes. Dans le pire des cas, les feuilles péritonéales peuvent être entraînées dans le processus d'inflammation. À la palpation du pancréas, la douleur sera plus intense lorsqu'elle est relâchée que lorsqu'elle est pressée..

Avec l'œdème, les capsules du pancréas s'étirent, les terminaisons nerveuses sont comprimées et les canaux débordent de produits de sécrétion, ce qui provoque une douleur caractéristique.

Pendant longtemps, il existe un décalage entre une douleur de forte intensité et le fait que les muscles de la paroi abdominale antérieure ne produisent pas de tension protectrice. À la palpation, l'abdomen est mou.

La localisation de la douleur à différents endroits - à gauche, à droite ou au milieu de l'épigastre s'explique par l'emplacement du foyer de la pathologie dans l'une des parties de la glande - la queue, la tête ou le corps.

La propagation de la douleur dans le dos est due à l'emplacement de la glande elle-même et aux caractéristiques de l'excitation de l'organe.

Habituellement, la douleur n'est pas corrélée à la prise alimentaire. C'est permanent et durable. La douleur augmente à mesure que les changements pathologiques dans la glande augmentent. Une manifestation très rare de la douleur est sa localisation dans l'espace rétrosternal ou dans la zone du cœur avec expansion dans la clavicule. Dans ce cas, il est très important de séparer la douleur du pancréas de la douleur cardiaque..

Au cours de la nécrose pancréatique, la douleur peut entraîner un choc, ce qui peut provoquer la mort du patient.

Symptômes dyspeptiques

La pancréatite s'accompagne de dyspepsie - nausées, perte d'appétit, vomissements et selles instables. La dyspepsie survient généralement au stade initial de la maladie en raison d'une violation du régime alimentaire (manger gras, fini, tomates, alcool et miel). Vous pouvez citer un cas fréquent qui est devenu un classique - l'utilisation de la vodka, d'une tomate et d'une escalope froide pour une collation. Parfois, le processus pathologique peut être déclenché par des médicaments. Par exemple, prendre des antibiotiques, de l'acide walpurgique, des cytostatiques, des nitrofuranes, des sulfamides, etc..

  • Nausée et vomissements. Le premier précède le second, qui est directement lié à l'irritation du nerf vague, qui innerve la glande. Des vomissements surviennent dans la plupart des cas et ne procurent aucun soulagement. L'apparition de bâillonnement est due au processus d'intoxication. Au début, la nourriture mangée est présente dans le vomi, et plus tard, le contenu interne du duodénum peut apparaître dans le vomi. La fréquence des vomissements et le volume des vomissements entraînent une déshydratation avec perte d'eau et d'électrolytes. Une perte importante de sels entraîne une déshydratation hyposomatique.
  • Déshydratation. La déshydratation varie en degrés. Premier degré - il y a une perte de 3% du poids du patient. Le patient est dérangé par une faible soif, les muqueuses sont encore humides. La soif est légère, elle est remplacée par un essoufflement et une respiration rapide. La deuxième étape est la perte de 9% du poids du patient. Les muqueuses sont sèches, la soif est prononcée. L'élasticité de la peau diminue. Les perturbations du système circulatoire entraînent un pouls rapide et des palpitations. Le volume de la miction diminue. L'urine s'assombrit. Troisième degré - perte de 90% du poids corporel. Le patient est inhibé et somnolent. La pression artérielle est abaissée. Les muqueuses et la peau sont sèches. La fréquence cardiaque est perturbée. Discours et conscience confus.
  • Tabouret instable. La constipation est remplacée par la diarrhée et vice versa. Le stade initial de la maladie se manifeste par des ballonnements de l'abdomen du patient et une rétention des selles. Cela est dû au fait que les acides biliaires et les enzymes pancréatiques ne pénètrent pas dans les intestins en quantités suffisantes. Après quelques jours de constipation, les selles peuvent être minces.

Changements de peau

Sur la peau, la pancréatite se manifeste par une pâleur ou un jaunissement, qui se produit en raison des voies biliaires comprimées par l'œdème. Une cyanose du triangle nasolabial et des doigts peut survenir. De telles taches bleuâtres peuvent également apparaître sur la peau de l'abdomen - généralement du nombril vers la droite.

Douleur pancréatique: symptômes

Habituellement, ne peut être déterminé que par un médecin en appuyant sur les doigts sur l'abdomen du patient.

Les symptômes suivants sont distingués:

  • Mayo-Robson - douleur en appuyant sur l'angle costal-vertébral gauche.
  • Dudkevich - palpation douloureuse lorsqu'elle est pressée vers l'intérieur et obliquement vers le haut. Le point d'affection est à 2 cm sous le nombril.
  • Chukhrienko - se manifeste lorsqu'il est pressé avec le bord de la paume dans la région épigastrique. Le pressage se fait avec un mouvement saccadé.
  • Shchetkin-Blumberg - lors de la palpation de l'abdomen, la douleur s'intensifie en s'éloignant du corps après avoir appuyé sur. Ce qui est très caractéristique de la péritonite.

Signes de laboratoire

L'inflammation et la destruction du pancréas modifient les analyses cliniques et biochimiques de l'urine et du sang.

Test sanguin clinique

Avec l'inflammation, la vitesse de sédimentation des érythrocytes augmente et une leucocytose significative se produit. La destruction et la présence d'une infection purulente se manifestent par une augmentation du nombre de leucocytes segmentés et coupés. Augmentation de l'hématocrite due à la déshydratation (hommes:> 54%, femmes:> 47%). Le taux de glucose augmente - plus de 5,5 mmol / l.

Chimie sanguine

Lors de l'étude de la biochimie du sang, le taux d'amylase est souvent surveillé, qui dépasse 125 U / L au cours des 12 premières heures de l'évolution de la maladie. L'apparition d'une nécrose provoque la dégradation de l'amylase. Des niveaux élevés de lipase, de trypsine et d'inhibiteur enzymatique sont hautement indicatifs de la maladie. Au cours des deux premiers jours, une augmentation de l'élastase sanguine est très spécifique..

Mais tous les laboratoires ne peuvent pas détecter cette enzyme. Une augmentation des normes d'ALaT, LDH et ASaT indique une désintégration cellulaire. De la jaunisse, le nombre de bilirubine totale et indirecte augmente. Une diminution du niveau de présence de chlorures, de magnésium et de calcium indique un changement de l'équilibre acido-basique dans le corps - acidose.

Changements dans l'urine

La densité relative augmente, des protéines, des leucocytes et des érythrocytes apparaissent. La cause du changement est la déshydratation ou les lésions rénales dues aux toxines. La diastase urinaire dépasse 100 U avec une norme de 64 U. La preuve d'une violation du métabolisme des protéines et des glucides est l'apparition de corps de sucre et de cétone dans l'urine.

Symptômes d'autres maladies du pancréas

En plus de la pancréatite aiguë, il existe d'autres maladies qui affectent le pancréas. Dans ces cas, les symptômes dépendent du stade de développement de la pathologie..

La plupart des maladies du pancréas présentent des symptômes caractéristiques - douleur, dyspepsie. Les caractéristiques se manifestent par des signes et des diagnostics spécifiques.

  • Cancer du pancréas. La nature de la douleur peut être épisodique ou persistante. Dépend de l'emplacement de la tumeur et du stade de la maladie.
  • Fibrose kystique. Contractions douloureuses dans les intestins.
  • Kyste pancréatique. Avec un petit kyste, la douleur est sourde et instable, faiblement exprimée ou pas du tout ressentie. Une douleur prononcée provient d'un kyste de taille importante, qui comprime les conduits, les troncs nerveux et étire les capsules de l'organe. Lorsque la tête est touchée, douleur dans la partie droite de l'épigastre, lorsque des processus se produisent dans la partie de la queue, douleur dans la partie gauche.
  • Pancréatite chronique. Si le processus n'est pas aggravé, le syndrome douloureux n'apparaît pas. Avec une exacerbation, une douleur aiguë ou sourde est ressentie dans la région épigastrique avec une expansion dans la région lombaire. Ou il y a des douleurs de type ceinture d'intensité variable.
  • Avec le diabète sucré de type 1, la douleur est absente.
  • Nécrose pancréatique. Douleurs aiguës sévères et prononcées dans l'épigastre ou derrière le sternum irradiant vers la clavicule ou le dos. La douleur maximale peut provoquer un choc, qui à son tour peut entraîner une perte de conscience.

Symptômes dyspeptiques

  • Cancer du pancréas. Au stade initial de la maladie, lorsque l'alimentation est perturbée, des nausées, des selles grasses instables et une diminution de l'appétit apparaissent parfois. Des pertes de poids corporel sont notées. L'abdomen est distendu de manière caractéristique. Le stade avancé de la maladie s'accompagne de vomissements fréquents et de diarrhée abondante.
  • Fibrose kystique. La présence de selles graisseuses fréquentes avec des volumes plusieurs fois supérieurs à la norme. Diminution de l'appétit, flatulences.
  • Kyste pancréatique. L'abdomen est enflé, la minceur et des selles fréquentes se produisent lorsque la tête de l'organe est endommagée. La pathologie du corps et de la queue se traduit par des selles décolorées, de la constipation, des épisodes de nausée épisodiques.
  • Pancréatite chronique. Les selles sont instables - la constipation est remplacée par la diarrhée. En cas de violation du régime alimentaire - selles grasses fréquentes. Nausées persistantes, vomissements de nourriture ou de bile.
  • Diabète sucré de type 1. Le poids est considérablement réduit. Faiblesse et faim en condition hypoglycémique. Si le patient a une acidocétose, la condition est caractérisée par des nausées et des vomissements.
  • Nécrose pancréatique. L'estomac est enflé, rétention des selles.

Signes spécifiques

  • Cancer du pancréas. Jaunisse, pâleur. Le stade tardif se traduit par un épuisement extrême du corps.
  • Fibrose kystique. Des cristaux de sel se déposent sur la peau, faiblesse, sécheresse de la bouche.
  • Kyste pancréatique. De grandes formations peuvent être ressenties à travers la paroi abdominale. La suppuration du kyste est caractérisée par des douleurs abdominales et une forte fièvre.
  • Pancréatite chronique. L'utilisation de marinades, ainsi que d'aliments gras, fumés et frits provoque une exacerbation.
  • Diabète sucré de type 1. Le volume d'urine excrétée, la soif, les démangeaisons des muqueuses et de la peau augmentent. Hypoglycémie et acidocétose.
  • Nécrose pancréatique. Douleurs abdominales aiguës, probabilité élevée de choc douloureux ou toxique.

Données de laboratoire et diagnostics

  • Cancer du pancréas. La vitesse de sédimentation des érythrocytes est accélérée - plus de 30 mm / heure. Anémie et leucocytose. L'échographie révèle une formation arrondie. Le diagnostic est confirmé par biopsie.
  • Fibrose kystique. La lecture de l'élastase fécale est diminuée. Test de sueur à haute teneur en chlorure. Diagnostics ADN.
  • Kyste pancréatique. Le taux d'enzymes dans l'urine et le sang est légèrement augmenté. À l'aide d'ultrasons, la formation de liquide est détectée.
  • Pancréatite chronique. Dans la phase d'exacerbation, l'élastase sanguine augmente. Diminution de l'élastase fécale.
  • Diabète sucré de type 1. La teneur en sucre dans le sang dépasse 6,1 mmol / l. Taux d'hémoglobine glycémique> 6,5%.
  • Nécrose pancréatique. L'échographie révèle la destruction du pancréas.

Conclusion

Seul un médecin peut traiter la glande. Seul un spécialiste qualifié sera en mesure de mener les recherches appropriées, de diagnostiquer correctement et de prescrire un traitement.

Le contenu de l'article

  • Comment comprendre que le pancréas fait mal
  • Comment déterminer si le pancréas fait mal
  • Comment comprendre que le ventre a chuté pendant la grossesse

Qu'est-ce que la pancréatite et quels sont ses symptômes

La douleur dans l'abdomen témoigne de maladies du pancréas. Mais comment comprendre que c'est le pancréas qui fait mal, car il y a de nombreux organes situés dans la cavité abdominale? La maladie la plus courante du pancréas est son inflammation - la pancréatite. Au début du développement, la pancréatite se manifeste par une douleur dans la partie supérieure gauche de la cavité abdominale (rarement dans sa partie centrale supérieure). En règle générale, ces douleurs surviennent peu après un repas, en particulier un repas copieux. La douleur survient également après avoir mangé des aliments gras et frits. Si une personne ne fait pas attention à ces symptômes et ne voit pas de médecin, la maladie peut commencer à progresser. Les douleurs deviendront plus fortes, plus longues, et une sensation de lourdeur dans l'estomac s'y ajoutera. Pour ces symptômes, il est difficile pour une personne ignorant la médecine de distinguer la pancréatite de la gastrite. Par conséquent, il est préférable de se rendre dans un établissement médical et de subir un examen complet..

Dans la pancréatite aiguë, l'état d'une personne se détériore fortement, il y a des douleurs très sévères, généralement encerclant. Il y a aussi des nausées, des vomissements, une indigestion, dans certains cas une diarrhée apparaît. Dans certains cas, le patient doit être hospitalisé d'urgence. Le traitement consiste en un traitement médicamenteux et un régime strict..

Comment déterminer si le problème se situe au niveau du pancréas

Les symptômes décrits précédemment peuvent également être caractéristiques d'un certain nombre de maladies de la vésicule biliaire ou de l'estomac. Par conséquent, le diagnostic correct ne peut être posé que par un gastro-entérologue après un examen approfondi et des examens supplémentaires tels que l'échographie et la gastroscopie. À l'aide de l'échographie, vous pouvez facilement détecter tout changement dans la taille et la densité du pancréas, caractéristique de ses diverses maladies, jusqu'à des maladies aussi dangereuses qu'une tumeur maligne. Cette procédure est totalement indolore..

Si le patient se voit également prescrire une gastroscopie, il ne faut pas la refuser, bien que cette procédure soit plutôt désagréable. Il permet de détecter de nombreuses maladies de l'estomac et du duodénum à un stade précoce. Une fois le diagnostic posé, il est nécessaire de terminer le traitement complet, en respectant strictement les recommandations du médecin traitant. Avec les maladies du pancréas, vous devez suivre un régime alimentaire, manger de petites portions, mais souvent.

Le concept de syndrome du côlon irritable, ou IBS, fait référence à divers troubles pathologiques dans les processus de contraction musculaire dans certaines zones de l'intestin, assurant le mouvement des aliments à travers l'œsophage, qui s'accompagnent d'une fonction d'absorption et de sécrétion de l'intestin. La pancréatite et le syndrome du côlon irritable présentent de nombreux signes symptomatiques similaires, exprimés par la formation de douleurs dans l'abdomen, ainsi que des modifications pathologiques caractéristiques des selles. IBS se développe dans le contexte des facteurs pathologiques suivants:

  • changements pathogènes dans les interactions de 2 systèmes: le système nerveux central et le système qui régule l'activité des organes internes;
  • développement de la dysbiose;
  • violation des processus d'absorption;
  • changement pathologique dans la psyché du patient;
  • facteurs sociaux et émotionnels.

Il convient également de noter que le SCI est souvent accompagné de maux de tête, de gaz involontaires, d'un estomac gonflé, d'une tension accrue pendant les selles, d'une boule dans la gorge et de doigts froids. La douleur peut avoir un caractère différent de manifestation, augmentant après avoir mangé et diminuant après une selle. Un niveau accru de production de gaz provoque l'apparition de fausses envies de vider.

Pancréatite chronique comme cause du SCI

De nombreux patients posent la question: "Les intestins peuvent-ils être douloureux avec le développement de la pancréatite et la pancréatite peut-elle également causer le SCI?".

Il est important de noter que le développement d'une maladie pancréatique ne peut pas être la cause ou le facteur provoquant le SCI. La pancréatite chronique, ou sa forme aiguë de développement, est une maladie pathologique de type organique et le SCI fait référence à des troubles fonctionnels. Mais, malgré ces différences importantes, ces deux maladies peuvent s’accompagner..

La forme aiguë de la maladie pancréatique a une forte probabilité de décès et n'a rien à voir avec l'évolution ou la formation du SCI. Dans la plupart des cas, l'intestin irritable est souvent associé à un type chronique de maladie pancréatique affectant le pancréas, qui peut être réactif et primaire. La pancréatite réactive, qui survient dans le contexte d'autres pathologies du tractus gastro-intestinal, telles que la cholécystite, le tractus gastro-intestinal, les lésions ulcéreuses du duodénum, ​​ainsi que l'affectation de l'estomac, se caractérise par une concentration insuffisante d'enzymes pancréatiques, ce qui contribue à la formation de dysbiose, qui à son tour peut irriter les surfaces muqueuses de l'intestin et être un facteur de provocation dans l'apparition du SCI.

Il est important de se rappeler que la fonctionnalité hyposécrétoire de la glande parenchymateuse avec l'évolution et la progression d'une pathologie telle que la dysbiose n'a rien de commun et ne provoque pas le développement de changements pathologiques dans la cavité intestinale.

L'une des principales causes est la formation de douleurs chroniques. En effet, avec le développement d'une forme chronique de maladie pancréatique, elle commence toujours à faire mal à l'abdomen, quels que soient les facteurs provoquant cette maladie. Dans ce cas, le syndrome douloureux peut être léger ou sévère, mais il est présent de façon continue. Des épisodes répétés d'exacerbation de la maladie pancréatique et une augmentation de l'intensité de la manifestation de la douleur peuvent provoquer une violation pathologique du niveau de sensibilité dans la cavité intestinale avec le développement de troubles ultérieurs dans le domaine de sa motilité et la formation du syndrome du côlon irritable.

Il convient également de noter que la maladie pancréatique a dans la plupart des cas simplement un effet imitant la manifestation du syndrome RK, car elle se caractérise par l'apparition de presque tous les mêmes signes symptomatiques, c'est pourquoi ils disent qu'avec le développement de cette pathologie, les intestins peuvent également blesser.

Symptômes et signes

Le diagnostic de syndrome du côlon irritable est posé s'il existe au moins deux facteurs parmi la liste de critères suivante:

  • la douleur qui en résulte est associée à la défécation;
  • avec la formation de douleur, un changement de forme et de consistance des matières fécales se produit;
  • arrêt et réduction de la douleur après une selle réussie.

En outre, avec le développement du SCI, le tableau clinique suivant est noté:

  • la constipation ou la diarrhée apparaît;
  • les masses fécales peuvent être sous la forme de pastilles ou d'un crayon, et peuvent également être non formées avec une consistance liquide;
  • ventre gonflé;
  • le développement de flatulences;
  • ainsi que se sentir fatigué;
  • état dépressif;
  • changement pathologique de la fréquence cardiaque;
  • violations dans les processus de miction;
  • diminution de la libido;
  • la formation de douleur lors d'un contact sexuel avec un partenaire sexuel.

En d'autres termes, le syndrome du côlon irritable peut être caractérisé comme un intestin trop sensible qui répond impulsivement aux processus normaux de la vie humaine..

Options de traitement pour le syndrome

Le syndrome du côlon irritable peut survenir sous trois formes, selon le symptôme symptomatique prédominant:

Le traitement thérapeutique du SCI est également choisi parmi le facteur prédominant. L'élimination de la pathologie dans le développement de la diarrhée consiste en l'utilisation des médicaments suivants:

  • avant un repas, des médicaments tels que le lopéramide, l'imodium ou le diphénoxylate peuvent être prescrits;
  • pour fournir un effet calmant, une solution avec smecta est prescrite;
  • il est également recommandé d'utiliser des décoctions médicinales à base de baies médicinales telles que la cerise des oiseaux, l'aulne et la cerise douce;
  • les préparations de type sorbant, sous forme d'Enterosgel, Polyphepan, Polysorb ou Filtrum, aideront à réduire l'intensité du développement des flatulences;
  • l'un des médicaments les plus modernes pour le SCI est Alosetron.

Avec le développement du syndrome du côlon irritable avec une prédominance de constipation, le traitement consiste en la nomination de médicaments qui soulagent les selles, ainsi que le ramollissement des selles. Dans la plupart des cas, les médicaments suivants sont prescrits:

  • les médicaments développés sur la partie médicinale du plantain sont utilisés pour augmenter le volume des masses contenues dans la cavité intestinale, tels que Solgar, Ispalgon, Metamucil, Mucofalk;
  • le ramollissement des matières fécales est obtenu en prenant des médicaments contenant du lactulose dans leur composition, les plus efficaces sont: Duphalac et Goodluck;
  • des laxatifs, il est recommandé d'utiliser Forlax, Exportal ou Lavacol;
  • à partir du nombre de modulateurs de la sérotonine, Tegaserol ou Prukaloprid est prescrit;
  • s'il est nécessaire de créer un léger effet laxatif, les médecins recommandent d'utiliser l'eau minérale Essentuki, qui contient des ions magnésium.

Avec la manifestation de douleurs abdominales, le traitement thérapeutique du SCI consiste en la nomination des formes posologiques suivantes:

  • Parmi les médicaments du spectre d'action antispasmodique, les suivants sont recommandés: No-Shpa, Drotaverin, ainsi que l'administration de médicaments anticholyergiques sous forme de zamifénacine ou hyoscyamine;
  • les médicaments qui ont un effet bloquant sur l'état des canaux calciques, parmi lesquels Dicitel ou Spasmomen sont recommandés;
  • et Debridat est prescrit pour réguler le fonctionnement de la motilité intestinale;
  • parmi les médicaments qui aident à réduire l'intensité des flatulences, des formes posologiques telles que Espumisan, Polysilan ou Zeolate sont recommandées.

Dans la plupart des cas, une thérapie complexe est prescrite, visant à éliminer tous les signes symptomatiques prononcés qui contribuent à l'aggravation générale de l'état du patient, améliorant la microflore intestinale. Un ajustement complet de l'alimentation et de l'ensemble du mode de vie est également effectué.

Différence entre le SCI et la pancréatite chronique

En fait, il est assez difficile de comprendre ce qui progresse réellement dans la cavité corporelle du patient, la pancréatite ou le syndrome du côlon irritable..

Malgré toutes les manifestations symptomatiques similaires du SCI et la forme chronique de lésions pancréatiques de la glande parenchymateuse, il existe la principale différence entre le SCI - c'est l'absence de base morphologique, car il ne s'agit que d'une violation physiologique des performances intestinales.

Entre autres choses, avec le développement de la pancréatite, la douleur est localisée dans l'hypochondre et avec le syndrome du côlon irritable, la douleur abdominale prédomine, aggravée par les plaintes gastro-entérologiques et neuropsychiatriques des patients.