Adénocarcinome rectal

Diagnostic

Huit adénocarcinomes sur 10 se développent dans la partie médiane - l'ampoule du rectum, où l'eau est absorbée et les matières fécales se forment finalement. L'intestin mesure 16 à 18 cm, de longueur et de largeur égales. La partie en avant du sphincter anal représente un sixième de la longueur, la partie passant dans le côlon sigmoïde est de deux sixièmes, le reste est l'ampoule du rectum.

Le degré de malignité de l'adénocarcinome détermine la maturité de ses cellules - différenciation. Les cellules cancéreuses sont similaires aux cellules d'organes, mais le degré de similitude peut varier considérablement. Lorsqu'une cellule maligne est plus similaire à sa cellule souche progénitrice qu'à une cellule glandulaire mature, elle est alors appelée indifférenciée. Plus la tumeur est agressive, moins il y a de cellules similaires au glandulaire «natif».

Si les cellules cancéreuses conservent principalement une structure glandulaire, un tel adénocarcinome est considéré comme hautement différencié. Dans les adénocarcinomes modérément différenciés, la moitié des cellules cancéreuses sont similaires aux cellules glandulaires du rectum. De la moitié à un vingtième des cellules sont mal différenciées. Et lorsque moins de 5% des cellules de la tumeur sont similaires aux cellules natives du rectum, il s'agit d'un cancer indifférencié.

Division par étape

Les stades de l'adénocarcinome rectal sont déterminés par le degré d'implication de la paroi intestinale dans le processus de cancer. Si les cellules tumorales ne se sont installées que dans les couches les plus superficielles de la membrane muqueuse, il s'agit d'un cancer de stade 0, dans la sous-muqueuse ou la couche musculaire - stade I, au stade II, le cancer peut se développer à travers toute la paroi intestinale, mais les ganglions lymphatiques doivent être propres. Au stade III, la tumeur primaire peut être n'importe laquelle et les ganglions lymphatiques sont touchés par le cancer. Le critère déterminant du stade IV - métastases dans d'autres organes.

Manifestations cliniques

L'adénocarcinome interfère avec l'intestin pour remplir la fonction de formation et d'élimination des matières fécales, par conséquent, les symptômes de la maladie sont des troubles des selles. Il s'agit de la constipation ou de la diarrhée, dont la gravité augmente avec le temps et s'aggrave de plus en plus. Par exemple, affaiblis une fois par jour, après un certain temps, déjà trois fois par jour, des selles molles sont notées, et après cela encore plus, alors que sans médicaments, il n'y a pas de selles de consistance normale.

Il y a de faux désirs pour le fond et un sentiment d'infériorité de la défécation, sa douleur. Le sang apparaît dans les excréments, d'abord par stries, puis il commence à se démarquer dans des caillots sombres, presque noirs, du mucus peut être mélangé avec. Si la tumeur se développe près de l'anus, une incontinence fécale et gazeuse peut survenir. La douleur dans le rectum apparaît avec un adénocarcinome qui envahit le plexus nerveux. L'implication dans le conglomérat du cancer de la vessie provoque des symptômes d'une cystite lente et résistante au traitement. Lors de la germination dans la fibre du vagin, la douleur apparaît pendant les rapports sexuels.

Avec un processus avancé et une perte de sang chronique due à la germination des adénocarcinomes vasculaires, l'anémie se développe, la santé se détériore et la faiblesse augmente. Et la perte de poids rejoint le stade tardif de l'adénocarcinome, quand elle a dispersé des métastases dans tout le corps.

Détection et traitement

L'adénocarcinome du rectum est détecté par examen numérique, pour obtenir une analyse, son examen endoscopique est effectué, une coloscopie est nécessaire pour exclure une deuxième tumeur synchrone dans une autre partie du gros intestin. Avant de commencer le traitement, l'IRM du bassin déterminera la taille réelle de l'adénocarcinome.

Le traitement radical de l'adénocarcinome rectal n'est que chirurgical, si nécessaire, complété par une radiothérapie et une chimiothérapie. Avec un petit cancer rectal, de bons résultats sont obtenus par la chirurgie endoscopique, qui est aussi épargnante et préservant l'organe que possible. Avec un adénocarcinome généralisé, une chimioradiothérapie est effectuée. La thérapie photodynamique est utilisée, elle réduit l'inflammation autour de la tumeur et améliore la pénétration des médicaments de chimiothérapie dans celle-ci.

Le rectum est petit et pas du tout stérile; les opérations dans la zone intime avec arrêt partiel ou complet de l'organe pendant un certain temps ou pour toujours sont douloureuses pour les patients. Mais il est encore plus insupportable pour le patient de refuser une intervention chirurgicale en raison de la propagation étendue de l'adénocarcinome rectal, dans ce cas, les interventions palliatives peuvent améliorer la qualité de vie du patient..

Nous sommes prêts à organiser le diagnostic et le traitement de l'adénocarcinome du côlon dans les meilleures cliniques de Moscou et à l'étranger. Pour sélectionner une clinique, appelez-nous par téléphone: +7 (495) 023-10-24.

Adénocarcinome rectal modérément différencié

L'adénocarcinome rectal modérément différencié est un type de formation de tumeur. Pour éviter le développement d'une pathologie grave, il est nécessaire de connaître les facteurs qui ont provoqué la maladie, les symptômes et les méthodes d'élimination de la maladie.

L'adénocarcinome modérément différencié de l'organe rectal est le plus souvent retrouvé chez les patients de sexe masculin dans la catégorie plus âgée (après 45 ans). Les femmes souffrent moins souvent de cette pathologie. La division avec destruction des cellules tumorales atypiques se produit rapidement. La pathologie est caractérisée par une métastase précoce de tumeurs malignes, qui entraîne la mort dans un délai d'un an après le début du processus pathologique.

Description de la maladie

Les aliments transformés (matières fécales) sont retenus et stockés dans le rectum avant d'être vidés.

L'orgue se compose de plusieurs couches:

  • visqueux;
  • musclé;
  • abdominal.

Les intestins sont entourés de ganglions lymphatiques dans lesquels les infections virales et bactériennes à cellules cancéreuses sont conservées. Les tumeurs colorectales ou glandulaires au stade initial de développement ne présentent aucun signe reconnaissable. Par conséquent, le stade tardif (postopératoire, chimique) ne laisse pas aux patients une chance de guérison..

Avec la croissance de l'adénocarcinome dans l'épithélium glandulaire, la paroi interne est tapissée. Ceci est le plus souvent observé chez les patients âgés vivant dans un environnement pollué et une vie inappropriée. La maladie est détectée selon les résultats des tests pour un marqueur tumoral (mcb 10) - une tumeur maligne de l'organe rectal.

L'adénocarcinome rectal hautement différencié a un mauvais pronostic en raison de la difficulté d'un diagnostic rapide.

Les raisons

L'adénocarcinome du gros intestin est causé par:

Spécialiste des profils

  • caractéristiques génétiques;
  • pathologies de forme chronique dans le côlon, y compris fissures dans le canal anal, formations fistuleuses, maladies hémorroïdaires, polypose;
  • La maladie de Crohn;
  • changements liés à l'âge;
  • stress fréquent;
  • constipation persistante;
  • certains médicaments;
  • virus du papillome;
  • régime nocif;
  • travail nocif dans l'industrie chimique;
  • vie sédentaire;
  • surpoids;
  • dépendance à l'alcool, à la nicotine.

La formation d'un processus oncologique est possible en présence de tout facteur provoquant.

Classification

La pathologie maligne colorectale est classée en groupes en tenant compte de l'homogénéité de la tumeur et de ses caractéristiques.

Stades de la maladie

  1. Une différenciation élevée est une composition cellulaire légèrement modifiée avec un noyau élargi. Les cellules fonctionnent sans interruption, chez les personnes âgées, il n'y a pas de métastase avec croissance tumorale vers d'autres organes. Les patients plus jeunes sont plus à risque. Dans les 12 mois, ils ont une tumeur récurrente avec un diagnostic difficile en raison de la similitude des cellules saines. Une bonne réponse au traitement thérapeutique donne des résultats positifs pour la survie. Plus de 98% des patients sont en rémission après des manipulations thérapeutiques. En l'absence de métastases, la formation colorectale se développe lentement.
  2. Différenciation modérée - néoplasmes avec une dynamique moins positive. Les ganglions lymphatiques après une maladie métastatique donnent un pronostic de survie à 5 ans dans seulement la moitié des cas. Les cellules épithéliales prolifèrent, ce qui provoque une obstruction intestinale. La maladie est marquée par la formation de fistules, une épidémie de péritonite. Un grand processus de cancer entraîne une rupture des parois intestinales avec une perte de sang sévère. Un processus pathologique grave après une chirurgie ou un autre traitement a un pronostic positif.
  3. La faible différenciation est un processus oncologique du gros intestin, caractérisé par une tumeur à cellules sombres et une formation agressive. Il est possible de détecter un néoplasme chez 20% des patients. Les patients ont des métastases précoces dans les tissus adjacents, un polymorphisme cellulaire. Le pronostic pour les patients atteints d'adénocarcinome similaire est mauvais.

Le cancer de la glande est également divisé en sous-espèces:

Cellule cancéreuse

  • Squamous - l'apparition d'un processus tumoral dans le canal anal, constitué de cellules de type plat. Le néoplasme est caractérisé par une tumeur maligne élevée, un développement agressif excessif. Les patients reçoivent un diagnostic de prolifération dans la prostate, le vagin, l'uretère et l'uretère. Les rechutes fréquentes après la détection de la tumeur contribuent au décès dans les trois ans, seulement un tiers des patients survivent plus de 5 ans.
  • Mucineux (muqueux) - une tumeur sans limites claires en raison de la composition mucineuse de l'épithélium. Les patients ont des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux. Le traitement de cette tumeur n'inclut pas la radiothérapie en raison d'un manque de sensibilité aux radiations.
  • Cricoïde est une formation tumorale qui affecte la jeune génération de personnes, les personnes âgées rencontrent rarement cette pathologie. La maladie est transitoire avec un développement agressif et des métastases à la lymphe et au foie presque au début de la formation du processus. La couche interne de l'organe rectal est également marquée par l'invasion de métastases.
  • Tubulaire - processus d'adénocarcinome sous la forme d'une connexion tubulaire, a une taille moyenne avec des limites floues. Près de la moitié des patients ont cette évolution pathologique du cancer..

La partie rectosigmoïde maligne du blastome du côlon est marquée par des symptômes graves et la mort. Une telle tumeur n'a pas de membrane, elle se développe dans les tissus sans entrave et se manifeste par des métastases, ce qui conduit à la propagation du cancer dans la plupart des organes. Le traitement est compliqué.

Symptômes

Lorsque l'adénocarcinome commence à peine à se former, il n'y a aucun signe de processus tumoral chez les patients.

Avec la germination du cancer dans le tissu adjacent, le processus rectal est bloqué, ce qui est reconnu par les caractéristiques suivantes:

Lorsque le processus de cancer se développe vers d'autres organes, l'écoulement de l'urine est perturbé, obstruction dans l'intestin, rupture de la paroi intestinale, perte de sang, anémie aiguë, phénomènes fistuleux, péritonite abdominale.

Diagnostique

L'adénocarcinome avec sa structure histologique, sa localisation et sa taille peut être diagnostiqué selon le schéma de recherche suivant:

  • consultation avec un proctologue, plaintes des patients concernant des symptômes perturbateurs dans les organes et les systèmes;
  • collecte de l'anamnèse de la maladie, en tenant compte de la prédisposition aux pathologies cancéreuses;
  • effectuer une palpation avec percussion et auscultation chez le patient;
  • diagnostics de laboratoire et instrumentaux.

L'examen instrumental consiste à réaliser une radiographie, une échographie, une tomographie en spirale.

Traitement

L'adénocarcinome rectal est traité sur une base individuelle. Le schéma de sélection du traitement dépend de la différenciation de la tumeur, du degré de dommage, du développement du processus et de l'état du patient. La thérapie propose plusieurs méthodes pour éliminer la pathologie oncologique: chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. En combinant toutes les techniques, les oncologues parviennent à neutraliser le cancer glandulaire.

Le traitement le plus efficace pour l'adénocarcinome est une opération chirurgicale au cours de laquelle le néoplasme avec la zone intestinale touchée et l'appareil sphinctérien est excisé. Une colostomie est effectuée à travers la paroi du péritoine pour éliminer les matières fécales. Un récipient pour collecter les excréments y est attaché. Avant et après la chirurgie, le patient suit plusieurs cours de chimie et de radiothérapie.

Les soins opératoires ne sont pas toujours possibles pour les patients âgés et affaiblis, puis un traitement palliatif est recommandé, visant à réduire la douleur pour améliorer et la longévité.

L'électrocoagulation de la tumeur et d'autres mesures sont effectuées:

  • chimie - le patient reçoit une injection d'un médicament cytostatique (irinotécan, Fturotsilin) ​​ou d'un complexe de médicaments de chimiothérapie;
  • radiothérapie - radiothérapie dans une zone spécifique affectée par un adénocarcinome.

Les actions thérapeutiques effectuées permettent de réduire la taille des néoplasmes, après que les chirurgiens puissent exciser la formation oncologique.

La prévention

En cas d'adénocarcinome chez un patient, le pronostic ultérieur dépend de la catégorie d'âge du patient, de l'état du système immunitaire, du stade du cancer, du traitement effectué et d'autres individus. La pathologie révélée au stade initial permet aux patients de vivre jusqu'à cinq ans dans 93% des cas. La deuxième étape de l'oncologie glandulaire a un taux de survie inférieur de 68%. Avec la troisième étape, 45% des patients survivent après le traitement. Au quatrième stade, les patients vivent jusqu'à 5 ans dans 10% des cas.

Pour prévenir les processus cancéreux, il est nécessaire d'avoir une alimentation équilibrée, de faire beaucoup d'exercice, de surveiller son poids, de ne pas se laisser emporter par le tabagisme et la consommation d'alcool. Si un adénocarcinome a eu lieu, après avoir pris des mesures thérapeutiques, le patient doit être régulièrement observé par un oncologue pour éviter les rechutes..

Adénocarcinome intestinal: types, stades, diagnostic, traitement

La nutrition a toujours occupé une des places centrales de la vie humaine. La perturbation du processus digestif entraîne une multitude de problèmes à la fois physiques et psychologiques. Pas étonnant qu'ils disent que nous sommes ce que nous mangeons. En raison de l'influence de divers facteurs agressifs de l'environnement interne et externe, il existe une masse de maladies du tractus gastro-intestinal: des caries dentaires aux ulcères inflammatoires du tube digestif. L'adénocarcinome intestinal est l'une des maladies les plus dangereuses. Plus de détails sur cette pathologie seront discutés ci-dessous..

Définition

L'adénocarcinome de l'intestin ou le cancer glandulaire est un néoplasme tumoral malin qui affecte n'importe quelle partie de l'intestin et provient des cellules épithéliales-glandulaires de la membrane muqueuse (interne). Une telle tumeur est assez dangereuse et courante. En raison du fait qu'elle se caractérise par une longue évolution asymptomatique, il arrive souvent que la présence de la maladie soit déjà détectée à un stade avancé, lorsque le traitement n'a pas de sens.

Anatomie intestinale

L'intestin remplit de nombreuses fonctions qui soutiennent une vie normale. Il se consacre à hacher les aliments, à les digérer, à absorber les nutriments et à éliminer les déchets humains. Il se compose de plusieurs sections - minces et épaisses.

Sur la photo: anatomie de l'intestin

En général, le tube digestif mesure environ sept à huit mètres de long chez une personne vivante moyenne et environ 10 à 12 mètres chez une personne décédée. Il est alimenté en sang par les artères mésentériques - le supérieur et le inférieur sont isolés. L'écoulement du sang est effectué dans les veines du même nom, qui s'écoulent ensuite dans le système de la veine porte, sont filtrées par le foie et retournent au cœur.

La paroi de n'importe quelle partie de l'intestin a trois couches - la couche muqueuse interne et la sous-muqueuse, la couche musculaire qui fournit le péristaltisme, la couche séreuse externe, qui est représentée par le péritoine viscéral.

L'intestin grêle comprend les sections suivantes:

  • Duodénum.
  • Jéjunum.
  • Iléon.

Le gros intestin se compose de:

  • Le caecum avec l'appendice.
  • Le côlon ascendant, transversal et descendant.
  • Colon sigmoïde.
  • Rectum.

Intestin grêle

Le plus souvent, la localisation du cancer de l'intestin grêle est le début du duodénum ou de l'iléon. Cette tumeur se développe à la suite de la dégénérescence des cellules de l'épithélium glandulaire due à l'influence de divers facteurs provoquants. Avec l'adénocarcinome de l'intestin grêle, les symptômes ne sont pas détectés pendant une longue période, ce n'est que lorsque la taille de la tumeur atteint une taille significative qu'une clinique d'obstruction intestinale est possible. Avec ce diagnostic, les patients se rendent à la table d'opération, après quoi la véritable cause des problèmes de selle est révélée..

Anatomie de l'intestin grêle

Côlon

L'adénocarcinome dans le gros intestin est de même nature - il provient des cellules épithéliales muqueuses situées à l'intérieur de l'intestin. De plus, avec la croissance de la tumeur, les symptômes se joindront, qui sont similaires à une tumeur de l'intestin grêle. Des problèmes digestifs se développent, des ballonnements fréquents, la constipation est remplacée par de la diarrhée, le passage d'aliments fibreux grossiers est difficile.

En même temps, il a des endroits de localisation préférés. Ceux-ci incluent le sigmoïde, l'aveugle et le rectum.

Représentation schématique du gros intestin

Tumeur sigmoïde du côlon

La maladie de l'adénocarcinome du type intestinal de ce département est le plus souvent affectée par des catégories de personnes présentant les facteurs prédisposants suivants:

  • Âge avancé.
  • Mode de vie sédentaire.
  • Constipation fréquente, qui endommage la muqueuse intestinale lors de l'effort.
  • La présence de polypes dans la lumière intestinale, iléite terminale, diverticules.
  • Maladie de colite ulcéreuse.

Le développement de ce type de maladie suit le scénario suivant. Il y a une section de la membrane muqueuse qui est chroniquement traumatisée par des matières fécales grossières. De plus, en raison d'un traumatisme constant, les cellules épithéliales renaissent et acquièrent les caractéristiques de la croissance d'une tumeur cancéreuse - elles commencent à se diviser activement, à perdre le contact avec les cellules environnantes, à perdre leur fonction et à se développer activement dans les tissus environnants. Tant que la tumeur mesure moins d'un centimètre et demi de diamètre, les métastases ne se propagent pas dans la circulation sanguine.

Tumeur sigmoïde du côlon

Lorsque la tumeur occupe la moitié de la lumière du tube, des métastases uniques apparaissent dans les ganglions lymphatiques régionaux, qui agissent comme des collecteurs et ne laissent pas les cellules tumorales aller plus loin. Après la fermeture complète de l'intestin, les métastases se propagent dans tout le corps et se développent activement dans les tissus environnants.

Tumeur Cecum

Le mécanisme d'apparition de la tumeur est approximativement le même que celui décrit ci-dessus. En règle générale, l'adénocarcinome du caecum survient chez deux catégories de patients - chez les enfants ou les personnes âgées. La croissance est précédée par la condition dite de «cancer en place» ou la croissance de polypes.

Sur la photo: Une tumeur du caecum mobilisée lors de l'opération

Tumeur rectale

Adénocarcinome localisé dans le rectum - survient le plus souvent et généralement chez les personnes âgées. Les experts associent la survenue de ce type de maladie à des facteurs tels qu'une alimentation déséquilibrée, une trop grande quantité de fibres grossières dans les aliments, un manque de fibres. Il existe également une possibilité de tomber malade par contact chronique avec des cancérogènes chimiques, une infection par le papillomavirus humain. La localisation de la tumeur peut être la suivante:

  • Anal
  • Ampullaire
  • Nadampulaire

Causes d'occurrence

Il n'y a pas de consensus sur la cause exacte du développement de l'adénocarcinome intestinal. Mais les médecins identifient des facteurs qui, à leur avis, peuvent causer un traumatisme avec une tumeur maligne ultérieure des cellules de la couche muqueuse intestinale:

Manger souvent des aliments gras.

Apport insuffisant de fibres végétales.

Consommation excessive de produits carnés.

Une histoire de colite et d'autres maladies inflammatoires de l'intestin.

Antécédents familiaux prédisposants. Si la famille a eu des cas d'adénocarcinome intestinal, le risque de tomber malade augmente plusieurs fois.

Risques professionnels - travail avec de l'amiante, des métaux lourds.

Infection par une souche oncogénique de papillomavirus humain.

Lésion de la membrane muqueuse pendant les relations sexuelles anales.

Comment traiter l'adénocarcinome rectal?

L'adénocarcinome rectal est une maladie de l'intestin inférieur associée à la formation d'un néoplasme malin, à une altération de la fonction des organes et au développement d'autres complications. Surtout chez les hommes âgés. Il occupe la troisième place en termes de prévalence parmi les maladies tumorales du tractus gastro-intestinal, le plus souvent un adénocarcinome rectal hautement différencié se développe. Le pronostic de survie n'est pas toujours favorable.

Les raisons

L'une des principales raisons du développement du cancer, selon les experts, est une mutation génique. C'est elle qui contribue à la perturbation de la croissance et de l'activité fonctionnelle des tissus sains. Une cellule oncologique est une sorte de «parasite» qui consomme plus de nutriments et perturbe la vie humaine.

Les facteurs de risque peuvent être:

  1. Hérédité. Le risque de mutation génétique est beaucoup plus élevé si le père, la mère ont souffert ou souffrent de cette pathologie;
  2. Âge. Au cours de plusieurs décennies, le corps se fatigue et fonctionne mal. Des pathologies concomitantes apparaissent, le taux métabolique diminue;
  3. Nutrition. La consommation d'aliments à haute teneur en protéines, en acides aminés et à faible concentration en acides gras insaturés, oligo-éléments, vitamines contribue à l'apparition et à la croissance de néoplasmes malins;
  4. Inflammation prolongée associée à une infection bactérienne ou virale. La réaction inflammatoire entraîne une perturbation de la structure des tissus, de leur activité fonctionnelle, la mort de certaines cellules. La sclérose se développe, ainsi que l'adénocarcinome;
  5. Sexe anal. De tels rapports sexuels entraînent non seulement des dommages mécaniques à la paroi de l'organe, mais également la transmission de nombreuses infections, en particulier le papillomavirus humain. L'agent pathogène favorise la croissance des premiers néoplasmes bénins, puis malins.

La croissance et la propagation du cancer sont également influencées par de mauvaises habitudes, des maladies concomitantes du système endocrinien, du système nerveux, l'utilisation prolongée de médicaments, un mode de vie sédentaire, un travail à long terme avec l'amiante.

Classification

Selon la classification internationale des maladies de la dixième révision (CIM-10), ce type d'adénocarcinome est désigné comme néoplasme malin du rectum sous le code C20.

Selon l'examen histologique de la biopsie obtenue lors du diagnostic, on distingue les degrés de différenciation suivants:

  • adénocarcinome rectal hautement différencié;
  • adénocarcinome rectal modérément différencié;
  • adénocarcinome rectal mal différencié (mal différencié).

Dans certains cas, la différenciation est impossible, car soit le matériel prélevé a été prélevé dans une zone inadaptée, soit la maladie est atypique.

En outre, sur la base des caractéristiques morphologiques, une autre classification de l'adénocarcinome rectal a été créée:

  1. Type visqueux. Une quantité accrue de mucus est notée à la surface de la tumeur;
  2. Cellule cricoïde. L'adénocarcinome du rectum se forme principalement chez les jeunes, le cancer se développe, affecte les tissus sains et présente des limites floues;
  3. Squamous. À l'examen microscopique, les cellules sont légèrement aplaties, c'est-à-dire qu'elles ont une forme plate;
  4. Squameux glandulaire. L'adénocarcinome affecte principalement l'épithélium glandulaire. La clinique n'a pas de particularités.

La clinique utilise la classification internationale TNM, en tenant compte de la taille, de la prévalence du cancer, de ses métastases aux ganglions lymphatiques et aux organes.

Symptômes

Dans les premiers stades de la croissance tumorale, il ne peut y avoir aucun tableau clinique, ce qui contribue à la poursuite de la progression de la maladie. Dans de rares cas, le patient peut se plaindre de constipation, si la tumeur se développe de manière exophytique (dans la lumière de l'organe), inconfort lors de la défécation, selles irrégulières.

De plus, les symptômes deviennent plus étendus. Il y a une douleur tiraillante, douloureuse ou vive dans le périnée, dans la zone du passage externe, aggravée par la poussée. Dans un contexte de constipation, de ballonnements, des symptômes d'intoxication (nausées, faiblesse, fièvre, maux de tête, malaise) commencent à vous déranger en raison de l'absorption de substances toxiques, qui sont normalement excrétées. L'appétit diminue, le patient perd rapidement du poids corporel.

Au fur et à mesure que l'adénocarcinome progresse, une défaillance d'organes multiples, une obstruction intestinale, une sécrétion abondante de mucus, du sang, si la tumeur s'est désintégrée, du pus et des matières fécales se joignent.

Le rectum est ensemencé d'un grand nombre de bactéries, elles commencent à se multiplier activement et provoquent une inflammation supplémentaire dans le contexte d'une diminution de l'immunité et d'un affaiblissement du corps.

En tant que complications de la pathologie principale, il y a:

  • métastase;
  • saignement d'une tumeur désintégrée;
  • saignements et anémie;
  • perforation de la paroi de l'organe suivie de la formation d'une péritonite - inflammation de la paroi abdominale.

Diagnostique

Un diagnostic précis n'est posé qu'après une consultation avec un proctologue et un oncologue, un laboratoire et un examen instrumental.

Les diagnostics de laboratoire comprennent le don de sang pour les marqueurs tumoraux et l'examen des matières fécales pour la présence de sang. Les analyses standard générales sont dans les limites normales.

Le diagnostic instrumental de l'adénocarcinome rectal consiste à passer:

  1. Irrigoscopie - radiographie d'un organe avec contraste. Le patient boit une substance spéciale, l'appareil enregistre le passage de la suspension à travers l'intestin. L'irrigoscopie vous permet de déterminer la violation de la structure de la paroi, la présence d'une tumeur, les modifications de la motilité des organes;
  2. Coloscopie - une technique endoscopique qui visualise la paroi rectale avec une petite caméra
  3. Sigmoïdoscopie - est un sous-type de coloscopie, caractérisé par la capacité de biopsie des tissus avec la livraison ultérieure du biomatériau pour l'analyse microscopique;
  4. Tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique - méthodes de diagnostic modernes qui peuvent donner une image claire d'un organe sans l'introduction d'instruments et de médicaments.

Pour déterminer les métastases, vous pouvez prescrire une radiographie pulmonaire, un examen échographique de la cavité abdominale et du petit bassin, une fibrogastroduodénoscopie.

Traitement

Le traitement de l'adénocarcinome rectal implique principalement la chirurgie. Dans la période postopératoire, le patient doit suivre des cours de chimiothérapie et boire les médicaments nécessaires.

Les opérations se répartissent en trois catégories principales: typiques, combinées et avancées. Le type de chirurgie typique est nécessaire lorsque la tumeur est seule et ne s'est pas propagée aux organes voisins. La vue combinée comprend la résection d'une tumeur dans le rectum et dans un organe situé à proximité. La catégorie étendue implique l'ablation de plusieurs tumeurs à la fois qui sont apparues presque en même temps.

L'opération n'est pas toujours affichée. Elle n'est pas réalisée dans les cas où le patient souffre d'une défaillance organique fonctionnelle décompensée, lorsque le patient est gravement émacié, affaibli et peut mourir directement sur la table d'opération..

La chimiothérapie est effectuée après la chirurgie, ce qui implique l'administration intraveineuse de médicaments cytostatiques, tels que le fluorouracile, l'irinotécan. La procédure réduit le risque de récidive, arrête la division et la croissance des cellules tumorales.

Prévention et pronostic

La prévention de l'adénocarcinome rectal comprend les points suivants:

  • traitement rapide des pathologies du tractus gastro-intestinal;
  • rationalisation de la nutrition, contrôle du rapport protéines, graisses, glucides et vitamines avec micro-éléments;
  • correction du traitement avec certains médicaments (suppositoires anti-inflammatoires stéroïdiens rectaux, antibiotiques);
  • évitement du sexe anal, promiscuité;
  • stabilisation des systèmes nerveux et endocrinien;
  • des examens médicaux réguliers par des spécialistes (la fréquence des examens devrait augmenter avec l'âge).

Le pronostic de l'adénocarcinome rectal dépend de la gravité de la pathologie, de la forme de cancer et de l'état de santé du patient. En moyenne, dans le premier stade de l'oncologie, le taux de survie est de 90 à 95%, dans le deuxième - environ 70%, dans le troisième - 40-50%, dans le quatrième la probabilité de guérison complète tend à zéro.

À partir de la vidéo, vous apprendrez ce qu'est l'adénocarcinome rectal:

Vous etes peut etre intéressé:

Adénocarcinome

informations générales

L'adénocarcinome est un néoplasme malin constitué de cellules glandulaires de l'organe affecté par la maladie. L'épithélium glandulaire recouvre la plupart des organes internes et des muqueuses d'une personne, et de telles tumeurs peuvent se développer dans des organes à structure épithéliale. Cette tumeur maligne se forme dans les organes internes, les muqueuses et sur la peau. Il existe plusieurs types d'adénocarcinomes, en fonction de leur degré de différenciation, c'est-à-dire de similitude avec les tissus normaux. Selon le lieu de formation, adénocarcinome de la prostate, du côlon, de l'estomac, des poumons, adénocarcinome de la glande mammaire, etc..

Le plus souvent, ces néoplasmes apparaissent chez les personnes d'âge moyen et âgées. Les raisons de la formation d'une tumeur dépendent de l'organe qu'elle affecte. En règle générale, le patient commence à remarquer des symptômes désagréables lorsque la tumeur se développe déjà activement. Par conséquent, il est extrêmement important de subir des examens préventifs et de consulter un médecin si des plaintes ou des soupçons apparaissent..

Il est important de comprendre que l'adénome et le carcinome sont des maladies différentes. Qu'est-ce que c'est - adénocarcinome, comment sont les symptômes d'une tumeur de la prostate, du rectum, de l'utérus, etc., ainsi que des options de traitement pour cette maladie, seront discutés dans cet article.

Pathogénèse

Pour certaines raisons, les cellules épithéliales sont à risque de formation de tumeurs. Cela est principalement dû au fait que ces cellules se renouvellent et se divisent constamment, ce qui augmente le risque de mutations. Les tissus épithéliaux sont superficiels, ils entrent donc le plus souvent en contact avec des toxines et d'autres facteurs qui provoquent des échecs.

Les cellules glandulaires produisent du mucus et remplissent une fonction sécrétoire et protectrice dans le corps. Ainsi, dans le rectum, ils produisent un lubrifiant qui facilite le passage des matières fécales et protège les parois intestinales des dommages mécaniques. Après un échec dans la production et la division des cellules glandulaires, elles commencent à se développer et à se diviser anormalement. Les performances de ces cellules sont altérées: elles sécrètent trop de mucus, dont les propriétés sont modifiées.

Dans l'estomac, des mutations des cellules épithéliales se produisent sous l'influence du processus inflammatoire dû au rejet chronique du contenu du duodénum dans l'estomac, aux effets de bactéries, de processus auto-immuns, etc. Si ces effets se répètent régulièrement, une gastrite chronique avec atrophie des glandes se forme. Cela peut provoquer une diminution de la sécrétion gastrique, à la suite de laquelle l'effet cancérigène des composés nitroso augmente, ce qui entraîne des réactions atypiques et le développement de tumeurs malignes..

Un adénocarcinome de l'utérus peut se développer dans le contexte d'une hyperestrogénie prolongée et d'une hyperplasie de l'endomètre. À un âge plus avancé, la maladie se développe dans le contexte de l'atrophie de l'endomètre..

La pathogenèse de l'adénocarcinome du poumon est associée à l'influence d'un agent cancérigène, son interaction avec l'ADN de la cellule épithéliale. Cela conduit au fait que le génome et le phénotype de la cellule épithéliale changent et qu'une cellule cancéreuse latente se forme. Si le contact de cancérogènes ou d'autres agents nocifs avec la cellule se répète de manière chronique, des modifications génétiques supplémentaires sont notées, ce qui conduit finalement à la multiplication de cellules malignes et à la formation d'un nœud tumoral..

La pathogenèse de l'adénocarcinome d'autres organes est également associée à des mutations des cellules épithéliales qui se développent à la suite de l'exposition à divers facteurs..

Classification

Les néoplasmes de ce type sont subdivisés en fonction d'un certain nombre de caractéristiques..

Selon la caractéristique histologique, les types suivants d'adénocarcinome sont distingués:

  • Très différencié - avec cette forme de maladie, les cellules tumorales ressemblent à des cellules saines. Par conséquent, ce type est le cancer épithélial le moins dangereux. Les métastases dans cette forme de cancer de l'estomac, du pancréas et d'autres organes sont rares et le traitement réussit le plus souvent. Une tumeur hautement différenciée se développe lentement.
  • Modérément différenciée - est une forme transitoire, caractérisée par la formation d'un grand nombre de cellules tumorales et, par conséquent, leur propagation plus agressive. Se développe à une vitesse moyenne.
  • Mal différenciée - cette forme de tumeur est la plus dangereuse, car la transformation des cellules en malignes se produit très rapidement. Les cellules perdent leur structure morphologique et la tumeur se propage très rapidement à d'autres tissus. L'adénocarcinome mal différencié de l'estomac et d'autres organes est difficile à traiter, il se caractérise par la propagation rapide des métastases.

Il existe cinq stades d'adénocarcinome, selon le stade de son développement:

  • Zéro - apparues dans l'épithélium, les cellules malignes ne le dépassent pas.
  • Premièrement, la tumeur mesure jusqu'à 2 cm de diamètre.
  • Le second - le diamètre de la tumeur peut atteindre 4 cm Les métastases peuvent déjà se propager aux ganglions lymphatiques les plus proches à ce stade.
  • Troisièmement, la formation se développe sur toute l'épaisseur des parois de l'organe affecté, après quoi elle se propage aux organes voisins et commence à métastaser.
  • Quatrièmement - les métastases commencent à se propager aux organes distants.

Cette maladie est divisée en différents types et en fonction des organes dans lesquels le néoplasme se développe.

  • Adénocarcinome pulmonaire. Le plus souvent, ce type de maladie se développe chez les personnes qui fument. Les tumeurs se développent en forme de nœud ou d'arbre. Une tumeur pulmonaire de nature rampante se développe avec une polyifération le long de la surface des parois intactes des alvéoles et ne présente aucun signe d'invasion du stroma ou des vaisseaux. Si la tumeur est détectée à 2-3 stades, son traitement est efficace dans 40 à 60% des cas..
  • Tumeur mammaire. En se développant, la tumeur affecte les canaux et les lobules, modifie progressivement le tissu mammaire. L'éducation est le plus souvent diagnostiquée chez les femmes après 45 ans, car elle est provoquée par des changements hormonaux. La tumeur se présente sous la forme d'une bosse ou d'un nœud. Si la maladie est diagnostiquée tôt, le traitement réussit dans 90% des cas.
  • Adénocarcinome du côlon. Les tumeurs du côlon se développent le plus souvent dans le rectum. La constipation fréquente, les hémorroïdes, les polypes et la malnutrition jouent un rôle important dans le développement de cette maladie. Une tumeur hautement différenciée est une condition très dangereuse. Mais même l'adénocarcinome du côlon modérément différencié n'est traité efficacement que dans les premiers stades. Un adénocarcinome du côlon sigmoïde est également diagnostiqué. Une tumeur du côlon sigmoïde se développe le plus souvent chez les personnes de plus de 50 ans qui abusent de l'alcool et de la malbouffe.
  • Adénocarcinome de la prostate. Des formations se développent dans les canaux de la glande, ainsi que dans les alvéoles, qui stockent le secret de la prostate. L'adénocarcinome acineux de la prostate est le plus fréquent de ce type. Ils sont diagnostiqués dans 90 à 95% des cas. Les petits acineux, les gros acineux et d'autres types de ce type de tumeur sont déterminés. Le cancer de la prostate est le plus souvent diagnostiqué à un stade ultérieur de développement. Les tumeurs canalaires, à petites cellules, mucineuses et autres sont beaucoup moins fréquentes.
  • Adénocarcinome de l'estomac. Il se développe dans l'antre et les parties pyloriques de l'estomac. La tumeur peut ressembler à une infiltration, un ulcère, un polype. Ces formations progressent lentement et peuvent atteindre une taille allant jusqu'à 10 cm. Parfois, le parcours asymptomatique dure plusieurs années. Il pousse activement dans les tissus voisins et est mal traité.
  • Cancer de l'utérus. Les adénocarcinomes se forment à l'intérieur de l'utérus. Les facteurs de provocation peuvent être les fluctuations hormonales, les avortements et la prise de contraceptifs. La pathologie est souvent identifiée à un stade ultérieur..

Les raisons

Le cancer de la glande peut se développer sous l'influence de nombreux facteurs, et les scientifiques travaillent encore à l'étude de la relation entre la provocation des causes et le développement du cancer..

Il existe un certain nombre de facteurs de risque qui déterminent la propension à développer des adénocarcinomes.

  • Disposition génétique - le cancer diagnostiqué chez des parents proches joue un rôle.
  • Une alimentation malsaine et une inactivité physique - un apport insuffisant en fibres et une abondance de farine et d'aliments gras dans l'alimentation, combinés à un mode de vie insuffisamment actif, entraînent un mouvement lent des matières fécales, ce qui augmente également la probabilité de développer des tumeurs intestinales. Un facteur de risque est la consommation régulière d'aliments non naturels, en conserve et fumés.
  • Virus du papillome humain - l'infection par ce virus augmente le risque de développer un cancer du rectum et de l'utérus.
  • Âge plus avancé - la résistance du corps au développement de tumeurs diminue avec l'âge.
  • Exposition prolongée aux radiations radioactives et aux cancérogènes.
  • Troubles hormonaux - peuvent provoquer le développement de tumeurs utérines.
  • Situations stressantes sévères et répétitives.
  • Troubles métaboliques (diabète sucré, obésité, etc.).
  • Mauvaises habitudes - abus d'alcool, tabagisme.
  • Processus inflammatoires chroniques du système reproducteur, des intestins et d'autres organes.

En outre, des raisons spécifiques sont déterminées qui provoquent le développement d'adénocarcinomes d'un organe particulier:

  • Estomac - gastrite, ulcère peptique.
  • Seins - troubles hormonaux, disposition héréditaire, traumatisme important.
  • Foie - hépatite, cirrhose, infections.
  • Prostate - troubles hormonaux liés à l'âge, intoxication prolongée au cadmium.
  • Reins - pyélonéphrite, inflammation fréquente.
  • Intestins - constipation régulière, facteurs traumatiques, hémorroïdes.

Symptômes de l'adénocarcinome

Adénocarcinome de la prostate

Le fait qu'une personne développe cette maladie maligne peut être indiqué par un certain nombre de signes, à la fois généraux et spécifiques..

Les symptômes courants sont les suivants:

  • Augmentation de la fatigue, faiblesse constante.
  • Diminution des performances.
  • Perte d'appétit, perte de poids qui progresse.
  • Troubles dyspeptiques.
  • Anémie.

Les signes spécifiques dépendent de l'emplacement de la tumeur.

  • Lorsque l'estomac est endommagé, il y a une détérioration de l'appétit, une sensation constante de lourdeur dans l'estomac, des vomissements et des nausées réguliers, des douleurs abdominales, une perte de poids, une faiblesse.
  • Si les poumons sont touchés, la voix du patient change, un enrouement est noté, une toux d'origine inconnue, des douleurs thoraciques, un essoufflement, une pneumonie fréquente, des ganglions lymphatiques enflés.
  • Lorsque le sein est affecté, la couleur et la forme du sein changent, des phoques et des douleurs apparaissent dans la glande affectée, il y a gonflement et écoulement du mamelon.
  • Si le col de l'utérus est endommagé, il peut y avoir une violation du cycle menstruel, des douleurs et une gêne dans le bas de l'abdomen, des ballonnements, une obstruction intestinale est possible. L'adénocarcinome de l'utérus provoque très souvent, dans près de 90% des cas, des saignements qui ne sont pas associés au cycle mensuel. Un symptôme similaire est caractéristique de la défaite de l'ovaire et du col de l'utérus. Les symptômes de ces cancers peuvent inclure des saignements pendant et après la ménopause. L'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus provoque rarement des douleurs, mais dans la plupart des cas, il provoque des saignements utérins. Un gonflement endométriosique chez les jeunes femmes peut entraîner des règles abondantes et des saignements entre les règles. L'adénocarcinome de l'endomètre hautement différencié peut ne pas causer de douleur, mais si le processus se propage, il entraîne de la douleur. La douleur peut se développer si une tumeur de l'endomètre comprime les troncs nerveux ou si le contenu de l'utérus l'étire. Cependant, il convient de garder à l'esprit que l'état général ne s'aggrave qu'après que la maladie a progressé à un stade avancé. Par conséquent, les examens préventifs par un gynécologue sont extrêmement importants. Si nécessaire, il prescrira les études nécessaires pour déterminer le type de processus tumoral (adénocarcinome endométrioïde hautement différencié de l'utérus, modérément différencié, etc.), et décidera également des traitements possibles (chirurgie, ablation de la tumeur par laparoscopie, etc.).
  • En cas de lésions de la prostate chez les patients, la miction est altérée, des douleurs se développent dans l'aine et le sacrum, une hypospermie et une dysfonction érectile sont notées.
  • Lorsque les intestins sont touchés, on note de la diarrhée, un écoulement constant de mucus et de pus, des selles douloureuses et de faux désirs. L'adénocarcinome du rectum se manifeste par une douleur prolongée dans le bas de l'abdomen, qui se manifeste sans raison. Un adénocarcinome rectal modérément différencié entraîne une diminution de l'appétit et une perte de poids. Avec le développement du processus, un écoulement sanglant apparaît dans les selles.

Cependant, aux stades les plus précoces, les adénocarcinomes hautement différenciés ne présentent pratiquement aucun signe prononcé. Les symptômes sont notés après le début de la croissance des tumeurs, et pendant cette période, le traitement est déjà un processus plus difficile et le pronostic est moins favorable. Par conséquent, il est très important de subir régulièrement des examens préventifs..

Analyses et diagnostics

Dans le processus de diagnostic de l'adénocarcinome, des méthodes de laboratoire et instrumentales sont utilisées.

  • Une analyse clinique et biochimique du sang et de l'urine pour la présence de marqueurs tumoraux est obligatoire.
  • La biopsie est une méthode utilisée pour confirmer le diagnostic si le patient soupçonne le développement d'un processus oncologique.
  • Examens endoscopiques - vous permettent de visualiser les tumeurs dans différents organes. En fonction de l'organe dans lequel le développement du processus oncologique est suspecté, l'hystéroscopie, la gastroscopie et la coloscopie sont utilisées. Dans le processus d'application de ces méthodes, il est également possible de prendre du matériel pour des recherches supplémentaires..
  • Examen échographique - utilisé pour le diagnostic primaire en cas de suspicion de développement d'un adénocarcinome.
  • Radiologie - utilisée pour clarifier le diagnostic et déterminer plus précisément l'emplacement de la tumeur.
  • Tomodensitométrie - réalisée pour clarifier le diagnostic. La tomodensitométrie de contraste est souvent effectuée pour obtenir des images plus précises.
  • L'imagerie par résonance magnétique est l'une des techniques les plus informatives pour identifier les tumeurs et la présence de métastases.

En cas de suspicion de cancer glandulaire, quelles études utiliser dans chaque cas spécifique, le médecin détermine sur une base individuelle.

Traitement

Les méthodes de traitement dépendent de l'organe et du lieu où la tumeur se développe. Avec le développement de l'adénocarcinome, l'objectif principal du traitement est d'éliminer la tumeur du corps. En outre, des méthodes sont utilisées pour arrêter le développement du processus oncologique - radiothérapie, chimiothérapie.

Adénocarcinome de l'intestin et du côlon

L'adénocarcinome intestinal est une tumeur cancéreuse qui se développe à partir des cellules glandulaires (gobelet) de la couche interne de l'intestin. Il représente jusqu'à 80% de tous les néoplasmes malins intestinaux. Les sections du gros intestin sont plus souvent touchées, moins souvent les petits.

Selon les statistiques, chez les femmes, l'adénocarcinome du côlon occupe la deuxième place après le cancer du sein, et chez les hommes - le troisième, seul le cancer du poumon et de la prostate passe devant. Le cancer du côlon représente 15% de toutes les tumeurs malignes.

La maladie est un problème grave dans les pays développés. La prévalence la plus élevée se trouve aux États-Unis, au Japon et en Angleterre. N'oublions pas que dans ces pays, la détection de l'oncopathologie est la mieux établie. La Russie se classe cinquième.

L'incidence maximale est observée à l'âge de 40 à 70 ans. L'Organisation mondiale de la santé a enregistré une tendance au rajeunissement de la pathologie. La difficulté d'un diagnostic rapide est l'absence de symptômes dans les premiers stades et une forte progression de la croissance à l'avenir..

  1. Un peu sur les intestins et les cellules responsables de la maladie
  2. Les raisons
  3. Types de tumeurs en fonction des changements cellulaires
  4. Caractéristiques des symptômes en fonction de la localisation dans l'intestin
  5. Lésion de l'intestin grêle
  6. Gonflement du mamelon Vater
  7. Tumeurs du côlon
  8. Caractéristiques des lésions du côlon sigmoïde
  9. Quelle est la différence entre les tumeurs du caecum et du rectum?
  10. Classement des étapes
  11. Symptômes et signes diagnostiques
  12. Traitement
  13. Caractéristiques des soins aux patients
  14. Quelle nourriture est nécessaire?
  15. Prévoir

Un peu sur les intestins et les cellules responsables de la maladie

L'intestin humain est divisé en 2 sections: mince et épaisse. La connexion avec l'estomac commence par le subtil. Distinguer:

  • duodénum;
  • maigre;
  • iliaque.

Ici, la quantité maximale d'enzymes est localisée, la décomposition et l'assimilation des nutriments sont effectuées. Tout ce dont vous avez besoin est absorbé dans la circulation sanguine. Le gros intestin assure l'accumulation, la réabsorption de l'eau, la formation d'une masse à partir de toxines et leur élimination du corps. Il partage:

  • sur le caecum avec un appendice vermiforme (appendice);
  • colique à quatre parties (ascendant, colique transverse, descendant, sigmoïde et droit).

Le dernier segment est l'ampoule rectale, le canal anal et l'anus. Les cellules glandulaires sont situées sur la membrane muqueuse de tous les départements. Ils sont coincés entre l'épithélium, ils sont absents au sommet des villosités. Au total, ils représentent jusqu'à 9,5% de la composition cellulaire de la membrane muqueuse de l'intestin grêle, la concentration augmente à mesure qu'elle s'approche de la section épaisse. Ils diffèrent des voisins par la capacité à produire du mucus, ce qui est nécessaire pour protéger le mur du passage des matières fécales.


Avec l'accumulation de mucus, les cellules à l'extrémité apicale se dilatent et prennent la forme d'un gobelet

Une fois la sécrétion libérée dans les intestins, ils redeviennent prismatiques. La dégénérescence maligne se caractérise d'abord par une croissance lente dans l'intestin (croissance endophytique) ou vers l'extérieur (exophytique), puis par une transition rapide vers des métastases vasculaires vers les ganglions lymphatiques, les poumons, le foie et d'autres organes les plus proches.

L'évolution la plus sévère est observée à un jeune âge. Ceci s'explique par des modifications anatomiques des vaisseaux sanguins chez les personnes après 40 ans: la lumière diminue, l'activité de transfert des métastases est moins prononcée. Et jusqu'à 30 ans, l'intestin a un réseau vasculaire et lymphatique prononcé, il présente un risque élevé de métastases.

Les raisons

Pour considérer les causes de l'adénocarcinome, distinguons la partie commune caractéristique de toute localisation de néoplasmes. Et nous considérerons les facteurs de risque les plus courants dans des cas spécifiques..

Il a été constaté que la dégénérescence tumorale des cellules glandulaires peut être causée par une mauvaise alimentation avec une consommation accrue:

  • graisses animales de viande, huiles;
  • excès de bonbons;
  • plats frits, fumés et épicés;
  • breuvages alcoolisés.

De plus, le régime manque:

  • des légumes;
  • fruit;
  • poisson;
  • les produits laitiers;
  • croupe.

Les facteurs de risque comprennent:

  • tendance à la constipation;
  • polypes intestinaux;
  • inflammation chronique (colite, entérocolite);
  • prédisposition héréditaire;
  • mauvaise qualité de l'eau potable;
  • longue expérience de travail avec les risques professionnels;
  • la présence de papillomavirus;
  • passion pour le sexe anal.


Croissance tumorale endophytique

Types de tumeurs en fonction des changements cellulaires

La croissance tumorale modifie l'apparence des cellules glandulaires. Les cellules qui diffèrent peu des cellules normales ont le moins de danger. Il est possible de les différencier (les distinguer) en fonction du degré de déviations dans l'examen cytologique du matériel de biopsie. Plus les traits distinctifs sont prononcés, moins les cellules cancéreuses sont différenciées..

Parmi les néoplasmes de type adénocarcinome intestinal se distinguent:

  1. Tumeur hautement différenciée - sous un fort grossissement du microscope, contrairement aux noyaux normaux, les noyaux cellulaires agrandis sont visibles, il n'y a pas de changements fonctionnels, un traitement rapide est donc efficace. Le traitement des patients âgés est particulièrement efficace. Il est possible d'obtenir une rémission à long terme. Chez les patients jeunes, la probabilité de rechute ne disparaît pas dans les 12 prochains mois.
  2. Adénocarcinome modérément différencié - atteint une grande taille, les cellules se développent fortement, provoquent une image d'obstruction intestinale, de saignement, de rupture de la paroi. L'évolution clinique est compliquée par une péritonite, la formation de passages fistuleux. Le risque de transition vers une forme mal différenciée est élevé. Cependant, après ablation chirurgicale et traitement ultérieur, une survie à 5 ans est observée chez 70 à 75% des patients..
  3. Mal différenciée - la tumeur est caractérisée par un polymorphisme (une composition diversifiée de cellules), elle se développe très activement, se propage rapidement à d'autres organes et affecte les ganglions lymphatiques. N'a pas de frontières claires. L'opération est indiquée à un stade précoce, il est difficile de prévoir la durée de la rémission à l'avance. En fin de compte, le traitement est inefficace.

Selon le type de cellules glandulaires, l'adénocarcinome intestinal est divisé en:

  1. Tumeur mucineuse (muqueuse) - se compose d'épithélium, de mucus avec de la mucine, il n'y a pas de frontières claires, métastase principalement vers les ganglions lymphatiques voisins. Il est important que cette espèce ne soit pas sensible aux effets de la radiothérapie. Par conséquent, il donne des rechutes fréquentes.
  2. Cricoïde - caractérisé par une tumeur maligne importante, plus souvent détectée avec de multiples métastases. Surtout dans le foie et les ganglions lymphatiques. Plus affecte les jeunes et est localisé dans la membrane muqueuse du côlon.
  3. Squamous - a un degré élevé de malignité, la localisation la plus courante est le rectum. Il se développe dans la vessie, le vagin, la prostate et les uretères. Les résultats du traitement sont caractérisés par des rechutes fréquentes, une faible survie (pas plus de 1/3 des patients vivent jusqu'à cinq ans, les autres meurent dans les 3 premières années).
  4. Tubulaire - Une tumeur indistincte se compose de formations en forme de tube sous la forme de cubes ou de cylindres. Les tailles peuvent être petites, se développer progressivement et sont sujettes à des saignements massifs. Se produit chez la moitié des patients atteints d'un cancer de l'intestin.

Caractéristiques des symptômes en fonction de la localisation dans l'intestin

La lésion maligne de différentes parties du gros et de l'intestin grêle a ses propres propriétés spéciales et des différences dans l'évolution clinique.

Lésion de l'intestin grêle

L'adénocarcinome est plus souvent localisé dans l'iléon et le duodénum. Il peut se développer sous la forme d'un anneau et couvrir toute la lumière de l'intestin, entraînant une sténose et une obstruction. Mais une croissance infiltrante est possible dans certaines zones, alors il n'y a aucun symptôme d'obstruction.

Elle est associée à d'autres types de tumeurs: avec un lymphome iléal (dans 18% des cas localisé dans l'iléon), avec une lymphogranulomatose (maladie de Hodgkin), avec des lymphosarcomes (lymphomes non hodgkiniens).

Gonflement du mamelon Vater

La formation en forme de cône, appelée mamelon de Vater en anatomie, est située au milieu de la partie descendante du duodénum, ​​à 12-14 cm du pylore. Il abrite le sphincter d'Oddi. Il s'agit d'une pulpe musculaire qui régule l'écoulement de la bile et du suc pancréatique dans le duodénum. Le blocage du retour du contenu intestinal vers les canaux sus-jacents en dépend..

Dans le domaine de la papille de Vater, des tumeurs de genèse différente sont combinées. Ici, des néoplasmes de l'épithélium du pancréas, des voies biliaires sont possibles. Ils sont de petite taille et à croissance lente.

Souvent associé à une polypose héréditaire et à des mutations génétiques. Metastase au foie et aux ganglions lymphatiques voisins. Manifesté par un tableau clinique prononcé.

Les patients trouvent:

  • perte d'appétit;
  • vomissement;
  • perte de poids importante;
  • jaunissement de la peau et de la sclérotique;
  • la peau qui gratte;
  • douleur dans le haut de l'abdomen, rayonnement possible dans le dos;
  • augmentation incertaine de la température;
  • sang dans les selles.

Tumeurs du côlon

L'emplacement et la structure des néoplasmes glandulaires du côlon diffèrent par leur consistance, leur taille et leur degré de différenciation. Chez 40% des patients, un néoplasme du côlon transverse est retrouvé. L'adénocarcinome du caecum est observé dans 20% des cas. Environ la même fréquence - cancer rectal.


La région sigmoïde est touchée chez 10% des patients

Toutes les tumeurs provoquent une réaction inflammatoire de l'intestin et, à la fin de la période, se propagent sous forme de métastases, de stases simples ou multiples. En se développant dans le péritoine à travers la paroi, même un adénocarcinome du côlon hautement différencié provoque progressivement:

  • perte d'appétit;
  • nausées fréquentes accompagnées de vomissements;
  • douleur modérée intermittente le long des intestins;
  • constipation et diarrhée;
  • du mucus, du pus et des impuretés sanguines se trouvent dans les selles.

Avec une intoxication croissante due à l'ajout d'une infection, le patient apparaît:

  • douleur abdominale intense;
  • forte fièvre;
  • signes de péritonite.

Caractéristiques des lésions du côlon sigmoïde

Les facteurs de risque du cancer du côlon sigmoïde sont:

  • âge avancé du patient:
  • mode de vie sédentaire;
  • constipation prolongée, traumatisant la membrane muqueuse avec des calculs fécaux.

Maladies telles que:

  • polypose;
  • iléite terminale;
  • diverticules intestinaux;
  • colite ulcéreuse non spécifique.

La tumeur est caractérisée par trois variantes de son évolution:

  • jusqu'à 15 mm de diamètre en l'absence de métastases;
  • jusqu'à la moitié de la lumière intestinale, mais sans germination de la paroi et avec des métastases régionales uniques;
  • chevauchement complet de la lumière intestinale, poussant dans les organes adjacents, avec de nombreuses métastases à distance.

À un stade précoce de la lésion, la formation d'une dysplasie précancéreuse de la membrane muqueuse est possible. Symptômes typiques:

  • douleur dans le bas de l'abdomen à gauche;
  • flatulences (ballonnements);
  • alternance de diarrhée et de constipation;
  • périodiquement des signes d'obstruction intestinale;
  • dans les selles, la présence d'impuretés de mucus, de pus, de sang.

Quelle est la différence entre les tumeurs du caecum et du rectum?

Le caecum est situé à la frontière du petit et du gros intestin. Les maladies précancéreuses (polypose) sont le plus souvent retrouvées ici. La défaite touche à la fois les enfants et les personnes âgées. Les causes les plus importantes sont les papillomavirus, une alimentation déséquilibrée.


Plus de 600 types de papillomovirus ont été identifiés, dont 40 ont des propriétés oncogènes

Dans le rectum, le processus de digestion est terminé. Dans le développement de l'adénocarcinome, les éléments suivants sont d'une importance primordiale:

  • traumatisme par calculs fécaux avec constipation prolongée;
  • les papillomavirus;
  • l'effet des substances toxiques toxiques excrétées dans les matières fécales;
  • fissures non cicatrisantes dans l'anus;
  • colite ulcéreuse non spécifique;
  • sexe anal.

Affecte le plus souvent les hommes après 50 ans. Les symptômes comprennent:

  • douleur dans le rectum lors des selles;
  • faux désirs (ténesme);
  • saignement rectal.

L'anatomie du rectum distingue 3 zones:

  • anal,
  • ampullaire,
  • préampli.

L'adénocarcinome se développe souvent dans l'épithélium de la zone ampullaire. Pour la région anale, le carcinome épidermoïde est plus caractéristique. Les contours de la tumeur sont inégaux, ressemblant à un ulcère aux bords minés. Progresse rapidement et métastases.

Classement des étapes

Afin de créer une approche unifiée pour évaluer la gravité de l'adénocarcinome, une classification internationale a été adoptée. Il divise tous les adénocarcinomes intestinaux en 5 étapes. Pour chaque défini:

  • taille admissible de la croissance tumorale;
  • la présence de métastases proches et distantes.

Au stade 0, la tumeur est minime, ne se développe nulle part et ne présente pas de métastases. Au stade I-II - les tailles sont autorisées de 2 à 5 cm ou plus, mais il n'y a pas de métastases. La troisième étape est subdivisée en:

  • IIIa - la germination dans les organes voisins et la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques sont autorisées;
  • IIIc - combine de grandes tailles et la présence de métastases uniquement dans les organes voisins.

Stade IV - placé avec des métastases à distance, même si la taille de la tumeur elle-même est relativement petite.

Il existe une classification du cancer intestinal, comprenant une caractéristique telle que la différenciation de la composition cellulaire. Cela implique que:

  • Gx - diagnostiqué si les cellules ne peuvent pas être différenciées;
  • G1 - le degré de différenciation est évalué comme élevé, les cellules sont similaires aux cellules épithéliales normales;
  • Cancer du côlon grade G2 - montre une dégénérescence modérée;
  • G3 - les cellules tumorales ont peu de ressemblance avec la normale;
  • G4 - le type de cellules appartient à mal différencié, elles se distinguent par la plus grande malignité.


Classification obsolète mais très frappante

Symptômes et signes diagnostiques

En plus des symptômes généraux donnés, vous pouvez ajouter des signes d'un stade avancé de la maladie:

  • la tumeur est palpable à travers l'abdomen;
  • il y a un soupçon de péritonite;
  • avec le développement de l'obstruction, le patient semble vomir avec des matières fécales, cessation de la décharge de gaz, douleur intense;
  • faiblesse, perte de poids;
  • les saignements intestinaux sont fréquents.

Les méthodes de diagnostic les plus importantes et les plus informatives sont:

  • Marqueurs tumoraux;
  • biopsie;
  • examens histologiques;
  • différentes options pour l'endoscopie.

L'identification des marqueurs tumoraux sont des substances dont la concentration augmente naturellement avec un certain type de cancer, elles sont déterminées dans le sang veineux. Dans le cancer de l'intestin, il est déterminé:

  • la présence de cellules tumorales marqueur CA 19-9 et CEA en cas de suspicion de cancer rectal;
  • antigène du cancer embryonnaire.

La réalisation d'examens endoscopiques avec l'introduction d'un sigmoïdoscope, d'un fibrocolonoscope dans le rectum, d'un laparoscope dans la cavité abdominale, ainsi que la possibilité d'examiner les tissus de toute urgence pendant une opération permet aux cliniciens d'établir une croissance modérément différenciée des cellules glandulaires. Convient pour la cytologie:

  • fragments de tissu;
  • empreintes de la membrane muqueuse retirée;
  • écoulement purulent et muqueux.

En conclusion, le type de tumeur est indiqué comme un adénocarcinome du côlon de haut grade, de bas grade ou de petite section.
Lors de l'examen colorectal, le cancer est examiné et une partie du tissu est prélevée pour la cytologie

L'adénocarcinome du gros intestin diffère toujours dans la structure histologique, il existe:

  • tumeur à cellules sombres;
  • mucineux;
  • cancer sans classification.

Traitement

L'adénocarcinome intestinal est traité avec trois méthodes:

  • ablation chirurgicale;
  • chimiothérapie;
  • radiothérapie.

Le plus souvent, vous devez combiner et combiner toutes les méthodes disponibles. Pour sélectionner la méthode de fonctionnement, les éléments suivants sont pris en compte:

  • localisation;
  • tailles;
  • la nature de la différenciation cellulaire;
  • classification internationale.

Pendant la période de préparation de l'opération, une nutrition spéciale est utilisée avec des mélanges sans toxines, un système de laxatifs et des lavements nettoyants, Fortrans pour éliminer les substances nocives.


Fortrans est pris selon le schéma spécifié dans les instructions

Effectuer de manière opérationnelle:

  • résection (excision) de la zone limitée touchée;
  • extirpation (ablation) de l'intestin, des ganglions lymphatiques et des organes voisins lorsque des métastases s'y développent.

Habituellement, l'opération se termine par la formation d'un retrait artificiel des matières fécales vers la paroi abdominale antérieure (colostomie). La radiothérapie est effectuée 5 jours avant l'opération et un mois après. La zone d'irradiation est déterminée par la localisation de la croissance tumorale.

Pour la chimiothérapie, des combinaisons de médicaments sont utilisées avec des cours répétés:

  • 5-fluorouracile;
  • Ftorafur;
  • Adriamycine;
  • Mitomycine-C.

Les médicaments ont des propriétés négatives prononcées, par conséquent, l'action est surveillée par des tests sanguins et urinaires.

Caractéristiques des soins aux patients

En période postopératoire, les patients sont gravement affaiblis. En raison de l'utilisation de la chimiothérapie et de la radiothérapie, le statut immunitaire diminue fortement. Ils sont menacés d'infection par tout agent pathogène. Par conséquent, il est recommandé:

  • changer le linge plus souvent;
  • s'engager quotidiennement dans des procédures d'hygiène (se brosser les dents, se rincer la bouche, s'essuyer le corps);
  • prévenir la formation d'escarres (changer la position du corps, lisser les plis de lin, lubrifier la peau avec de l'alcool de camphre, masser);
  • dans les premiers jours, l'alimentation est effectuée à l'aide d'un tube et de mélanges intraveineux;
  • il est nécessaire de prévoir l'utilisation de couches pour l'incontinence urinaire;
  • lors du remplacement du sac de colostomie, traitez la peau autour de la colostomie avec de l'eau tiède, essuyez-la;
  • le médecin peut recommander de lubrifier avec de la crème.

Quelle nourriture est nécessaire?

La nourriture doit soutenir la force du patient, contenir suffisamment de calories, ne pas contenir d'éléments irritants et être facile à digérer. Sont catégoriquement contre-indiqués:

  • repas gras;
  • épices chaudes;
  • produits de viande frits et fumés;
  • de l'alcool;
  • les légumineuses;
  • légumes frais en salades.

Le patient doit être nourri 6 fois par jour, en petites portions. Utile:

  • escalopes cuites à la vapeur, boulettes de viande de viandes maigres, volaille;
  • fruits de mer doux;
  • produits laitiers à faible teneur en matières grasses;
  • bouillie sous forme liquide avec une cuillère à café de beurre;
  • soupes de lait, légumes;
  • fruits et légumes bouillis;
  • gelée de baies, compotes, tisanes.

Le patient devra suivre le régime tout au long de sa vie..

Prévoir

Grâce au traitement combiné de l'adénocarcinome intestinal, il est possible d'atteindre un taux de survie à cinq ans en fonction du stade:

  • au premier stade et traitement complet - chez 80% des patients;
  • dans la deuxième étape - jusqu'à 75%;
  • de patients avec IIIa - chez la moitié des patients;
  • de IIIb - pas plus de 40%.

Les patients au quatrième stade reçoivent une aide symptomatique. Les informations fournies visent à inviter les lecteurs à protéger activement leur santé et celle de leurs proches. Si vous ne pouvez pas vous protéger, essayez de consulter un médecin le plus tôt possible..